Navigation – Plan du site
Nécrologie

Le Professeur Mariano Zamorano nous a quittés (17/9/2010)

Jean-Noël Salomon
p. 585-586

Mariano Zamorano a été la tête de file des nombreux géographes argentins venus à Bordeaux, dans les années 1950 et 1960, parfaire leurs connaissances en la matière. Il est vrai qu’à cette époque la Géographie française (et en particulier bordelaise) attirait, tant sa renommée était grande. Zamorano avait l’habitude de louer la Géographie régionale comme le grand apport de la Géographie française à la discipline. Il était lui-même profondément convaincu que le jeu d’échelles qu’elle implique et les différentes analyses qui en découlent, où les rapports Homme-Milieu étaient au centre, étaient l’essence même de la Géographie. Toute sa vie, il n’eut de cesse de promouvoir ces aspects et fut ainsi l’un des pères fondateurs de la Géographie argentine considérée pendant longtemps comme l’une des meilleures de l’Amérique latine. Des générations de disciples ont poursuivi et prolongé une œuvre de qualité.

Mariano Zamorano a gravi tous les échelons au cours de sa carrière : Maître d’école en 1940, puis Professeur d’Histoire et Géographie en 1947, il devint Docteur ès Géographie après avoir soutenu sa thèse consacrée aux vignobles du… Médoc !, à l’Université de Bordeaux et avoir fait venir toute sa famille. De retour en Argentine, à l’Université Nationale de Cuyo (Mendoza), son emprise fut considérable. Cela avait d’ailleurs commencé dès 1945 car il avait été le premier délégué étudiant au sein de cette même université, et cela a culminé avec des postes de Doyen (1959-1961), puis de Recteur (1962-1963). Son décès est survenu alors qu’il venait de fêter ses 90 ans dans le cadre de l’Université qu’il avait tant servie.

Son œuvre est considérable et reconnue : 16 livres et près d’une centaine d’articles. Il était régulièrement invité dans les universités des deux Amériques et d’Europe pour des enseignements et des conférences. Zamorano fut Vice-président de l’Union Géographique Internationale et du Comité de Géographie Urbaine de l’IPGH. Le Conseil scientifique des Cahiers d’Outre-Mer était honoré de le compter au sein de ses membres. Parmi ses distinctions les plus notables, on mentionnera la Médaille Panaméricaine 2009, décernée par l’Assemblée générale de l’IPGH, des prix nationaux de Géographie, et le fait qu’il était « Commandeur dans l’Ordre des Palmes Académiques de la République Française ».

Mais pour ma part, je retiendrai de l’homme surtout la chaleur de son hospitalité, son humour et sa lucidité vis-à-vis du monde. C’était un homme intelligent, loin de tout sectarisme, francophone et francophile, et sur qui l’on pouvait compter. Les relations suivies et amicales qui unissent encore les Universités de Bordeaux et de Cuyo lui doivent beaucoup. Il laissera une trace indélébile des deux côtés de l’Atlantique.

  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org