Navigation – Plan du site

Étalement urbain et transformation de la structure urbaine de deux capitales insulaires : Moroni et Mutsamudu, archipel des Comores (océan Indien)

Yann Gérard
p. 513-528

Résumés

La plupart des villes d’Afrique sont caractérisées depuis la seconde moitié du XXe siècle par un fort étalement urbain. Si les grandes capitales africaines ont régulièrement bénéficié d’études mettant en exergue ce phénomène, cet article s’attache à l’étudier dans le cas des petites capitales insulaires de l’archipel des Comores (canal de Mozambique). L’objectif est d’analyser les formes et les modalités spécifiques de l’étalement urbain dans un contexte où les dynamiques sont exacerbées (effet loupe), à travers une lecture de la morphogenèse des villes.

En plus d’une extension urbaine très importante depuis quarante ans, les deux principales villes comoriennes (Moroni et Mutsamudu) ont vu évoluer leur structure urbaine de façon radicale (densification, nouvelles architectures et lotissements). Les plans d’aménagement urbain ont dans ce cadre pu jouer un rôle incitatif qui n’était pas toujours prévu dans leurs objectifs initiaux.

Mais au-delà de la transformation physique, l’analyse diachronique de la morphologie urbaine permet d’ouvrir la réflexion sur l’émergence de repères nouveaux – tels que les centres historiques – pour définir un espace urbain dont les contours ont été rendus flous à mesure que l’étalement urbain prenait de l’ampleur.

Haut de page

Texte intégral

1La plupart des villes d’Afrique sont caractérisées depuis la seconde moitié du XXe siècle par une extension horizontale exponentielle. Cet étalement urbain, rapide et fort consommateur d’espace (dans le sens où les nouveaux secteurs urbanisés sont peu densifiés), est directement lié à l’ampleur de la croissance urbaine et à ses modalités. Ce phénomène est à l’origine de nombreuses difficultés en matière de planification, les installations spontanées s’étant multipliées alors même que la croissance de la population urbaine nécessiterait d’anticiper la réalisation des réseaux (voirie, adductions d’eau et d’électricité, assainissement) ou des équipements (services publics, commerces, etc.). L’étalement urbain peut avoir pour conséquence des phénomènes de divisions socio-spatiales (avec constitution de quartiers plus ou moins aisés), ou bien, à l’inverse (et concomitamment) favoriser le développement d’une sorte de patchwork urbain à l’aspect déstructuré et réduisant l’opposition autrefois bien marquée entre ville et campagne.

2Les analyses qui sont faites de ce phénomène sont généralement centrées sur les exemples spectaculaires des grandes villes, de plusieurs centaines de milliers à plusieurs millions d’habitants. Les capitales africaines ont ainsi régulièrement été citées en exemple de ces espaces urbains qui « explosent » (Pourtier, 1999). Aux Comores, archipel de l’océan Indien (fig. 1), aucune ville n’atteint 100 000 habitants. Toutefois, les deux principales villes – Moroni et Mutsamudu – ont connu, au cours des quarante dernières années, une évolution spectaculaire. En fait, leur taille relativement modeste (respectivement 60 000 et 35 000 citadins) doit être considérée au regard du contexte insulaire qui fait de l’espace une denrée limitée. Ainsi, la capitale de l’Union, Moroni, qui concentre plus de 20 % de la population de la Grande-Comore, fait figure de macrocéphalie urbaine. De 15 ha en 1958, sa superficie est passée à 185 ha en 1982 et plus de 1 000 ha en 2007.

Figure 1. – L’archipel des Comores.

Figure 1. – L’archipel des Comores.

3Ainsi, l’insularité, de part l’effet loupe qu’elle implique (Péron, 1996), renforce les problématiques et fait notamment de celle de l’étalement urbain une question centrale dans l’archipel. Comment cet étalement se manifeste-t-il dans ce contexte spécifique, où la densification apparaît d’autant plus nécessaire ? Quels changements impliquent-ils dans l’organisation urbaine ?

