Navigation – Plan du site
Articles

La mutation de la Chine aujourd’hui

Pierre Gentelle 
p. 7-16

Résumés

La résilience du peuple chinois face aux traumas subis avant 1978 serait l’un des moteurs de la transformation actuelle de la Chine. La mutation globale du pays dépend de la stabilité mondiale à long terme. Elle entraîne toutes les forces vives et transforme les mentalités. Nouvelle grande puissance mondiale, la Chine refuse la vision « orientaliste » du monde et le concept occidental de domination. L’harmonie sociale est une condition première à la stabilité, mais la croissance économique à 10 % par an peut-elle durer encore longtemps ? La prédation accrue sur les ressources naturelles est un danger pour le présent et l’avenir de même que l’accroissement des inégalités et la corruption. Pour la société chinoise, le danger ne peut venir que de l’intérieur d’où la nécessité d’une relation juste entre peuple et direction.

Haut de page

Note de l’auteur

Dans une communication présentée à Guiyang en juillet 2007, Pierre Gentelle a établi un diagnostic synthétique de la mutation globale de la Chine qu’il a résumée en dix points à partir d’un article qu’il avait publié la même année. Pour replacer cette réflexion synthétique dans son contexte historique, et pour rendre hommage à notre collègue, nous citerons quelques larges extraits de plusieurs de ses textes issus de « Monde Chinois » et des « Lettres de Cassandre » dans lesquels nous retrouvons sa marque de fabrique : style direct, liberté de ton, mais aussi grande culture. Le texte a été mis en forme par R. Maire à partir des documents envoyés par P. Gentelle en 2007.

Texte intégral

1La jeunesse chinoise, aujourd’hui, se sent vieillir chaque jour dans un monde qui change plus vite qu’elle. Elle est poussée par les nouveaux jeunes qui lui mesurent sa place pour assurer la leur. Pour les plus dynamiques, les temps ne sont pas venus d’être accessibles à la pitié. Devraient-ils l’être ? Sociétés et individus sont vulnérables, soit, mais temporairement. La société actuelle est un immense garage de réparations superposées : pendant cinquante ans, chaque printemps de Pékin a demandé aux foules de piétiner l’automne précédent à Pékin. Les individus négocient leur survie en collant aux exigences nouvelles. Et si la résilience, cette faculté de rebondir en dépit de l’adversité, était ce qui donne à la société d’aujourd’hui ces airs de triomphe, au-delà des fragilités individuelles que révèle chaque crise mal gérée ? Et si elle était, au-delà des accidents et des contingences, un moteur essentiel de son histoire ?

La résilience dans la société chinoise (Gentelle, 2005)

2Je propose que l’on interprète la société chinoise actuelle comme un formidable empilement de traumas, inscrits dans les consciences et dans la mémoire collective. Un trauma, dans la terminologie de Boris Cyrulnik (1999), est le surgissement d’un bouleversement profond de l’être lors d’un événement grave qui met en péril jusqu’à la vie de l’individu ; le traumatisme est l’effet et la représentation qui en résultent. La résilience concerne le déclenchement d’une réaction positive au moment où, dans la conscience de l’individu, tout paraît perdu. Un observateur attentif peut le percevoir de manière fulgurante chez certains Chinois, en observant aussi que cet effet peut durer quelque temps. Ces traumas, transformés en traumatismes par des humiliations répétées, ont été victorieusement surmontés par la grande majorité des Chinois, en particulier depuis 1989, grâce à plusieurs processus « libérateurs ». Alors qu’ils ont tous été soumis de manière répétée à des chocs puissants doublés d’humiliations, ils ont réussi, pour ce qu’on en voit aujourd’hui, à transformer souffrances et dénis en une puissante vague qui entraîne la transformation soudaine et générale de la géographie du pays et de sa place dans le monde. Car il paraît possible de faire l’hypothèse qu’il s’agit de l’un des moteurs de la transformation actuelle de la Chine et, probablement, d’autres pays dont les peuples ont connu des avanies de semblable nature.

