Navigation – Plan du site

Jean Demangeot, Tropicalité - Géographie physique intertropicale

Paris, éd. Armand Colin, 1999, 340 pages, 109 fig., 57 tab., 48 photos
Jean-Noël Salomon
p. 340-341

Texte intégral

1Le terme « tropicalité » a souvent été contesté par certains « géographes » lesquels déniaient, sans sourcilier et parfois sans y avoir mis les pieds, toute spécificité aux « tropiques ». Jean Demangeot dans ce volumineux ouvrage (340 p.) n'entre pas dans cette querelle de mauvais aloi mais définit avec une grande lucidité ce qu'il convient d'entendre par « tropicalité », et lui connaît bien les milieux « naturels » de la zone intertropicale, près d'un tiers des zones émergées, pour les avoir souvent fréquentés.

2Bien entendu, comme d'ailleurs tous les grands autres domaines de la planète, le domaine intertropical a ses caractéristiques propres et ses nombreuses nuances. Le climat vient aussitôt à l'esprit avec la présence, vécue au quotidien, de ce qu’Allais appelait « un monde sans hivers » et qui s'explique avant tout pour des raisons astronomiques : c'est dans la zone intertropicale que le rayonnement solaire percute perpendiculairement notre planète. Heureusement, cette chaleur est tempérée par la présence d'une ceinture nuageuse et d'une atmosphère humide qui en amortit les effets. D'emblée, Jean Demangeot fournit les clés qui définissent les limites spatiales de son sujet d'étude (température, amplitude thermique et précipitations) et il en précise les nuances : rôle de l'hypertrophie des déserts voisins et celui de la transgression de la mousson (Asie méridionale). Nous lui suggérons une autre approche : comme le domaine méditerranéen a souvent été défini comme étant celui de la culture de l'olivier, le domaine tropical pourrait être celui encadré par les lignes reliant la présence des récifs coralliens et des mangroves.

3Mais peut-être le plus important à comprendre, du moins pour un géographe physicien, c'est que les paysages que nous observons aujourd'hui évoluent sous cette même ambiance climatique depuis des dizaines de millions d'années, parfois même, comme les spectaculaires paysages karstiques chinois (karsts à tours et à cônes du Guizhou), depuis le Jurassique. Comme le déclare l'auteur lui-même, le fil conducteur de son travail est précisément « la très grande ancienneté des phénomènes ».

4De cette réalité découlent quantités de conséquences : intensité d'une altération biochimique permanente, réalisation d'immenses surfaces d'aplanissement, le plus souvent ensevelies sous leurs propres débris d'altération, et de paysages monotones aux horizons fuyants. Seules quelques orogenèses d'origine tectonique ou volcanique ont permis de-ci de-là quelques rajeunissements et d'introduire un peu de variété. Par ailleurs, cette absence de variation dans les systèmes climato-morphogénétiques, contrairement aux « zones tempérées » affectées par des interventions froides, a favorisé l'évolution et l'épanouissement d'une biosphère tropicale composée de millions d'espèces parfaitement adaptées aux milieux qu'elles colonisent.

5Bien entendu en excellent géographe qu'il est, Jean Demangeot ne coupe pas le milieu naturel de son principal modificateur : l'homme. En un peu plus de deux millénaires, celui-ci a profondément altéré la nature. L'anthropisation ne laisse plus intactes que quelques régions, provoquant des destructions forestières massives, altérant gravement la biodiversité et générant des érosions redoutables. Mais cela n'est plus spécifique de la zone intertropicale, même si cette dernière en est de nos jours la plus affectée.

6Un dernier point mérite aussi d'être fortement souligné. L'ouvrage de Jean Demangeot s'appuie sur une longue expérience personnelle, une grande prudence dans la réflexion et la prise en compte des avis, parfois contradictoires, de nombreux « tropicalistes » ayant vécu de longues années en domaine tropical. À ce titre, un tel travail de synthèse mérite d'être salué comme il se doit. Bien présenté, bien aéré, le livre est doté d'une iconographie à la fois simple et pédagogique, de tableaux choisis et d'un index géographique. Surtout, il abonde en références bibliographiques choisies qui permettent à l'intéressé d'aller à l'essentiel.

7« Tropicalité » est une œuvre majeure, de lecture facile, munie d'une conclusion magnifique. Il serait incompréhensible que l'on ne puisse trouver ce livre dans les bibliothèques de Géographie et de tous ceux, étudiants, enseignants, chercheurs, naturalistes, curieux et nombreux « tropicalistes », qui s'intéressent aux pays tropicaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Salomon, « Jean Demangeot, Tropicalité - Géographie physique intertropicale », Les Cahiers d’Outre-Mer, 226-227 | 2004, 340-341.

Référence électronique

Jean-Noël Salomon, « Jean Demangeot, Tropicalité - Géographie physique intertropicale », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 226-227 | Avril-Septembre 2004, mis en ligne le 13 février 2008, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://com.revues.org/1155

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org