Navigation – Plan du site

L’agriculture itinérante sur brûlis en Guyane française : la fin des durabilités écologique et socioculturelle ?

Moïse Tsayem Demaze et Sandrine Manusset
p. 31-48

Résumés

Cet article fait le point sur l’agriculture itinérante sur brûlis et les modifications dont elle fait l’objet en Guyane française. L’analyse s’appuie sur une recherche bibliographique et sur une série d’enquêtes effectuées sur le terrain entre 1998 et 2006. L’approche systémique utilisée permet d’aborder les dimensions économiques, socio-culturelles et écologiques de ce système agricole en rappelant ses caractéristiques principales et en relevant les évolutions en cours. La synthèse des données bibliographiques et des observations de terrain montre que cette pratique agricole traditionnelle, appelée abattis, tient une place importante sur les plans social, culturel et écologique, alors que sa fonction économique s’avère essentiellement alimentaire (autoconsommation). Des facteurs démographiques et socio-économiques sous-tendent de plus en plus des modifications dans la conduite des abattis : augmentation des surfaces défrichées, réduction de la durée des jachères, remplacement des abattis par des vergers, etc. Ces modifications amènent à s’interroger sur le devenir de la pratique des abattis car elles ont tendance à limiter les durabilités écologique et socioculturelle de ce système agricole alors que jusqu’à présent, les abattis semblaient bien inféodés au milieu forestier tout en participant à la cohésion socioculturelle et en contribuant à la subsistance des communautés locales.

Haut de page

Texte intégral

1L’expression agriculture itinérante sur brûlis désigne plusieurs variantes de pratiques agricoles traditionnelles dans les régions forestières tropicales : abattis en Guyane française, ray en Indochine, ladang en Indonésie, tavy à Madagascar, roça au Brésil, etc. Ces pratiques agricoles sont caractérisées par le défrichement de petites surfaces de forêt, la mise en culture puis la jachère et l’itinérance des parcelles cultivées. Il s’agit d’un système agricole commun à environ douze millions de personnes appartenant à près de 1 500 ethnies vivant dans la zone intertropicale (Dounias, 2000).

2Les abattis en Guyane française ont fait régulièrement l’objet de recherches scientifiques depuis les années 1960. Il s’agit essentiellement de monographies mettant en évidence les savoirs et les savoir-faire liés à la pratique de ce système agricole par différentes communautés guyanaises (Grenand et Haxaire, 1977 ; Grenand, 1996 ; Fleury, 2000 ; Ouhoud-Renoux, 2000 ; Ouhoud-Renoux et al., 2003). Des études botaniques et pédologiques se sont intéressées aux effets des abattis sur la flore et sur le sol (Lescure, 1986 ; Grandisson, 1997). Des études socio-économiques et géographiques ont analysé les possibilités de développement de cette forme d’agriculture en s’appuyant sur une typologie des exploitations (Tsayem, 2002 ; Manusset, 2004).

3Nous présentons dans cet article les caractéristiques économiques, socio-culturelles et environnementales des abattis en relevant les changements récents dans cette pratique agricole. L’intérêt de la réflexion réside dans la construction d’une vision globale et prospective à partir d’une approche systémique permettant d’aborder de manière comparative les stratégies d’exploitation agricole du sol mises en œuvre par les différents groupes culturels qui composent la population rurale guyanaise : Amérindiens (Wayãpi, Wayana, Emérillons, Palikur, Kali’na), Noirs Marrons (Aluku et Ndjuka), Créoles, Haïtiens, Brésiliens, etc. La synthèse réalisée s’appuie sur une recherche bibliographique que complètent les observations et les relevés de terrain effectués dans plusieurs localités entre 1998 et 2006 (fig. 1).

4Après un rappel des modalités de mise en œuvre des abattis, les dimensions économiques, socioculturelles et environnementales de cette pratique agricole sont présentées. Les changements en cours dans divers aspects de ce système agricole sont abordés tout au long de l’article. L’analyse amène à s’interroger sur le maintien de la pratique des abattis suivant le modèle traditionnel ou suivant une nouvelle forme ou encore sur son déclin à court ou moyen terme.