3Pour poser brutalement la question : ne faudrait-il pas que les géographes décident de s’intéresser aussi, par sciences sociales interposées, à ce qui provient des consciences dans l’origine des mouvements actuels, au lieu de ne considérer que des pourcentages de PIB, des tonnes de charbon, des gradients d’urbanisation, etc. Autrement dit, peut-on envisager d’aller chercher ailleurs que dans les territoires et leur aménagement les raisons profondes de leur organisation et de leur fonctionnement ? On peut trouver souvent très réductionnistes, voire platement mécanistes ou même, pire, grossièrement matérialistes les explications concernant les délocalisations, les variations des marchés, le chômage et beaucoup d’autres problèmes sociaux dont parlent les géographes à la suite des économistes ou des planificateurs. Voilà pourquoi il paraît souhaitable que soit examinée par des personnes compétentes l’hypothèse d’une application à un peuple entier, toutes situations et conditions sociales provisoirement confondues, du concept de résilience, jusque-là, appliqué à l’individu. Il serait aussi souhaitable qu’on éclaire les géographes sur les rapports apparemment étroits qui existent avec une autre notion, avancée par les psychologues, celle de « résistence ». La « résistence » (avec un « e ») serait un pur produit de la révolte, le fruit de la colère, l’expression dissimulée ou explosée d’un désaccord qui atteint un point de rupture, alors que la résilience serait plutôt un travail de « mentalisation » après la souffrance, qui succède chez l’individu à une période de sidération due au trauma.

4Je souhaite placer le point de départ de ma réflexion en 1950, date commode qu’il serait facile de justifier. […] Dix années s’étaient à peine écoulées depuis la prise du pouvoir par les communistes avant que je n’arrive, en octobre 1959, à l’université de Pékin. Le passé immédiat de ces dix ans était encore fort présent sur le campus. Il bruissait encore des mésaventures du recteur, le vieux Ma Yinchu, économiste démographe réputé, qui avait été, l’année précédente, vilipendé, conspué, insulté et finalement destitué sous la pression des activistes maoïstes qui lui reprochaient ses avertissements concernant la politique nataliste de Mao et l’avaient qualifié de crapule malthusienne, valet de l’impérialisme américain, entre autres. Tout ce passé m’a sauté à la figure dès mon arrivée, mais je l’ai aussitôt enfoui. C’est cependant le souvenir entier de ce choc qui m’a fait juger « aveuglante » la pertinence du concept de Boris Cyrulnik appliqué à ce que j’avais ressenti il y a plus de quarante ans.

5Il faut aussi, en bonne méthode historique, se rappeler constamment que rien de ce qui s’est passé depuis ne s’était encore produit « à cette date-là », ni en Chine, ni dans le monde. Le vrai travail de mémoire consiste à feindre d’ignorer qu’on connaît la suite. Il faut revenir, quand on évoque une période, à l’état d’indétermination sur l’avenir dans lequel se trouvaient les acteurs à ce moment précis : c’est cela, l’histoire. Sinon, il est vraiment trop facile d’écrire l’histoire d’une période quand on en connaît la fin. Il n’est que de voir les difficultés des prévisionnistes. C’est pourquoi il faut aider l’effort de reconstitution mentale du contexte et des choix effectués « pour chaque date », effort qui peut être violent quand il s’agit d’un pays éloigné, d’une histoire troublée et surtout quand on est jeune aujourd’hui et que 1950, 1959 ou 1976 paraissent appartenir à l’Antiquité. Il ne s’agit pas de refaire ici, année par année, l’historique des avanies subies par le peuple chinois… D’autres peuples, certes, ont subi des avanies semblables, à la même époque, un peu avant, un peu après, qui se poursuivent même parfois jusqu’à nos jours. […] Dans le cas actuel, le peuple chinois me paraît exemplaire cependant, par sa « souplesse » constante et sa faculté de rebondissement. Boris Cyrulnik a montré qu’être résilient un jour ne veut pas dire l’être toujours. Une question subsiste : comment le peuple chinois a-t-il fait pour se retrouver, au bout du compte, si peu vulnérable ?