4Afin de donner des clefs de lecture concernant les modalités de ce phénomène, c’est une analyse diachronique de la morphologie urbaine qui est proposée ici. Il s’agira d’abord de montrer comment, en une quarantaine d’années, les villes autrefois nettement identifiées et séparées, laissent progressivement la place à des agglomérations urbaines aux contours flous. Ensuite, en mettant en avant l’évolution des formes architecturales, c’est l’évolution de l’organisation interne des espaces urbains qui sera soulignée. Enfin, la question de l’impact des plans d’aménagement et d’urbanisme sera développée.

De la ville « emmurée » à l’agglomération urbaine

5Les murs d’enceinte (ngome) érigés au début du XIXe siècle pour protéger les villes des razzias malgaches ont, jusqu’aux années 1950, contenu l’essentiel des habitations de Moroni et Mutsamudu (fig. 2 et 3). C’est à partir des années 1960 que les migrations en provenance des autres localités des îles se sont intensifiées, entraînant une croissance démographique rapide.

6À part quelques quartiers serviles composés de cases en matériaux précaires, les premiers bâtiments implantés en périphérie des centres historiques sont liés, au début du XXe siècle, à la présence coloniale : entrepôts des sociétés de plantation, services administratifs (poste, banque, etc.) ou autres infrastructures : aéroport ou marché (celui d’Itsandzoni, à Moroni, date de 1921).

7À partir du milieu du XXe siècle, l’extension extra-muros s’accélère et de nouveaux quartiers résidentiels (liés notamment à l’arrivée de main-d’œuvre travaillant pour les sociétés de plantation) voient le jour. L’extension urbaine s’est poursuivie depuis en continu à partir des centres anciens, intégrant petit à petit des localités voisines pour finir par constituer de véritables agglomérations. Le développement des deux villes capitales (Moroni pour la Grande-Comore et l’Union comorienne, et Mutsamudu pour Anjouan) s’est toutefois réalisé de façon très différente.

Figure 2. – Croissance de l’agglomération de Moroni (Grande-Comore), 1959-1996.

Figure 2. – Croissance de l’agglomération de Moroni (Grande-Comore), 1959-1996.

Figure 3. – Croissance de l’agglomération de Mutsamudu (Anjouan), 1959-1996.

Figure 3. – Croissance de l’agglomération de Mutsamudu (Anjouan), 1959-1996.
  • 1 .  Le plateau de Hombo, qui surplombe Mutsamudu, a toutefois été urbanisé depuis les années 1960, m (...)

8Moroni n’a pas rencontré d’obstacles physiques majeurs dans une plaine (qui dépasse fréquemment les 500 m de large) bordée de coteaux peu abrupts, tandis que le site de Mutsamudu apparaît beaucoup plus contraignant. Ainsi, les pentes abruptes du N’Tingi confinent la capitale anjouanaise et les localités proches (Mirontsy et Paje) dans une plaine littorale étriquée (quelques centaines de mètres de large au mieux)1.

9En fait, les localités voisines des deux capitales ont pu constituer des freins bien plus importants. Au nord de Mutsamudu, Mirontsy occupe une bonne partie de la plaine et reporte l’urbanisation d’autant plus loin, tandis qu’au sud, Paje a rapidement été intégrée à l’agglomération. Le développement de Moroni n’a pas connu de limite majeure vers le nord (en direction d’Itsandra), alors qu’au sud des facteurs historiques et sociaux expliquent une extension plus difficile. En effet, le quartier d’Hamramba-Maluzini, situé au sud de l’ancien aéroport, connaît une situation foncière particulière. Une partie des terres a été immatriculée par un colon qui a en finalement cédé une partie, à l’État et à des privés, alors que des habitants de la localité d’Ikoni (toute proche) revendiquent la propriété de ces terres au nom d’un droit ancestral. La rivalité historique entre Moroni et Ikoni (toutes deux anciennes capitales du sultanat de Bambao) s’est ainsi trouvée ravivée sur fond de conflit foncier et a limité l’extension dans ce secteur.

10En définitive, des agglomérations sont constituées dès les années 1980. Le Schéma d’Aménagement d’Agglomération de Mutsamudu (1983) englobe déjà sous la dénomination « Mutsamudu » cinq localités : Mutsamudu, Sangani, Chioue, Paje et Mirontsy (Direction Générale de l’Urbanisme, .. 1983, p. 16).