Modalités de mise en œuvre des abattis

Calendrier cultural et rotation des parcelles

5Système agricole ancestral des Amérindiens vivant en forêt depuis des millénaires, la pratique des abattis a été ensuite adoptée par les communautés qui se sont ou ont été installées en Guyane française (Noirs Marrons, Créoles, Haïtiens, Brésiliens, etc.). Les différentes étapes du calendrier agricole suivent l’alternance climatique entre la saison sèche et la saison des pluies (fig. 2).

6Le brûlis est la première étape majeure (photo 1). Il intervient à la fin de la saison sèche, entre octobre et novembre, après le sabrage et l’abattage des arbres entre juillet et septembre. Le semis et la plantation des cultures commencent en novembre avec les premières pluies. Les plantes cultivées varient suivant les communautés. Chez les Noirs Marrons au Nord-Ouest de la Guyane par exemple, l’abattis est généralement consacré dans sa première année de mise en culture d’abord aux cultures à cycle court (légumes), de sorte que les premières récoltes peuvent être effectuées à partir de mars (pour les espèces semées ou plantées en novembre-décembre). De la sorte, une deuxième campagne de mise en culture se déroule entre janvier et mars. Elle concerne essentiellement les plantes à cycles court et moyen (patates douces, manioc) qui seront récoltées à partir de juillet. Dans un même abattis, deux récoltes successives ont donc lieu, la deuxième plantation étant effectuée aussitôt après la première récolte, suivant la technique désignée en créole par l’expression raché-planté (arracher puis planter). De manière générale, le manioc semble être la plante la plus cultivée dans les abattis (photo 2). Les autres espèces cultivées sont les ignames, l’ananas, la banane, la patate douce et le maïs. Durant la phase de croissance des cultures, les mauvaises herbes ou les espèces invasives sont éliminées par le sarclage.

7D’après nos observations et les données disponibles dans la bibliographie (Hurault, 1965 ; Grandisson, 1997 ; Fleury, 2000), la durée moyenne d’exploitation d’une parcelle est de 2 à 3 années consécutives (avec au moins un brûlis intermédiaire). Après la deuxième année de culture, soit l’abattis est laissé en jachère pendant 2 à 5 ans, ce qui correspond au temps d’exploitation d’une ou de deux autres parcelles, soit il continue d’être exploité, un brûlis des broussailles et des tiges restantes annonçant le commencement d’un nouveau cycle d’exploitation de 1 ou 2 années. Englobant les années d’exploitation et les années de jachère, le temps d’utilisation d’une parcelle peut être ainsi porté jusqu’à 7 ans (tabl. 1).

8Le cycle de rotation tri-annuelle des parcelles est en phase de devenir la norme (Manusset, 2004), ce qui marque l’abandon de la jachère longue de 10 à 30 ans qui prévalait jusqu’aux années 1970 dans l’intérieur de la Guyane française, chez les Aluku, les Wayana et les Wayãpi, alors que c’était déjà la norme chez les Kali’na du littoral (Hurault, 1965). Cette diminution des temps de jachère est constatée à l’échelle de toute la Guyane (Manusset, 2005). L’augmentation du temps d’exploitation d’une parcelle, passant d’une moyenne de 2 ans à 3 voire 4 ans, entraîne une augmentation de l’emprise spatiale des abattis et/ou une surexploitation des terroirs agricoles (photo 3). Cette situation est engendrée par la croissance démographique et la sédentarisation des populations à des degrés divers selon les groupes culturels. On assiste progressivement à la fixation des parcelles d’abattis et donc à la suppression du caractère itinérant de cette pratique. La principale conséquence est la dégradation des conditions agro-écologiques des parcelles. Ce qui n’est pas sans poser des problèmes de gestion de la fertilité. La saturation progressive de l’espace agricole et la réduction des périodes de jachère vont de pair avec l’augmentation progressive de la surface des abattis.

Taille des parcelles

9Les calculs effectués par plusieurs auteurs (Hurault, 1965 ; Grenand, 1981 ; Tsayem et al., 2002 et 2005) indiquent que la superficie moyenne de l’abattis est d’environ 0,5 ha et varie d’une communauté à l’autre : 0,8 ha chez les Aluku du Haut Maroni, 0,3 ha chez les Kali’na dans la région de Mana, 0,3 ha chez les Palikur dans la commune de Saint-Georges de l’Oyapock, 0,5 ha chez les Wayapi de Trois Sauts, 0,4 ha chez les Wayana du Haut Maroni. Cette moyenne augmente continuellement depuis quelques années et semble actuellement très proche d’un hectare. Cette variabilité met en évidence les différentes finalités des défrichements agricoles selon les communautés.

