Navigation – Plan du site

Atlas de l’Afrique.

Les Editions du Jaguar, Paris, 2ème trimestre 2000. 24 cartes générales et 117 cartes des pays africains (53 pays plus territoires dépendant de pays européens), 207 p.
Yves Péhaut

Texte intégral

1La publication, en 1993, de l’Atlas de l’Afrique mettait enfin à la disposition de tous ceux qui travaillent sur le continent ou qui s’intéressent à lui, un outil d’utilité fondamentale, traitant, par cartes thématiques, de tout le continent et présentant, pour chaque pays, un document topographique et une ou plusieurs cartes économiques. L’ouvrage est un atlas exhaustif. Les notices qui accompagnent les cartes d’ensemble permettent de faire le point sur les données schématisées par celles-ci tant dans les commentaires propres à tous les documents de géographie humaine et économique que dans les cinquante trois consacrés à la situation actuelle des pays africains. Elles font office de guide statistique précieux, quand on sait, en particulier pour l’Afrique, combien le collationnement de données fiables est récent et difficile. Pour les concepteurs de l’ouvrage la présentation “d’images économiques et humaines” qui évoluent constamment valait obligation de réédition rapide dès la première parution. L’ouvrage sorti en milieu de l’année 2000 répond à cette exigence.

2La présentation très soignée et “agréable” des documents cartographiques et la richesse des notices, pourtant brèves, permettent une compréhension facile des faits évoqués. Naturellement quelques critiques peuvent être formulées qui concernent avant tout les cartes nationales dont certaines sont peut-être un peu sommaires. Le changement de symboles, de teintes ou de graphie pour la représentation des mêmes faits d’une carte à l’autre est gênant. Ainsi le lecteur qui veut appréhender l’extension de la culture du cacao dans les deux grands producteurs voisins ne peut guère y parvenir car il n’y a aucune unité dans la représentation cartographique des deux domaines de ce produit. La ligne verte qui du Ghana marque le nord de la culture du cacao est utilisée en Côte d’Ivoire pour préciser le contact forêt - savane. Aussi gênant, est pour la carte agricole du Sénégal le blanc du territoire de la Gambie : l’unité du bassin arachidier sénégambien n’apparaît pas. D’autre part, la même production agricole n’est pas présentée avec les mêmes teintes d’un pays à l’autre. Les cartes du Sénégal se trouvent aux pages 158/161, celles de la Gambie à la page 115 : la présentation des individualités nationales par grands ensembles du continent serait peut-être plus judicieuse qu’un classement par ordre alphabétique ?

3Les quelques réserves que nous formulons procèdent pour une part de difficultés techniques dont les éditeurs sont conscients et soulignent la difficulté d’une telle entreprise qui, à l’évidence, est une réussite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Péhaut, « Atlas de l’Afrique. », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 218 | Avril-Juin 2002, mis en ligne le 13 février 2008, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://com.revues.org/2337

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org