11Depuis les années 1990, l’extension de Mutsamudu est moins spectaculaire ; le comblement des zones situées entre les extensions récentes (notamment sur les coteaux) couplé à une densification, caractérise la période actuelle, donnant à l’agglomération un aspect plus compact. Moroni continue quant à elle de croître rapidement, constituant un continuum urbain avec des localités de plus en plus éloignées : les localités de Ntsudjini et de Hantsambou sont atteintes au nord et Mde au sud. Les coteaux sont peu colonisés et l’habitat y reste diffus au-delà de 80 m d’altitude même si quelques localités sont à présent très proches : Mvouni ou Tsidje par exemple.

12L’extension des deux capitales a été contrariée par des contraintes de nature différente qui ont entraîné des ruptures au sein des zones urbanisées : pentes abruptes du N’Tingi à Mutsamudu, conflit avec Ikoni pour Moroni. La dynamique globale qui a toutefois caractérisé les deux villes a entraîné deux conséquences majeures. D’abord, les centres intra-muros qui se confondaient pratiquement avec la ville jusqu’aux années 1960, ne constituent plus, au début des années 2000, qu’une partie minoritaire de l’espace urbanisé. Ensuite, plusieurs localités, autrefois bien séparées physiquement, se retrouvent intégrées au sein d’une même agglomération urbaine.

13En définitive, la notion de limite de la ville a radicalement changé, substituant à une distinction espace bâti / espace des champs (matérialisée par le ngome) l’urbain diffus, dont les limites sont d’autant plus floues qu’il intègre plusieurs localités. La nature même des constructions caractérisant ces nouveaux espaces urbanisés apporte une difficulté supplémentaire à cette délimitation.

Étalement urbain et mutation de l’architecture résidentielle

14L’ampleur de l’extension urbaine, au-delà de la croissance démographique, est liée à des formes d’urbanisation très différentes de celles qui existaient autrefois. La nature des matériaux utilisés a beaucoup changé depuis 40 ans, influençant directement l’emprise au sol des bâtiments nouvellement construits et facilitant l’ajout d’étages aux constructions.

15Les principaux matériaux caractérisant les constructions jusqu’aux années 1950 étaient liés à leur disponibilité locale. Si de nombreuses constructions intra-muros avaient des murs de pierres volcaniques, les cases étaient parfois réalisées en m’tseve (feuilles de cocotier) ou en trotro (terre), notamment pour les populations les moins aisées. Ainsi, les quartiers serviles localisés en-dehors des murs d’enceinte (Irungudjani à Moroni) sont principalement constitués de ces constructions en matériaux précaires. Ce sera également le cas pour les quartiers abritant la main-d’œuvre travaillant pour les sociétés de plantation (surtout à partir du début du XXe siècle).

16La tôle et le parpaing se sont rapidement diffusés à partir des années 1960, en raison des nombreux avantages que leur attribuent les Comoriens : facilité de mise en œuvre, rapidité de construction et durabilité. Le développement des cases en parpaings est allé de paire avec une demande de confort accrue. Constituée à l’origine d’une case de deux pièces et d’une cour, la résidence comorienne s’est transformée et des éléments autrefois répartis dans la cour : sanitaires, cuisine, etc., sont à présent régulièrement intégrés au sein de la partie bâtie. Cette évolution remarquable prend la forme d’un certain mimétisme de normes occidentales, mondialisées à travers les médias.

17Dans les secteurs les plus densément bâtis, les maisons peuvent être tout simplement abandonnées, car devenues trop petites à force de division entre les héritiers par exemple. Dans certains cas, le bâtiment initial en pierre est rasé et reconstruit avec des parpaings, ce qui a pour effet de réduire la largeur des murs, sans compter le rognage, au moment de l’édification des murs, sur la ruelle ou la parcelle du voisin.

18La tôle entre pour sa part en concurrence avec la terre et le végétal, notamment pour les résidences des populations installées à titre précaire sur une terre dont ils ne sont pas propriétaires (ce qui leur interdit de construire en dur). De nombreuses petites échoppes sont également réalisées avec ce matériau.