10Sachant que la valeur-seuil de 0,6 ha est considérée comme la surface minimale indispensable pour la satisfaction des besoins quotidiens en farine de manioc (Gely, 1984), la superficie moyenne d’un abattis révèle finalement trois logiques (tabl. 2) :

  1. une logique d’appropriation territoriale lorsque la surface de l’abattis est très petite (cas de certains abattis créoles qui sont en réalité des jardins) ;

  2. une logique d’autoconsommation lorsque la surface des abattis est d’environ 0,5 ha (cas des abattis wayana, wayãpi, émerillons et aluku) ;

  3. une logique de vente d’une partie de la production dans le cas des abattis d’une surface supérieure à un hectare (cas de certains abattis aluku, créoles, brésiliens et haïtiens). Dans cette logique de vente d’une partie de la production, on observe de plus en plus des abattis de surface unitaire variant entre 3 et 5 ha notamment dans la région de Maripasoula.

11Le lien entre la superficie moyenne et les logiques de conduite des parcelles souligne l’utilité de l’approche agronomique généralement utilisée pour aborder les questions de développement agricole mais aussi l’importance de l’approche anthropologique nécessaire pour prendre en compte la diversité culturelle et les fonctions socio-économiques de l’activité agricole. Dans cette optique, l’abattis apparaît comme un système agraire qui remplit des fonctions qui vont au-delà de la production alimentaire.

L’abattis : un système agricole multi-fonctions

La fonction économique

12Les logiques d’exploitation des abattis renvoient au rôle économique de ce système agricole.

13Les abattis représentent 90 % des exploitations agricoles de la Guyane en 2000, contre 76 % en 1980 (Tsayem, 2002). L’agriculture guyanaise semble toutefois tenir une place marginale dans l’économie du Département. Elle représente 91 474 000 € en valeur ajoutée en 2001, soit 4,7 % de la valeur ajoutée totale de la Guyane (IEDOM, 2004). Mais au-delà des chiffres officiels, l’activité agricole joue un rôle primordial par le complément de revenus qu’elle génère en tant qu’agriculture familiale. Cette importance ne peut être correctement appréhendée par les statistiques officielles, une grande quantité d’abattis n’étant pas enregistrée par les services réglementaires.

14La fonction économique des abattis doit d’abord être considérée sous l’angle de leur fonction alimentaire : la production des abattis est destinée essentiellement à la satisfaction des besoins quotidiens des familles (photo 4).Consommées bouillies pour les variétés dites « douces » ou cuisinées suivant un processus complexe de détoxification pour les variétés dites « amères », les tubercules de manioc sont la base d’une vingtaine de préparations culinaires : farine de manioc (couac blanc, couac jaune), galettes de manioc (cassaves épaisses, cassaves fines), bière de manioc (cachiri, cachiri bouilli, cachiri moisi), soupes, desserts sucrés, condiments pour accompagner les viandes et les poissons, tucupi ou cuabio, etc. La grande diversité des produits dérivés du manioc souligne combien la fonction économique de l’abattis est associée à ses importances sociale et culturelle (Grenand, 1981 et 1996).

La fonction socioculturelle

15L’abattis apparaît comme un indicateur voire un marqueur culturel fort. Il est courant d’entendre dire « je suis Guyanais donc j’ai un abattis » ou encore « je suis Guyanais donc j’ai besoin d’un lopin de terre pour faire mon abattis ». La pluralité culturelle des exploitants d’abattis (Amérindiens, Noirs Marrons, Haïtiens, Brésiliens, etc.) asseoit la diversité de ce système agricole. L’appartenance culturelle de l’exploitant se reflète non seulement au niveau de la répartition géographique et de l’organisation des parcelles, mais aussi dans les logiques d’exploitation, les associations végétales et les variétés cultivées (Manusset, 2004 et 2005).

16À l’échelle des parcelles, l’appartenance culturelle d’un exploitant peut être reconnue à travers les espèces cultivées et les associations végétales (tabl. 3).

