Navigation – Plan du site

CRET, Études urbaines à Ouagadougou (Burkina Faso)

Université de Bordeaux III, n° 11, 2003, 162 pages, 13 fig., 17 tabl. et 18 photos (Collection « Pays enclavés »)
Guy Mainet
p. 341-342

Texte intégral

1Cette livraison rassemble six études sur le thème de la ville capitale du Burkina Faso (Préface de P. Vennetier).

2Ouagadougou est désormais une ville millionnaire en habitants. Croissance démographique et évolution de l’espace urbain ne se font pas en harmonie. Il n’y a pas de plan d’urbanisme. Les quartiers spontanés de la périphérie sont insalubres. Les quartiers péricentraux surpeuplés, vieillis, se dégradent. Pourtant des efforts publics sont conduits depuis 1980, conjuguant destruction et reconstruction dans les quartiers populaires du centre. Des lotissements en périphérie sont mis en place au bénéfice supposé des néocitadins ou des déguerpis du centre. Mais les actions sont insuffisantes en regard de la croissance démographique.

3Vers Ouagadougou Sud, paysages et activités hétérogènes s’entremêlent. De grands lotissements (opération « Grand Ouaga », avec quartiers aisés et palais présidentiel) surgissent au sein de secteurs agricoles encore traditionnels ou bien offrant des périmètres maraîchers ou piscicoles initiés en vue du marché urbain vivrier.

4Dans une agglomération sans cesse élargie, le problème des transports est crucial. Les mouvements pendulaires mettent en jeu piétons et véhicules de toutes sortes (« 2-roues », véhicules d’occasion, charrettes hippomobiles). Les autobus urbains ne sont pas à la hauteur d’une mobilité collective importante. Les taxis sont onéreux. Au total, il y a là un secteur d’activité certes éparpillé, mais néanmoins respectable pour le nombre d’emplois et l’importance des revenus redistribués.

5Avec une population accrue, la question de l’approvisionnement en produits vivriers d’origine locale et le problème de la commercialisation des denrées collectées connaissent des évolutions intéressantes, tout spécialement pour les produits avicoles et piscicoles. Les zones périurbaines se couvrent de fermes avicoles (pour les œufs). Les propriétaires sont très souvent des citadins. Pour les poissons, on a creusé des lacs artificiels. Ces activités génèrent de nombreux intermédiaires dans les circuits locaux de vente.

6L’ouvrage se termine par deux textes à contenu plus sociologique, sur le travail des enfants et sur les activités de prostitution à Ouagadougou. À travers eux les auteurs touchent au problème de la pauvreté. Le contexte urbain, culturel et économique, est cerné. La multiplication du secteur informel (micro-détail, petit service, petit métier saisonnier) comme du vagabondage sexuel pratiqué par nécessité économique témoigne des difficultés de survie pour la famille et de l’inquiétude généralisée du lendemain pour le grand nombre.

7Au total, le but de cet ouvrage n’était pas d’aborder tous les aspects de la vie quotidienne des Ouagalais. Des cinq ou six thèmes abordés on retire une connaissance accrue, concrète et vivante, de la capitale du Burkina Faso. L’illustration retenue y contribue grandement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Mainet, « CRET, Études urbaines à Ouagadougou (Burkina Faso) », Les Cahiers d’Outre-Mer, 226-227 | 2004, 341-342.

Référence électronique

Guy Mainet, « CRET, Études urbaines à Ouagadougou (Burkina Faso) », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 226-227 | Avril-Septembre 2004, mis en ligne le 13 février 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://com.revues.org/1156

Haut de page

Auteur

Guy Mainet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org