19L’emploi de tôle ondulée et surtout de parpaings a permis une extension importante de la superficie des bâtiments. Dans certains secteurs urbanisés depuis 1960, la case « type » atteint 90 à 100 m2 d’emprise au sol (quartiers de Hombo ou de Chitsangani à Mutsamudu, et quartier de la Coulée à Moroni, par exemple). À titre de comparaison, l’emprise au sol moyenne des cases à Mtsangani et Badjanani (centre de Moroni) se situe entre 51 et 53 m² (Gérard, 2006). Cette évolution architecturale n’est pas seulement liée à la « couverture » d’une partie de la cour, mais également à une demande accrue d’espace intérieur, aisément satisfaite par le parpaing. Elle implique une consommation d’espace plus importante alors que les centres anciens sont saturés.

  • 2 .  Annexes de type chambre ou abris en matériaux précaires compris.

20À l’extension horizontale des espaces urbains s’ajoute également un développement vertical des constructions. De nombreuses personnes désirant continuer à résider dans le centre ancien saturé ont dû rehausser les anciennes cases en pierre. Ce type de transformation est parfois périlleux, sans compter que les travaux sont longs et qu’ils coûtent chers, surtout si le nouvel étage est également réalisé en pierre. Les centres anciens ont ainsi changé de physionomie en une quarantaine d’années, prenant des allures de « médina » moyen-orientale (fig. 4 et photo 1). 35 % des constructions du centre de Moroni comportaient au moins un étage en 2003  2. Cette « verticalisation » des constructions est également observable dans les secteurs urbanisés récemment. Les bâtiments à étage se sont développés de façon préférentielle le long des principaux axes de circulation où les rez-de-chaussée sont souvent réservés à des activités commerciales.

21Des types de constructions très différents alternent ainsi, de la petite case en m’tseve à la résidence de deux étages en parpaings. De plus, l’architecture résidentielle est partagée entre l’ensemble « case deux pièces + cour » de plain-pied, encore dominante il y a 40 ans, et les vastes parallélépipèdes rectangles (avec ou sans cour en fonction de l’espace disponible) en parpaings. Au sein de ces ensembles urbains, les centres anciens (en partie en ruine dans les années 1960) constituent à présent des repères morphologiques chargés symboliquement. Ils représentent le cœur de la ville et de ses traditions ; l’appartenance à un quartier du centre est un repère identitaire fort et les mosquées sont concentrées dans les centres anciens. Toutefois, la densification de l’ensemble de l’espace urbain et les transformations architecturales parfois radicales des anciennes cases pourraient bien, à terme, estomper cette spécificité morphologique du centre.

Figure 4. – Bâtiments comportant un étage dans le centre de Moroni (Grande-Comore).

Figure 4. – Bâtiments comportant un étage dans le centre de Moroni (Grande-Comore).

Photo 1. – Le centre de Mutsamudu depuis la citadelle de Sinéjou.

Photo 1. – Le centre de Mutsamudu depuis la citadelle de Sinéjou.

22Cette évolution renforcera l’aspect patchwork de l’espace urbain, au sein duquel quelques secteurs relativement homogènes émergent toutefois (quartier de cases en tôle ou, inversement, dominées par le parpaing). Car cet ensemble est malgré tout rythmé par certains éléments structurels qui ne sont pas dus à un développement uniquement spontané.

Des plans d’urbanisme qui renforcent l’étalement urbain ?

23Les premières missions d’urbanisme ont coïncidé avec la période de démarrage de l’extension urbaine. Leur objectif principal était de planifier le développement urbain et de diffuser de nouvelles normes d’aménagement, censées mieux organiser la ville.

24Un événement particulier, le transfert de capitale de Dzaoudzi à Moroni (échelonné entre 1958 et 1966), a initié la démarche de planification urbaine aux Comores. Ainsi, au-delà des infrastructures spécifiques à la nouvelle capitale (bâtiments ministériels, Chambre des Députés ou Palais de Justice, par exemple), les missions d’urbanisme de l’époque s’intéressent à l’ensemble de l’espace urbain, que ce soit à Moroni ou à Mutsamudu. Il s’agit notamment de réorganiser ou de planifier l’extension résidentielle : contrôler l’installation des personnes arrivant en ville est alors un objectif central.