17La diversité des variétés de manioc renvoie à des valeurs techniques (teneur en amidon, grosseur des tubercules…) mais aussi et peut-être surtout aux valeurs culinaires et symboliques du manioc (couleur, prestige…) pour « faire un bon couac » ou « un bon cachiri ».

18La dimension socioculturelle de l’abattis semble aussi importante que sa fonction économique pour l’ensemble des communautés. Au-delà de son rôle de production des aliments pour la consommation familiale et éventuellement la vente d’une partie de la production, la pratique de l’abattis incorpore un savoir-faire et un aspect symbolique transmis de génération en génération et qui sont, à des degrés divers, caractéristiques des communautés rurales guyanaises.

19L’insertion progressive des communautés dans l’économie de marché et dans les systèmes politique et administratif a cependant tendance à réduire les importances socioculturelle et économique des abattis : plus une communauté s’insère dans les échanges marchands et dans le système administratif (emplois salariés), plus les fonctions alimentaire et socioculturelle de l’abattis s’affaiblissent. Cette observation amène à s’interroger sur le devenir de cette pratique agricole dans ce contexte changeant. Dans cette perspective, il convient d’examiner l’évolution des abattis aussi sous l’angle écologique.

 La fonction écologique

20Alors que dans les débats internationaux l’agriculture itinérante sur brûlis est généralement considérée comme principale cause de la déforestation (tabl. 4), des études conduites notamment par les ethnobotanistes et les anthropologues soulignent le caractère bénin et non perturbateur, au sens écologique, de ce système agricole tel qu’il est mis en œuvre de manière traditionnelle par les populations autochtones des régions forestières tropicales. Des synthèses récentes en rendent compte (Dounias, 2000 ; Rossi, 1999). Une étude menée par Gély (1984) dans les communautés d’Amérindiens et de Noirs Marrons indique que les abattis s’inscrivent à l’intérieur du cycle « sylvigénétique naturel » et respectent l’équilibre du milieu. Grenand (1996) décrit les abattis comme un système agraire « perdurable » et « auto-régénérant ». Nos travaux ont mis en évidence la très faible responsabilité de l’abattis dans la déforestation autour du bourg de Saint-Georges entre 1958 et 1998 (Tsayem, 1999 ; Tsayem et al., 2002 ; Manusset, 1999 et 2004).

21La bénignité environnementale des abattis repose sur les modes opératoires traditionnels de cette pratique : le défrichement de petites surfaces (moins d’un hectare) à l’aide du brûlis avec maintien des souches d’arbres, la combinaison mises en culture/jachères/rotation des parcelles. L’itinérance des défrichements et la longue durée des jachères sont les caractéristiques fondamentales qui sous-tendent le faible impact environnemental de l’agriculture sur brûlis en permettant la reconquête végétale des parcelles arrivées en fin d’exploitation. Lescure (1986) a montré chez les Amérindiens Wayãpi qu’après une quinzaine d’années de jachère, un abattis de 0,5 ha devient une formation végétale secondaire et qu’au bout d’une centaine d’années, les caractères du couvert arborescent (densité du peuplement, répartition des diamètres ou des hauteurs, phytomasse et organisation dans l’espace) sont reconstitués dans les anciens abattis.

22Il faut cependant reconnaître que des changements dans la conduite des abattis induisent des effets préjudiciables pour l’environnement forestier surtout lorsque l’étendue de l’espace forestier dédié aux abattis se réduit alors que la population augmente dans les terroirs. La forte croissance démographique qui concerne aujourd’hui la plupart des populations d’Amérindiens et de Noirs Marrons pose la question de l’adéquation entre l’espace voué aux abattis et les nécessités de pratiquer ce type d’agriculture en respectant les rotations culturales, les jachères et l’itinérance, toutes choses qui demandent un espace agricole de surface conséquente.

23Le deuxième facteur limitant de la durabilité écologique de l’abattis porte sur l’évolution du contexte socio-économique. La situation agricole au nord-ouest de la Guyane, qualifiée de mini-frontière amazonienne par comparaison avec les fronts pionniers amazoniens (Gachet et al., 1993), est la plus significative à ce sujet. Dans cette partie de la Guyane, les abattis se sont répandus de manière considérable depuis les années 1980, suite à l’immigration massive liée notamment à la guerre civile au Surinam. Cette situation a contribué aux modifications dans la pratique des abattis : augmentation de la superficie moyenne des parcelles de 0,5 ha à plus de 1 ha, abandon progressif de la jachère et de la rotation des parcelles, utilisation plus ou moins maîtrisée des intrants chimiques pour compenser la baisse de fertilité des parcelles, remplacement ou transformation des abattis en vergers (photo 5). Dans plusieurs localités, on assiste finalement à la sédentarisation progressive de l’agriculture traditionnelle et à une modification des finalités de la production au-delà de la consommation familiale.

