Navigation – Plan du site

Invictus ou le sport comme enjeu politique

François Bart
p. 291-292

Texte intégral

  • 1  «Invictus», film réalisé par Clint Easwood et produit en 2009.

1Invictus1: derrière ce titre à la fois facile à décrypter et quelque peu énigmatique, se cache un homme, Nelson Mandela; c’est en effet le nom, célèbre, d’un court poème (1875) de l’écrivain britannique William Ernest Henley, qu’affectionnait particulièrement le premier président de l’Afrique du Sud post-apartheid. Deux vers reviennent comme un leitmotiv dans ce film réalisé par Clint Eastwood, et sont au cœur des propos du personnage : I am the master of my fate, I am the captain of my soul.

2Mais c’est aussi toute l’énergie d’un nouveau pays émergent, de retour sur la scène africaine et internationale depuis une quinzaine d’années, l’Afrique du Sud, qui est, avec le président Mandela, dans le contexte de la finale de la Coupe du Monde de rugby de 1995, le centre de ce film, sorti en France le 13 janvier 2010. De superbes vues de lieux emblématiques ponctuent les 2 heures 12 minutes de la projection: Le Cap et la Montagne de la Table; des townships avec leurs matchbox houses et surtout leurs shacks ; le cadre majestueux du Parlement (Union Buildings) de Pretoria où eut lieu, en mai 1994, la cérémonie d’investiture de Nelson Mandela; l’animation des shebeens ; l’enceinte mythique du stade d’Ellis Park à Johannesburg, où se joue la célèbre finale, gagnée par les Springboks sud-africains contre les All Blacks néo-Zélandais. La géographie des lieux esquissée dans l’œuvre de Clint Eastwood, servie par de magnifiques paysages, est celle du basculement du pays du système de l’apartheid (les premières images le rappellent avec force, comme la scène de la visite du camp de Robben Island) au triomphe de Mandela, au début des années 1990. L’une des premières scènes montre d’ailleurs le convoi de la libération du héros, le long d’une avenue, bordée de grillages, où, d’un côté, des Noirs jouent au football, et, de l’autre, des Blancs au rugby. Dès le début, les enjeux socio-politiques et symboliques du sport sont mis en avant.

3Le sport, et ici essentiellement le rugby, apanage des Blancs dans le contexte de l’apartheid, est ainsi placé, dans le contexte très spécifique des débuts du mandat présidentiel (1994-1999) de Nelson Mandela, au centre de l’action. Le film est construit autour de la mise en place du processus politique par lequel un Mandela visionnaire (c’est le sens d’) a fait de la Coupe du monde de rugby de 1995, hébergée par l’Afrique du Sud, un outil, non pas d’une identité mais de la construction de la nouvelle Afrique du Sud, de la réconciliation des communautés. L’enjeu est clairement placé non seulement à l’échelle nationale, celle d’une en gestation, mais aussi à l’échelle du continent africain. On perçoit, dans un contexte politique qui a beaucoup évolué depuis 1995, que les mêmes dimensions géographiques sont présentes dans la préparation de la Coupe du Monde de football de 2010.

4Invictus, malgré ses aspects hagiographiques et hollywoodiens, par la force du jeu de l’acteur principal, par la beauté des images, par le rappel de moments très forts (Mandela, président noir, revêtant le maillot vert des  lors de la finale), est une très bonne leçon d’histoire, de géographie, de géopolitique, à propos d’un pays et d’événements, dont les retombées contemporaines dépassent de loin le cadre des frontières nationales.

5Ce film, à quelques mois de la Coupe du Monde de football, prend ainsi une dimension particulière et peut nous aider à comprendre, avec l’exemple sud-africain, que, en Afrique et ailleurs, les enjeux des compétitions sportives sont multiples.

Haut de page

Notes

1  «Invictus», film réalisé par Clint Easwood et produit en 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bart, « Invictus ou le sport comme enjeu politique », Les Cahiers d’Outre-Mer, 250 | 2010, 291-292.

Référence électronique

François Bart, « Invictus ou le sport comme enjeu politique », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 250 | Avril-Juin 2010, mis en ligne le 01 avril 2010, consulté le 27 mai 2017. URL : http://com.revues.org/5997

Haut de page

Auteur

François Bart

Professeur de géographie, Université Michel de Montaigne - Bordeaux3; mél:
fbart@ades.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org