25D’autres Plans d’aménagement suivront, dont une série dans les années 1980 (réalisés y compris pour d’autres villes que les deux capitales). L’objectif est toujours le même :

« La définition de l’affectation de chaque zone, le développement d’un réseau routier adapté, l’établissement des infrastructures urbaines techniques et des équipements sociaux, l’organisation des zones d’habitat en unités, permettant de lier directement logements, travail et services de différents niveaux » (Direction générale de l’Urbanisme, 1983, p. 24).

26Le dernier plan d’aménagement réalisé est celui de Moroni (Plan de Développement Urbain) à la fin des années 1990.

27Les différents documents de planification n’ont certainement pas atteint leurs objectifs de contrôle de la croissance urbaine, ce qui n’empêche pas qu’ils l’aient considérablement orientée. Ainsi, c’est le long des grands axes du réseau viaire – déjà présents dans les plans des années 1960 – que l’extension urbaine s’est concentrée à Moroni, accélérant la liaison avec Itsandra au nord. À Mutsamudu, l’extension vers l’Est, sur le plateau de Hombo, a été directement impulsée par les aménageurs. Le rôle des dessertes routières est ici essentiel : celles-ci s’inscrivent durablement dans la structure urbaine.

28Le principe du zonage, qui prévaut en France à partir de l’après Seconde Guerre mondiale, a été largement importé aux Comores via les plans d’urbanisme. L’espace urbain est dès lors découpé en secteurs destinés à des utilisations différentes : administration, habitat social ou zone industrielle (avec désignation de réserves foncières). Les zones administratives et industrielles sont toutefois ponctuelles (quartier des Ministères à Moroni, quartier administratif
de Hombo à Mutsamudu, ou zone industrielle de Mavouna à Moroni) et représentent une faible part de l’espace urbain. Ce sont les logements qui ont focalisé l’attention des aménageurs en raison des prévisions de forte croissance démographique et de l’importance du nombre de cases jugées insalubres (notamment celles en matériaux précaires).

  • 3 .  Les projets qui ont vu le jour dans les années 1980 notamment, sous l’égide du Centre des Nation (...)

29À côté des quelques « cités résidentielles administratives » (la Coulée à Moroni) destinées aux fonctionnaires, des lotissements devaient constituer la trame de futurs quartiers. Les projets comportaient notamment une part d’habitat social ainsi que des équipements communautaires (école, dispensaire, poste, commerces, marché, mosquée, etc.). L’échec du projet de société immobilière d’économie mixte (destinée à produire les logements des lotissements prévus) explique en grande partie que les parcelles n’aient pas été bâties avant d’être cédées  3. En définitive, les terrains des lotissements (par exemple Chitsangani ou Hombo à Mutsamudu, Hadudja à Moroni) ont pu servir des stratégies clientélistes, l’attribution ou la délimitation des lots ayant donné lieu à de nombreuses tractations. Si les plans initiaux de ces lotissements n’ont pas été respectés à lettre (les équipements prévus n’ont jamais été réalisés), ces derniers sont encore repérables au sein de la structure urbaine. Ils ont ouverts à leur époque de nouveaux secteurs à l’urbanisation et ont contribué à diffuser un modèle résidentiel fondé sur de vastes villas installées sur des terrains de plus de 1 000 m². Ce sont en effet les parcelles destinées à ce type de construction qui sont actuellement les mieux « préservées ». La référence à ces quartiers aérés et à leurs grandes parcelles est d’ailleurs omniprésente dans les discours des habitants concernant l’organisation de leur ville.

30Les Plans d’aménagement et d’urbanisme n’ont donc pas, en définitive, permis un contrôle étroit de l’extension urbaine. Les plans les plus récents (et notamment celui de 1997 concernant Moroni) appliquent toujours les mêmes recettes associant projets de réglementation et d’équipements, servitudes d’utilisation des sols, zonage (zone dite de « Moroni 2000 » au sud de la capitale) sans vraiment prendre en compte le contexte dans lequel ils s’inscrivent. C’est toute une conception de la ville et de son aménagement, empruntée à l’ex-colonisateur qui est ici perpétuée. Ce constat fait d’ailleurs écho à la démonstration de S. Dulucq (1997, p. 15) concernant les villes de l’ex-AOF :