Quel avenir pour les abattis ?

24L’abattis semble être à un moment-clé de son histoire suite à l’évolution des conditions écologiques, économiques et socioculturelles de sa pratique (Ouhoud-Renoux et al., 2003). Plusieurs facteurs expliquent les mutations en cours dans cette pratique agricole (fig. 3).

25La diminution des « terres agricoles disponibles », en lien avec l’augmentation démographique et la densification de l’occupation du sol dans les bourgs et les terroirs, résulte d’un mouvement plus complexe amorcé depuis les années 1970 suite à la départementalisation (la Guyane est devenue Département français d’outre-mer en 1946). Elle a conduit à la sédentarisation des populations autour des chefs-lieux de commune et au maintien des abattis dans un rayon de 2 km autour des villages.

26L’État et les collectivités locales participent à cette sédentarisation des populations et des abattis en voulant maîtriser la gestion du foncier (qui est à 90 % la propriété privée de l’État). L’action publique se traduit par la révision des Plans d’Occupation du Sol (POS) et des Plans Locaux d’Urbanisme (PLU) organisant l’activité agricole en lotissements fixes qui confinent les abattis dans des parcelles dont la surface (environ 1 ha) ne permet pas des rotations culturales. Dans le cadre d’une proposition de réserve foncière pour les Amérindiens Palikur de Saint-Georges, Ouhoud-Renoux (2000) donne la valeur de 20 ha par ménage pour assurer la rotation des parcelles de façon durable.

27Outre la concentration de l’habitat induite par celle des équipements et des services publics (écoles, dispensaires…), la départementalisation a entraîné la pratique des abattis dans un contexte d’économie de marché. La recherche de revenus monétaires (à travers les emplois salariés, les allocations diverses, la vente des produits artisanaux), devient de plus en plus un moyen de subsistance pour ceux qui peuvent y avoir accès.

28La possibilité d’acheter les biens alimentaires (lait en poudre pour les bébés, poulets congelés, boîtes de conserve…) affaiblit l’abattis sur le plan culturel depuis les années 1980 dans la quasi-totalité des communautés et en particulier dans celles qui sont proches des agglomérations urbaines et des marchés de Cayenne et de Kourou. Les efforts quantitatif et qualitatif des exploitants dans la mise en œuvre des abattis diminuent, ce qui se traduit dans les parcelles par une baisse des rendements et la réduction des agro-biodiversités spécifique et variétale. Les séances de mahury (travaux d’entraide intra- et inter-communautaires) disparaissent progressivement au profit du salariat « bon marché ». La désaffection des jeunes générations pour cette pratique dite « traditionnelle » s’affirme de plus en plus. Les vergers et les pâturages commencent à occuper une place importante dans le paysage agraire souvent en remplacement des abattis non mis en jachère (photos 5 et 6). Finalement, il est à craindre une perte des savoirs et des savoir-faire liés à la pratique de l’abattis.

29La synthèse présentée dans cet article montre que la pratique des abattis connaît depuis les années 1960 d’importantes mutations consécutives à l’évolution démographique, socio-économique et politique de la Guyane. Ces mutations tendent aujourd’hui à limiter la durabilité de cette pratique agricole alors que jusqu’à présent, ces défrichements traditionnels semblaient avoir un impact écologique faible s’agissant en particulier de déforestation. Les évolutions en cours conduisent à la réduction de l’importance économique et du rôle socioculturel des abattis. La pratique de l’abattis semble aujourd’hui en sursis voire en crise si elle ne parvient pas à s’adapter aux contextes démographique, socio-économique et politique en évolution rapide depuis la départementalisation et surtout depuis la dernière décennie. L’enjeu actuel est de savoir si le modèle abattis ne risque pas d’être abandonné pour laisser place à d’autres formes d’agriculture qui s’appuient sur l’utilisation d’intrants aux effets environnementaux sans doute nocifs (cas de l’agriculture hmong notamment à Cacao et à Javouhey) ou si les mutations dont l’abattis est l’objet peuvent être modulées pour permettre de tenir compte de nouvelles contraintes et offrir une forme d’agriculture durable sur le fondement des pratiques traditionnelles qui ont fait la preuve de leur bénignité environnementale. Dans cette perspective, il convient de mener des recherches agronomiques et socio-économiques ou anthropologiques pour réexaminer les savoirs traditionnels et étudier les conditions de leur réutilisation ou de leur amélioration dans le contexte actuel.

