Navigation – Plan du site
11

Jean Demangeot (1916-2009) - Un grand géographe tropicaliste

Jean-Noël Salomon
p. 271-272

Professeur honoraire à l’Université de Paris X-Nanterre, ancien président d’honneur de l’Association de Géographes français et membre de l’Académie des Sciences d’Outre-mer, Jean Demangeot nous a quittés le 8 février 2009. Sa disparition est celle d’un très grand géographe au sens fort du terme, c’est-à-dire avant tout d’un géographe de terrain et d’un grand voyageur. Connu dans le monde entier comme géomorphologue et tropicaliste, il avait publié d’innombrables études et en particulier deux très grands livres. Véritable manuel d’écogéographie, le premier s’intitulant Les milieux « naturels » du globe (Armand Colin) parut pour la première fois en 2000 ; connaissant un exceptionnel succès il fut réédité 10 fois, chaque version successive étant retouchée, actualisée et améliorée. De fait, il avait pris l’habitude d’envoyer ses manuscrits à un certain nombre de collègues (dont je m’honore) pour avis et corrections éventuelles, ce qui est à la fois une preuve d’intelligence et de modestie. Pour lui, le milieu « naturel » est d’évidence partie intégrante d’une géographie complète et globale. Le second est Tropicalité (1999, même collection) dont nous avions déjà fait le compte-rendu dans cette revue et auquel nous renvoyons le lecteur. Je n’en citerais qu’une phrase : «Tropicalité est une œuvre majeure, de lecture facile, munie d’une conclusion magnifique. »

Élève d’Emmanuel de Martonne, et il en était fier, J. Demangeot avait choisi la géographie physique comme discipline d’étude, y acquérant toute la rigueur (notamment grâce aux mesures) propre à cette science, mais sans toutefois jamais l’en séparer de la géographie humaine. Sa thèse de doctorat d’État, consacrée à la Géomorphologie des Abruzzes adriatiques (1965), est une somme brillante. Elle fut saluée comme telle. Le géographe du Grand Sasso s’intéressait au karst de près – « Karst et volcanisme en Italie centrale » (Revue de Géographie Alpine, Grenoble, 1963) – mais aussi aux villages « arriérés » (Castel del Monte et Santo Stéfano) auxquels il vouait une grande sympathie. La montagne l’a toujours attiré (la Haute Ubaye) mais surtout le grand monde depuis l’Afrique à la toundra en passant par la Chine ou les États-Unis (publication avec Raoul Blanchard).

Lors de la tenue des Journées Géographiques d’Orléans, j’avais eu l’occasion de m’entretenir avec lui et il m’avait pris en sympathie, sans doute parce je partageais avec lui nombre de conceptions sur la Géographie et surtout le goût du voyage. Dès lors, nous avons entretenu une correspondance espacée, mais régulière. Il conseillait la prudence quant à la réalité du changement climatique lié au rôle de l’homme ; je ne le suivais pas sur ce point sans qu’il en soit offusqué. Plus tard, il avait tenu à accueillir dans sa demeure de Plazac (Dordogne) la totalité des participants d’un Colloque international de Karstologie que j’avais organisé, pour un pique-nique extrêmement chaleureux où participèrent de grands géographes tels que Derruau, Nicod, Sweeting, Guilcher, etc. Alors qu’il était à la retraite, je lui avais posé une question sur le poljé de Sirente (Abruzzes) : il m’avoua sa grande honte de ne pas le connaître. Ainsi était-il : familier et modeste, sage et plein d’humour, mais toujours l’œil amusé et le verbe précis, dispensateur de conseils pleins de bon sens. Son ouvrage Tropicalité est en quelque sorte un testament qui ne peut pas être ignoré de tous ceux qui s’intéressent aux pays tropicaux et à leur spécificité : il passera les générations.

Comme le dit le quatrième de couverture de l’un de ses ouvrages, il fut un « ambassadeur de la géographie ». Le Professeur Jean Demangeot, par ce qu’il a été, force admiration et respect.

  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org