6Contrainte de se renier d’un an sur l’autre, la société actuelle me paraît être le produit de ces reniements successifs. Elle est dirigée à la fois par les plus féroces des « exécuteurs », qui ont survécu aux traumas qu’ils ont subis et qu’ils ont infligés aux autres, et par ceux qui ont survécu aux années noires du maoïsme et ont été reconnus en 2001 comme les « nouveaux entrepreneurs », avenir du « socialisme aux couleurs de la Chine ». Qui sont donc les uns et les autres ? Quelques étapes à mémoriser, auparavant. Septembre 1976 : Mao meurt. La société retient son souffle, guettant le vent. Le maoïsme est-il mort aussi ? Le maoïsme de l’exécution ou de l’exil des capitalistes (1949-52), de la réforme agraire et de la destruction des tombes paysannes dans les champs, de la fermeture des monastères, des grands travaux d’hiver, du dénigrement des urbains et des intellectuels « pourris »… Le maoïsme de la mise forcée en coopératives (1955), de la socialisation obligatoire et de la suppression du petit commerce (1956), de l’envoi en camp des intellectuels critiques (1957), de la prolétarisation des paysans en immenses communes populaires (1958), de l’échec formidable du Grand Bond en Avant (1958-59), de la dévalorisation systématique de la recherche du profit individuel et du bien-être, de la disette de 1960 et de ses plus ou moins trente millions de morts… Le maoïsme de la guerre civile larvée au début de la « révolution culturelle » de 1966, celui de la fermeture pendant trois ans des universités, de l’envoi des lycéens à la campagne, de l’irresponsabilité des Gardes Rouges, du coup d’État raté de Lin Biao (1971), de l’arrogance de la « bande des Quatre » jusqu’en 1976…

7Où donc ce peuple a-t-il trouvé les indispensables « tuteurs de résilience ». […] Il y a eu très probablement l’intrication de plusieurs dimensions, familiale et communautaire, et aussi la mémoire historique, et aussi la place faite aux morts dans la culture, et encore l’importance des rituels… Faut-il proposer, comme on le soupçonne, que les Chinois échappent au bidonville parce qu’ils disposent du meilleur thérapeute possible, le repli sur une famille qui « tient » ? Il serait important de savoir comment ils ont procédé, comment ils ont recomposé les liens sociaux que le Mao des Gardes rouges avait tenté de briser pendant les années post-1966 (« du passé, faisons table rase »). Comment ont-ils fait ensuite pour se repositionner sur les bases traditionnelles de la société, constituées d’enrochements symboliques ? Quel rôle attribuer à la formation inconsciente issue des particularités du syncrétisme des croyances dans lequel baigne la culture chinoise, qui mêle taoïsme, bouddhisme, chamanisme dans une sauce de ritualisme confucéen ? Et, à l’envers, quelle peut être la proportion de ceux qui ont abandonné les « valeurs humaines », les valeurs familiales et qui se réalisent dans la corruption, l’arrivisme, le cynisme (pragmatisme ?), l’exploitation d’autrui ?