Haut de page

Bibliographie

BAHUCHET S., coord., 2000 – Les peuples des forêts tropicales aujourd’hui. Bruxelles : APFT-ULB.

BLANC-PAMARD C. ; MILLEVILLE P. ; GROUZIS M. ; LASRY F. et RAZANAKA S., 2005 – Une alliance de disciplines sur une question environnementale : la déforestation en forêt des Mikea (Sud-Ouest de Madagascar). Natures, Sciences, Sociétés, Paris, n° 13, p. 7-20.

C.G.I.A.R., 1996 – Poor Farmers could destroy half of Remaining tropical forest. (http ://www.worldbank.org/html/cgiar/press/forest.html).

DOUNIAS E., 2000 – La diversité des agricultures itinérantes sur brûlis. In : BAHUCHET S., coord. – Les peuples des forêts tropicales aujourd’hui. Bruxelles, APFT-ULB.

FOOD and AGRICULTURAL ORGANIZATION, Rome, 1997 – Situation des forêts dans le monde 1997. Rome : FAO.

FLEURY M., 2000 – L’agriculture wayana : une transition viable. In : GRENAND P., dir. – Les Peuples des Forêts Tropicales Aujourd’hui, vol. IV, Région Caraïbes. Bruxelles : APFT-ULB.

GACHET J.-P. ; TOULEMONDE M. et GARGANTA E., 1993 – Guyane française : une mini-frontière amazonienne. Mouvements migratoires et transformation des systèmes de production agricole. In : LINCK T., dir. – Agricultures et paysanneries en Amérique Latine. Mutations et Recompositions. Paris : ORSTOM éditions.

GELY A., 1984 – L’agriculture sur brûlis chez quelques communautés d’Amérindiens et de Noirs Réfugiés de Guyane française. JATBA, Paris, n° 1-2, p. 43-71.

GRANDISSON M., 1997 – Gestion des systèmes d’agriculture itinérante sur brûlis dans l’ouest Guyane : contribution à l’étude de la reproductibilité de la fertilité. Thèse, Université des Antilles et de la Guyane.

GRENAND F. et HAXAIRE C., 1996 – Monographie d’un abattis Wayapi. JATBA, Paris,n° 4, p. 285-310.

GRENAND P., 1981 – Agriculture sur brûlis et changements culturels : le cas des Indiens Wayapi et Palikur de Guyane. JATBA, Paris, n° 1, p. 23-31.

GRENAND F., 1996 – L’abattis contre l’essart, again, JATBA, Paris, n° 1, p. 19-53.

GRENAND F. et GRENAND P., 1996 – Il ne faut pas trop en faire. Connaissance du vivant et gestion de l’environnement chez les Wayapi (Amérindiens de Guyane). Cahiers des Sciences Humaines, Paris, n° 1, p. 51-63.

HURAULT J., 1965 – La vie matérielle des Noirs Réfugiés Boni et des Indiens Wayana du Haut-Maroni. Paris : ORSTOM.

CENTRE INTERNATIONAL POUR LA RECHERCHE EN AGROFORESTERIE (CIRAF/ICRAF), Nairobi, 2000 – Alternatives to Slash-and-Burn Programme. (http :www.cgiar.org/ICRAF/sys_wide/asb1.htm).

INSTITUT D’ÉMISSION DES DÉPARTEMENTS D’OUTRE-MER, IEDOM, Paris, 2004 – La Guyane en 2004. Paris : IEDOM.

LESCURE J.-P., 1986 – La reconstitution du couvert végétal après agriculture sur brûlis chez les Wayapi du Haut Oyapock (Guyane française). Thèse de doctorat, Paris VI.

