Navigation – Plan du site

OLIVEAU Sébastien, 2005 – Periurbanisation in Tamil Nadu a quantitative approach. CSH occasional Paper, Delhi, n° 15, 90 p.

Anthony Goreau
p. 555-562

Texte intégral

1Au travers d’une analyse régionale, Sébastien Oliveau, dans ce troisième volume de recherches consacrées aux dynamiques périurbaines en Inde, propose une approche quantitative de la périurbanisation. Son analyse est divisée en deux grandes parties. La première est soucieuse de la méthodologie adoptée et décrit les outils utilisés pour obtenir les résultats présentés en seconde partie, qui montre de quelles manières la ville en tant que géotype exerce son influence sur la campagne, tout en s’interrogeant sur le rôle de l’accessibilité. L’ensemble de cette démonstration permet de proposer en conclusion un modèle plus abouti des configurations périurbaines au Tamil Nadu.

2La première partie débute donc par un effort de clarification sur les catégories utilisées. Cet effort épistémologique offre un ensemble d’interrogations qui questionnent à juste titre la capacité des mots et des catégories à correspondre encore à des réalités marquées par des changements significatifs (suburbanisation, exurbanisation, rurbanisation, périurbanisation…).

3En effet, pour comprendre les différentes formes que peut prendre la périurbanisation, encore faut-il circonscrire avec précision les catégories ville et campagne. D’ailleurs Oliveau nous rappelle qu’il faut aller au-delà des antagonismes et renoncer à une vision duale de ces deux catégories pour affirmer la continuité de ces deux espaces, tout en conservant ces deux catégories pour désigner les deux extrêmes d’un gradient qui représente l’intensité du changement.

4Toutefois, il est à noter que cette vision duale (où la ville représenterait la modernité et la campagne la tradition) a marqué l’Inde pendant longtemps. C’était par exemple la perception de Gandhi. Pour lui, la ville incarnait la colonisation, tandis que la campagne, et ses multiples villages, exprimait la vraie figure de l’Inde, celle du peuple indien. Cette acception duale était aussi partagée par Ambedkar, qui voyait dans les multiples villages indiens des puits de localisme, un repaire de l’ignorance, d’étroitesse d’esprit et de communautarisme.

5Quelles définitions accorder, de manière particulière, au phénomène urbain au Tamil Nadu ? Faut-il se contenter des catégories exprimées par le recensement ?

6Selon les critères utilisés par le recensement en Inde, il existe deux catégories de ville : la première correspond à une définition administrative, il s’agit d’un centre abritant un gouvernement local sous la forme d’un conseil municipal, un camp militaire ou toutes autres fonctions statutaires. La seconde catégorie correspond à une définition statistique. En Inde, pour être classifié comme ville, l’unité de population doit satisfaire trois critères :

7– comporter 5 000 habitants,

8– une densité minimum de 400 hab./km2,

9– et moins de 25 % de la population masculine doivent être engagées dans des activités agricoles.

10En 1991, sur 469 unités urbaines, il y avait au Tamil Nadu 111 villes rassemblant des fonctions administratives (statutory towns) et 358 pôles urbains (census towns).

11Mais selon Oliveau, on ne peut pas définir de manière univoque le fait urbain. Et surtout, on ne peut se contenter de telles catégories. D’où une volonté d’aller au-delà des antagonismes et d’adopter une démarche pragmatique fondée sur une approche statistique des influences urbaines. Oliveau conçoit donc l’espace périurbain comme un ensemble de configurations spatiales interactives les unes avec les autres.

12Il distingue ainsi 7 types de ville au Tamil Nadu. Ces distinctions – explicitées tout au long de la seconde partie – sont effectuées sur la base de la position dominante et secondaire des secteurs économiques, ce qui reflète assez bien la géographie des villes au Tamil Nadu et résume leurs caractéristiques socio-économiques.

13C’est donc le type de ville associé à sa taille démographique qui constitue le facteur explicatif de la plus ou moins grande importance de l’espace périurbain. À cet égard, Oliveau constate que ce sont dans les villes ayant une prédominance du secteur des services (35 % des villes du Tamil Nadu : c’est le type le plus répandu) que se trouvent, d’une part, la plus importante zone périurbaine en terme de taille, et d’autre part, la discontinuité la plus affirmée avec le monde rural.

14Cependant, l’auteur ne peut apporter une conclusion normative à sa réflexion, car l’espace périurbain est lui-même structuré par des liens de communication qui créent de nouvelles inégalités en son sein. En fait, au-delà de l’idéal modèle concentrique, la réalité périurbaine est plus fragmentée, plus complexe.

15L’auteur conclut que seules des études de terrain menées en profondeur permettraient de révéler l’étonnante diversité morphologique qui caractérise les zones périurbaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Goreau, « OLIVEAU Sébastien, 2005 – Periurbanisation in Tamil Nadu a quantitative approach. CSH occasional Paper, Delhi, n° 15, 90 p. », Les Cahiers d’Outre-Mer, 244 | 2008, 555-562.

Référence électronique

Anthony Goreau, « OLIVEAU Sébastien, 2005 – Periurbanisation in Tamil Nadu a quantitative approach. CSH occasional Paper, Delhi, n° 15, 90 p. », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 244 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://com.revues.org/5461

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org