8Se pourrait-il que la somme de résiliences individuelles et familiales emboîtées dans le temps, toutes strates sociales confondues, se coagule en une sorte de résilience collective, bien que diffuse ? Cette résilience viendrait alors s’ajouter à la vitalité des « résistent » lors du retour aux comportements « traditionnels ». Cette combinaison de « résistence » (fondée sur la colère et la révolte) et de résilience (ciment intériorisé sur lequel se bâtit le nouvel individu, « re-né » de la chrysalide de la souffrance) pourrait-elle être à l’origine de nombre d’attitudes actuelles ? La société actualiserait ainsi le maniement des moyens antiques, sournois ou violents, que tout abus de pouvoir engendre. La préférence des Chinois va depuis longtemps à la parade par la ruse. Les puissants du maoïsme et leurs héritiers, la nouvelle classe au pouvoir, ont conduit l’ensemble du peuple à réactiver d’anciennes pratiques de perversion sociale (népotisme, concussion, esclavage que les uns exercent et auquel les autres sont contraints de se soumettre par la violence d’État, par la violence des nouveaux « patrons », par la violence des nouvelles mafias). Le pouvoir a ainsi imposé à la société entière une généralisation des « réseaux » de tricherie (guanxi), des manœuvres « par la porte de derrière » (houmen), de la contrefaçon, du contournement des lois, du mépris de la justice, de l’exploitation froide de ceux qu’on rend faibles – femmes, enfants, pauvres, « gentils ». La re-création de moyens de survivre se coule naturellement dans un moule traditionnel. Ne serait-elle pas aussi, pour partie, le produit dévoyé de la résilience ?

La mutation globale de la Chine (Gentelle, 2007a)

9La réussite de la mutation globale de la Chine dépend de la stabilité mondiale à long terme. Or que voyons-nous aujourd’hui :

101) La mutation de la Chine entraîne toutes les forces vives et transforme les mentalités. Les conséquences internes sont triples : elle engage tous les secteurs de l’activité économique, elle entraîne un changement idéologique et des comportements ; enfin, elle s’étend progressivement à tous les aspects de la culture.

112) La Chine répudie l’aspect « guerre contre tous » pris par la Révolution culturelle (1966-1976) et tente de créer une manière de faire « à la chinoise » par l’utilisation – et non plus le rejet – de ses valeurs culturelles et historiques, par la construction précautionneuse d’une puissance militaire moderne et par une utilisation du patriotisme vis-à-vis de la diaspora.

123) La relation de la Chine avec les autres peuples et pays se traduit par la montée dans les classements mondiaux, par le rattrapage des retards par rapport aux meilleurs du niveau mondial, par le transfert de l’excellence aux pays attardés (Afrique).

134) L’émergence d’une nouvelle puissance mondiale. La Chine, nouvelle grande puissance mondiale, émerge dans un monde occupé par d’autres puissances. Elle doit faire sa place. Pour ce faire, elle répudie les traces de la domination subie au xixe siècle, refuse la vision « orientaliste » du monde et le concept occidental de domination : elle se donne les moyens d’accéder au premier rang des nations.

145) Une appréciation nuancée de la situation chinoise en Occident. Les succès actuels sont perçus en Occident de manière contradictoire : on admire beaucoup la rapidité du changement économique, et aussi l’extension de la mutation technologique à tous les domaines, et encore les efforts croissants pour accélérer la mobilité des personnes. Mais on redoute les effets de son dynamisme, notamment les effets négatifs sur les économies et sociétés occidentales, et le bouleversement des rapports de force diplomatiques dans le reste du monde.

156) L’harmonie sociale est une condition première, mais la différenciation sociale produit des problèmes multiples comme :

  • l’accroissement des inégalités et la corruption ;

  • les risques d’une réaction nationaliste vis-à-vis de l’extérieur ;

  • la fin programmée de la ruralité dominante dans la population, c’est‑à‑dire la fin d’une paysannerie trop nombreuse, trop pauvre, trop illettrée ;

  • la fin des comportements démographiques traditionnels ;

  • la construction de bases économiques dominantes ;

  • la généralisation de l’urbanisation ;

  • le changement des rythmes de vie et des mentalités ;

  • la création d’une classe moyenne appelée à être majoritaire ;

167) La prédation accrue sur les ressources naturelles est un danger pour le présent et l’avenir de même que l’exploitation des pauvres. La crise environnementale est marquée par :

  • des pollutions diverses : déchets, accidents, surexploitation ;

  • l’anarchie de l’usage des ressources : gaspillage, effets régionaux et mondiaux nocifs ;

  • la protection insuffisante des zones fragiles ;

  • la qualité insuffisante des contrôles, donc des produits.