31« Les structures mises en place aux indépendances ont succédé en douceur aux circuits établis après 1945. […] La vision de la ville que les acteurs métropolitains véhiculaient ne fut guère « décolonisée » en 1960. »

32S’ils n’ont pas eu les effets attendus, les plans d’aménagement urbain ont toutefois eu des impacts sur le développement urbain. Ainsi, ils ont largement influencé la direction que celle-ci prenait (à travers la trame viaire) et ont même contribué à un certain étalement en mettant en avant des modèles résidentiels fort consommateurs d’espace. La réalisation de lotissements est effectuée à présent même par des particuliers (de vastes parcelles sises à Patsy – Anjouan – sont ainsi découpées par leur propriétaire pour fournir de nouveaux terrains constructibles à des ressortissants de Mutsamudu en raison de la saturation de la capitale). L’étalement urbain sera, dans ces conditions, difficile à limiter.

33L’extension rapide des deux principales villes comoriennes (des établissements qui occupaient des superficies de quelques hectares s’étendent à présent sur plusieurs kilomètres le long du littoral) a entraîné l’apparition d’une nouvelle échelle de l’urbain dans l’archipel, illustré par la constitution d’agglomérations urbaines. Ce développement est principalement le fruit d’une croissance résidentielle à la fois forte et consommatrice d’espace. À la demande quantitative de logements s’est effectivement ajoutée une évolution des modèles résidentiels (changement des matériaux de construction, maisons plus spacieuses) largement favorisée par les plans d’aménagement (lotissements) qui étaient censés contrôler l’extension urbaine. Le changement d’échelle des villes comoriennes s’accompagne ainsi d’une transformation profonde de leur structure. Celle-ci devient plus complexe et difficile à décrypter, à la fois parce que leur organisation interne est constituée par un patchwork de constructions de natures diverses et aussi en raison de limites plus floues, qui mettent à mal la distinction entre espace résidentiel et espace de travail.

34Le caractère insulaire des deux villes comoriennes souligne également que l’étalement urbain peut s’accompagner d’une croissance verticale. La construction d’étages est effectivement un bon palliatif au manque de place. Mais cette verticalisation, concentrée dans certains secteurs (centre ancien et rues commerçantes) souligne également l’importance des effets liés à la centralité, même dans des espaces urbains de dimensions relativement modestes (du moins par rapport à d’autres capitales africaines). La concentration des activités et l’accessibilité immédiate restent des éléments structuraux des espaces urbains, même lorsqu’ils ont tendance à s’étendre de plus en plus loin. C’est d’ailleurs probablement une des raisons de la faible densification, encore aujourd’hui, du plateau de Hombo à Mutsamudu, trop éloigné et non desservi par les taxis car exclu des principaux axes de circulation.

35Ces effets de concentration induits par l’extension rapide des espaces urbains sont bien illustrés dans les centres anciens. Ces quartiers, en grande partie en ruine il y a quarante ans, ont été densifiés, certaines maisons réhabilitées et de nombreuses rehaussées d’un étage (en particulier à Mutsamudu). Ce mouvement peut traduire des motivations diverses : une volonté de rester au cœur de la ville et des activités ou de maintenir des réseaux de relations forts et/ou de prestige attaché au centre historique. Ainsi, l’évolution morphologique des centres anciens (ruelles sinueuses et cases en pierre de plus en plus intriquées), témoignent d’une importance renouvelée de ces quartiers au sein d’espaces urbains de plus en plus vastes (alors qu’ils « étaient » la ville il y a quarante ans), polycentriques (plusieurs localités sont agglomérées) et aux contours flous. Ils émergent ainsi en tant que symbole constitutif de l’identité urbaine, bien souvent en tant que témoignage du passé et garant d’une certaine tradition alors même que c’est de leurs mutations contemporaines qu’émerge cette dynamique. Parallèlement, certaines rues commerçantes, qui concentrent l’activité, symbolisent, elles, l’inscription dans le présent de la ville.