Déforestation en Asie du Sud-Est. Les Cahiers d’Outre Mer, Bordeaux, vol. 51, n° 204, oct.-déc. 1998, p. 337-440.

MANUSSET S., 1999 – La question des abattis à Saint-Georges de l’Oyapock en Guyane française. In : BAHUCHET S. ; BLEY D. ; PAGEZY H. et VERNAZZA-LICHT, dir. – L’homme et la forêt tropicale, Marseille : Société d’Écologie humaine.

MANUSSET S., 2004 – La question des abattis dans le bas Oyapock (Guyane) : pérennité et diversité d’une pratique agricole en forêt tropicale et en contexte multiculturel. Thèse de Doctorat, Université Aix-Marseille III, Aix-en-Provence.

MANUSSET S., 2005 – L’abattis : une activité diversifiée et pérenne. Lé’ko magazine, n° 3, p. 10-12 (http ://www.parc-guyane.gf/accueil.php).

OUHOUD-RENOUX F., 2000 – Le cas Palikur : un combat pour une adaptation à des contraintes fortes. In : GRENAND P., dir. – Les Peuples des Forêts Tropicales Aujourd’hui, vol. IV, Région Caraïbes. Bruxelles : APFT-ULB.

OUHOUD-RENOUX F. ; FLEURY M. ; REINETTE Y. ; GRENAND P. et GRENAND F., 2003 – L’agriculture itinérante sur brûlis dans les bassins du Maroni et de l’Oyapock : dynamique et adaptation aux contraintes spatiales, Revue Forestière Française, Nancy, p. 236-259.

ROPER J. et ROBERTS R.W., 1999 – Questions de l’heure : Déforestation tropicale : le déclin des forêts tropicales. (http ://www.rcfa-cfan.org/french/f.issues.12.html).

ROSSI G., 1999 – Forêts tropicales entre mythes et réalités. Natures, Sciences, Sociétés, Paris, n° 7-3, p. 22-37.

SARRASIN B., 2002 – Tourisme et conservation à Madagascar. Quel rôle pour l’écotourisme ? TEOROS, n° 1, p. 60-67.

TSAYEM M., 1999 – SIG et cartographie de l’occupation du sol : l’exemple de Saint-Georges de l’Oyapock en Guyane française. Science et Changements Planétaires/Sécheresse, Paris, n° 4-10, p. 289-295.

TSAYEM-DEMAZE M., 2002 – Caractérisation et suivi de la déforestation en milieu tropical par télédétection : application aux défrichements agricoles en Guyane française et au Brésil. Thèse de Doctorat, Université d’Orléans.

TSAYEM-DEMAZE M. ; FOTSING J.-M. et HUYNH F., 2002 – La déforestation dans la région de Saint-Georges de l’Oyapock (Guyane française). Les Cahiers d’Outre-Mer, Bordeaux, n° 218, p. 197-222.

TSAYEM-DEMAZE M. et FOTSING J.-M, 2005 – Évaluation quantitative des défrichements agricoles en forêt amazonienne de Guyane française et du Brésil. In : TAABNI M. et DUPUY F., dir. – La forêt : enjeux comparés des formes d’appropriation, de gestion et d’exploitation dans les politiques environnementales et le contexte, d’urbanisation généralisée, Poitiers : Université de Poitiers-MSHS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Moïse Tsayem Demaze et Sandrine Manusset, « L’agriculture itinérante sur brûlis en Guyane française : la fin des durabilités écologique et socioculturelle ? », Les Cahiers d’Outre-Mer, 241-242 | 2008, 31-48.

Référence électronique

Moïse Tsayem Demaze et Sandrine Manusset, « L’agriculture itinérante sur brûlis en Guyane française : la fin des durabilités écologique et socioculturelle ? », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 241-242 | Janvier-Juin 2008, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://com.revues.org/3173 ; DOI : 10.4000/com.3173

Haut de page

Auteurs

Moïse Tsayem Demaze

Université du Maine, UMR CNRS 6590 ESO-GREGUM et US 140 ESPACE de l’IRD ; Mél. :Moise.Tsayem_Demaze@univ-lemans.fr

Articles du même auteur

Sandrine Manusset

Cabinet d’études Environnement & Société à Nevez ; Mél. : sandrine.manusset@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org