178) Les problèmes très complexes de la mutation sociale sont de plusieurs ordres :

  • un État de droit dont les décisions sont respectées est nécessaire ;

  • l’économie « explosive » n’est plus en mesure d’entraîner et de réguler le social ;

  • les dynamiques individuelles ne suffisent pas à engendrer la croissance économique ;

  • les réseaux bureaucratiques locaux sont devenus trop puissants ;

  • la protection sociale et les services (santé, éducation) sont insuffisants ;

  • l’injection brutale d’argent dans la société engendre des comportements antisociaux ;

  • les entrepreneurs « exploiteurs » comme les nongmingong « exploités » (migrants d’origine paysanne) constituent des réseaux de solidarité clanique ;

  • l’absence de dialogue social fait apparaître des risques d’explosion ainsi que l’apparition du couple dangereux insurrection/répression.

189) Le rééquilibrage partiel de la carte de la Chine pourra s’effectuer par :

  • le renforcement du rôle moteur des pôles d’excellence côtiers (on ne peut pas faire tout partout) ;

  • le développement intrinsèque des périphéries ;

  • l’intégration des économies régionales entre elles ;

  • la gestion des autonomies provinciales.

1910) Le temps nécessaire. La croissance économique à 10 % par an peut-elle durer encore longtemps ? La notion de développement est floue : elle comprend des effets positifs et négatifs. Où conduit l’idéologie actuelle : toujours plus pour tous, toujours plus nombreux ? Où conduit l’usage infini d’un monde fini ? Dans un tel contexte, la peur de perdre leur prééminence ne doit pas gagner les pays riches. La compétition et la concurrence entraînent des conflits d’intérêt qui doivent rester pacifiques. Une société n’avance qu’en ordre. Or l’ordre vient d’une relation juste entre peuple et direction (zheng dao).

La globalization, une chance pour une prise de conscience mondiale ? (Gentelle, 2007b)

20De nombreux étudiants chinois, qui rentrent en Chine après des études à l’étranger, se plaignent de revenir dans un pays dont le système de corruption serait générateur de nouvelles inégalités. La question d’une corruption incomplètement combattue et d’inégalités croissantes de plus en plus nombreuses est tout à fait d’actualité. Mais cette question se pose-t-elle seulement pour la Chine ? Non, bien évidemment. Même les pays les plus démocratiques, dans lesquels semble partout régner la loi, sont en permanence victimes de comportements illégaux. La globalization favoriserait-elle ce phénomène ? Serait-il consubstantiel aux capacités d’innovation, au dynamisme, au pragmatisme, à la volonté de réussite des individus les plus doués pour faire fonctionner le système capitaliste ? L’inégalité, l’attrait pour le jeu, la possibilité de s’enrichir sans mesure ne seraient-ils pas les moteurs du mouvement des sociétés ? Le débat mériterait d’être traité au fond.

21De nombreux Chinois aimeraient développer chez eux la même force d’innovation que celle qu’ils constatent aux États-Unis, pour qu’eux-mêmes d’abord et leur pays ensuite se situent rapidement au niveau des plus riches et des plus « avancés ». D’autres Chinois, moins audibles, redoutent la civilisation prédatrice dont ils se disent menacés et dans laquelle ils craignent que leur pays ne s’enfonce, parce qu’ils craignent d’y sombrer. Il est même des penseurs discrets qui voudraient revenir aux leçons de la civilisation chinoise antique, passablement mythifiée : fonctionner selon « la vertu », c’est-à-dire selon une organisation consciente, pacifique, acceptée par tous ; bref, vivre dans une société apaisée, fluide, paternellement hiérarchisée, consommant raisonnablement… Ce qui peut s’appeler une utopie, car cette société n’a jamais existé, surtout pas dans le passé. Il est enfin d’autres penseurs, peut-être plus rares encore, qui estiment qu’un pays composé de 150 millions de millionnaires et d’un milliard de pauvres ne peut perdurer. Ils envisagent au contraire des scénarios catastrophiques : implosion, révoltes paysannes, troubles urbains violents, réclamations d’autonomies régionales, émancipation des grandes villes… Que faire d’autre, devant cette Chine lancée à pleine vitesse dans la globalization, que de tenter de comprendre sa trajectoire sans trop se projeter soi-même… ?