36En définitive, la thématique de l’étalement urbain permet de mettre en exergue les restructurations dont les villes sont le siège. C’est l’analyse de ces évolutions, qui s’expriment notamment à travers l’émergence de nouveaux repères identitaires au sein de l’espace urbain, qui mériterait à présent d’être approfondie. La lecture proposée ici fait la part belle aux éléments structurants en raison de son point de vue morphologique et de son échelle d’analyse. Elle pourrait être ainsi confrontée à une approche qui partirait cette fois-ci du point de vue des citadins, en plaçant le concept « d’espace vécu » (Frémont, 1999) au centre de l’analyse. Alors, à côté des références de chacun, il serait probablement possible de confirmer l’émergence de nouveaux repères identitaires partagés par l’ensemble des citadins.

Haut de page

Bibliographie

Calas B., coord., 2006 – De Dar es Salaam à Bongoland : mutations urbaines en Tanzanie. Paris/Nairobi/Pessac : Karthala/IFRA/ADES-DYMSET, 387 p.

Delmotte M., 1963 – Mission aux Comores.Paris : Secrétariat des Missions d’Urbanisme et d’Habitat, 45 p.

Direction générale de l’Urbanisme, de l’Architecture et de l’Environnement, Mutsamudu, 1983 – Schéma Directeur d’Aménagement Mutsamudu-Ouani. Mutsamudu : Direction générale de l’Urbanisme, de l’Architecture et de l’Environnement RFIC-PNUD-CNUEH, Projet habitat COI-79-009, Juin, 49 p.

Dulucq S., 1997 – La France et les villes d’Afrique noire francophone. Quarante ans d’intervention (1945-1985). Paris : L’Harmattan, 438 p.

Frémont A., 1999 (rééd.) – La Région, espace vécu. Paris : Flammarion, 429 p.

Gérard Y., 2006 – Transformations urbaines et dynamiques résidentielles dans l’archipel des Comores. Thèse de géographie, Université de La Rochelle, 389 p.

Péron F., 1996 – La mer comme valorisation d’un territoire, l’île productrice de mythes et nouveau géosymbole. In : Peron F. et Rieucau F., eds – La maritimité aujourd’hui. Paris : l’Harmattan, p. 79-91.

Pourtier R., 1999 – Villes Africaines. La Documentation photographique, Paris, n° 8009, 64 p.

Robineau C., 1966 – Société et économie d’Anjouan (océan Indien). Paris : ORSTOM, 274 p.

Haut de page

Notes

1 .  Le plateau de Hombo, qui surplombe Mutsamudu, a toutefois été urbanisé depuis les années 1960, même s’il reste déconnecté de la ville.

2 .  Annexes de type chambre ou abris en matériaux précaires compris.

3 .  Les projets qui ont vu le jour dans les années 1980 notamment, sous l’égide du Centre des Nations Unies pour les Établissements Humains (Projet « Assistance au Programme d’Habitat et d’Aménagement des Établissements Humains » (COI/84/001) financé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), n’ont pas véritablement réussi non plus à passer à une phase opérationnelle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. – L’archipel des Comores.
URL http://com.revues.org/docannexe/image/5781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Figure 2. – Croissance de l’agglomération de Moroni (Grande-Comore), 1959-1996.
URL http://com.revues.org/docannexe/image/5781/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Figure 3. – Croissance de l’agglomération de Mutsamudu (Anjouan), 1959-1996.
URL http://com.revues.org/docannexe/image/5781/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 4. – Bâtiments comportant un étage dans le centre de Moroni (Grande-Comore).
URL http://com.revues.org/docannexe/image/5781/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photo 1. – Le centre de Mutsamudu depuis la citadelle de Sinéjou.
URL http://com.revues.org/docannexe/image/5781/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Gérard, « Étalement urbain et transformation de la structure urbaine de deux capitales insulaires : Moroni et Mutsamudu, archipel des Comores (océan Indien) », Les Cahiers d’Outre-Mer, 248 | 2009, 513-528.

Référence électronique

Yann Gérard, « Étalement urbain et transformation de la structure urbaine de deux capitales insulaires : Moroni et Mutsamudu, archipel des Comores (océan Indien) », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 248 | Octobre-Novembre 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://com.revues.org/5781 ; DOI : 10.4000/com.5781

Haut de page

Auteur

Yann Gérard

Post-doctorant en géographie, UMR LIENSs 6250 CNRS / Université de La Rochelle ; mél : yann.gerard@ymail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org