Navigation – Plan du site

 BUFFET Jacky, avril 2000 - Industrialisation et développement au Brésil, 1500 - 2000.

L’Harmattan, Paris, 364 p.Collection Recherches et Documents. Amérique Latine.
Raymond Pebayle

Texte intégral

1L’auteur, économiste de formation, nous offre une approche historique très réussie de l’évolution économique, politique et sociale du Brésil.

2Dans une première partie (“A la recherche des fondements historiques de l’industrialisation tardive”) l’auteur distingue trois étapes. Celle d’abord de l’oligarchie  agraire, des caféiculteurs surtout (n’a-t-on pas un peu oublié les autres planteurs et les éleveurs ?) qui a indéniablement limité l’industrialisation aux besoins des planteurs durant un siècle (1830 - 1930). Cette oligarchie agraire est bien loin d’avoir disparu aujourd’hui.

3Le Brésil de Getulio Vargas (1930 - 1945 et 1951 - 1954) amorce une seconde étape, dite du compromis, entre l’oligarchie rurale et une bourgeoisie urbaine naissante en partie liée à l’industrialisation. Durant cette période d’industrialisation encore restreinte on commence à parler de réforme agraire et d’une meilleure distribution des revenus. Ces faits sont importants car ils montrent que les revendications sociales actuelles ont des racines anciennes et qu’il existe une véritable continuité historique dans la pensée sociale collective au Brésil.

4Le fameux Plano de Metas du Président J. Kubitschek (1956 - 1961) lance véritablement un processus d’industrialisation globale basée sur des technologies intensives de capital, sur des emprunts extérieurs à long terme et sur l’intervention de l’Etat. Le résultat est très net au point de vue de la productivité (“Cinquante ans d’industrialisation en cinq ans”), mais beaucoup moins brillant au point de vue financier (forte inflation) et social : entre 1955 - 1962, le salaire réel des ouvriers a augmenté de 12,3 % alors que la productivité du travail s’accroît de 72,8 %. La plupart des goulots d’étranglement du progrès économique sont attaqués à l’exception de la réforme agraire qui reste un bastion inattaquable  pour l’oligarchie des planteurs  et des éleveurs.

5La deuxième partie de l’ouvrage (“1964 - 2000 - De l’industrialisation tardive à la faillite du modèle autoritaire de régulation” ) évoque la prétendue “révolution” des militaires (1964 - 1985) qui tranche sans appel le problème social : “L’Etat militaire promettait ainsi de devenir le garant d’un nouveau modèle d’industrialisation, sans toucher à la distribution archaïque et concentrée de la terre et sans remettre en question la structure non moins concentrée des revenus” (p.193).

6Effectivement les progrès industriels sont remarquables durant cette période, mais des difficultés sociales demeurent malgré la lutte contre l’inflation et la promulgation d’un prudent statut de la terre.

7La fin des monopoles de l’Etat, les premiers mouvements en faveur de la réforme agraire et le fameux plan Real se font jour sous la Nouvelle République après le regrettable épisode de la courte présidence Collor.

8En fait les grandes inégalités subsistent aujourd’hui : 10 % des Brésiliens les plus riches se partagent 45 % du revenu national. Les profondes inégalités régionales (Sud et Sud-Est versus Nordeste et Nord) sont bien soulignées dans la conclusion générale de l’ouvrage.

9Au total, ce livre est une synthèse économique, politique, sociale, historique et… géographique, fruit d’une compilation importante (bibliographie de plus de 130 titres, qu’on ne peut que recommander aux chercheurs sur le Brésil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raymond Pebayle, «  BUFFET Jacky, avril 2000 - Industrialisation et développement au Brésil, 1500 - 2000. », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 218 | Avril-Juin 2002, mis en ligne le 13 février 2008, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://com.revues.org/2330

Haut de page

Auteur

Raymond Pebayle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org