22Le but principal des dirigeants chinois est de changer la société chinoise. Ils aimeraient instaurer une société considérée comme unique au monde, fondée d’une part, et c’est assez nouveau, sur les racines chinoises confucianistes, bouddhistes, etc., à l’inverse de ce que prétendait inaugurer la Révolution culturelle, d’autre part sur l’édification à terme d’un « monde social », ce qui n’est pas nouveau mais doit être examiné de près. Ils savent parfaitement que, depuis deux millénaires, la seule menace qui a détruit plusieurs fois l’État chinois, c’est sa mauvaise gestion des rapports sociaux, engendrant révoltes populaires et/ou aristocratiques et finissant par ouvrir la porte du pays aux invasions étrangères. Les hiérarques communistes seront-ils meilleurs, dans ce domaine, que les mandarins, les eunuques, les empereurs des dynasties Han, Sui, Tang, Song, Ming, Qing ? On verra. Pour l’instant, la forte croissance économique actuelle provoque des inégalités grandissantes et multiplie les menues révoltes rurales. Le retour au confucianisme et à des concepts vagues de morale sociale sera-t-il suffisant pour maintenir l’ordre nécessaire à la croissance économique, face aux discours des démocrates ?

23Pékin cherche, par un développement tous azimuts destiné d’abord au pays lui-même, à concilier Chine traditionnelle et Chine hypermoderne pour obtenir, à partir de 2050, « la part et la place qui lui reviennent » dans le monde. […] Bien que la concurrence généralisée réclamée par le capitalisme soit une autre manière de faire la guerre, la direction chinoise actuelle s’accroche au nouveau slogan qu’elle diffuse partout où elle le peut : la stratégie « gagnant-gagnant ». Être impitoyable en affaires n’est pas contradictoire avec des relations fondées sur l’idée que tout le monde doit avoir l’impression d’avoir gagné ! Superbe slogan ! Voilà que la globalization « libérale » se mettrait ainsi en accord avec la société chinoise et le « socialisme » (l’intérieur avec l’extérieur), pour avancer vers une « mondialisation en harmonie » avec le mouvement du cosmos, validant ainsi la vision chinoise du monde et son avènement ! Quel retournement ! Reste juste un petit problème : tous les Chinois vont-ils continuer à soutenir le mouvement sans murmurer et les États-Unis vont-ils comprendre qu’ils seront gagnants à cesser de vouloir rester les maîtres du monde ? (Gentelle, 2006)

Haut de page

Bibliographie

Cyrulnik B., 1999 - Un merveilleux malheur. Paris : Odile Jacob, réed. 2002, 218 p.

Gentelle P., 2007a - La mutation globale de la Chine, Monde Chinois, n° 10. Paris : Éditions Choiseul, p. 69-85.

Gentelle P., 2007b - La Chine dans la globalization, de louables intentions : ni pillage, ni gaspillage ?, Monde Chinois, n° 9. Paris : Éditions Choiseul, p. 69-85.

Gentelle P., 2006 - Un scénario pour la Chine jusqu’en 2100 : vaincre sans combattre ?, Monde Chinois, n° 7. Paris: Éditions Choiseul.

Gentelle P., 2005 - La résilience dans la société chinoise. Lettres de Cassandre, 12/01/2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gentelle , « La mutation de la Chine aujourd’hui », Les Cahiers d’Outre-Mer, 253-254 | 2011, 7-16.

Référence électronique

Pierre Gentelle , « La mutation de la Chine aujourd’hui », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 253-254 | Janvier-Juin 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://com.revues.org/6135 ; DOI : 10.4000/com.6135

Haut de page

Auteur

Pierre Gentelle 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org