Navigation – Plan du site
Articles

Retour dans la province du Guizhou (Chine)

Pierre Gentelle 
p. 17-34

Résumés

Ce texte posthume de Pierre Gentelle a été écrit en juillet 2007 lors de son son voyage de retour en avion Pékin-Paris après le colloque franco-chinois de Guiyang. Il s’agit d’une galerie d’impressions sur la Chine d’aujourd’hui et notamment sur la province du Guizhou, longtemps la plus pauvre de Chine, qu’il avait visitée en 1981. Après plusieurs digressions sur la géographie de la mobilité, les paysans, la pauvreté et l’injustice sociale, le rôle de la mondialisation, la quête de l’eau, il dresse un récapitulatif de la mutation de la Chine en dix points. Parmi les questions les plus prégnantes, il insiste sur les antagonismes d’une société avide de modernité, mais consciente de son épaisseur historique et de ses fragilités.

Haut de page

Note de l’auteur

Ce texte de Pierre Gentelle est inédit. Il a été écrit le 15 juillet 2007 lors de son retour en avion vers la France et a été adressé aux collègues et amis de France et de Nouvelle-Calédonie qui ont participé au colloque de Guiyang (28 juin-8 juillet 2007). Né en 1933, agrégé de géographie (1959), Pierre Gentelle a étudié le chinois à l’université de Pékin, avant d’entrer au CNRS en 1962. Lauréat en 1967 du Prix André Siegfried de la Fondation nationale des Sciences politiques, chercheur sur la Chine contemporaine à l’École des hautes études en Sciences sociales, il est intégré en 1974 à l’Unité de recherches du CNRS « Archéologie en Asie centrale : milieux, peuplement, techniques ». Invité dans une douzaine d’autres missions archéologiques en Orient, il est associé à partir de 1993 au laboratoire d’archéologie de l’École Normale Supérieure. Il est directeur de recherche émérite au CNRS depuis 1999 et rapporteur scientifique du Club Asie orientale CRIN (échanges et coordination recherche-industrie). Il publie de nombreux travaux sur la Chine contemporaine, et participe comme géographe à des recherches d’archéologie en Asie centrale, au Yémen, en Syrie, en Ouzbékistan, au Turkménistan.

Texte intégral

1En ce début de juillet 2007, j’ai pu observer à Guiyang et dans le sud-est de la province du Guizhou, une des plus pauvres de Chine, jusqu’à la frontière du Guangxi, au-delà de Libo, d’abord la multiplication des routes et le souci de développer les accès les plus variés jusqu’à proximité de villages isolés entre des cônes et des alignements karstiques encore boisés. Bien entendu, le fait spectaculaire est à la fois la multiplication soudaine des stations d’essence toutes neuves de Sinopec, les péages multipliés sur l’autoroute et aux abords des villes, la présence permanente du travail à la main sur les chantiers d’équipes pléthoriques. Cette Chine, ici, se situe de plain-pied dans la géographie de la mobilité.

La géographie de la mobilité

2Cette mobilité est accrue par trois phénomènes concomitants :

  • la disparition des vélos, tant en ville qu’à la campagne, remplacés par des véhicules à moteur et notamment les belles automobiles de l’administration. En 1950, la motorisation japonaise a commencé par l’importation et la copie de la 4 CV Renault, qui fut la gloire de notre après-guerre. Là, on passe directement à la grosse limousine, très élitiste, mais qui entraîne le mouvement ;

  • la migration presque intégrale de la population active des villages (de 20 à 45 ans), y compris les femmes, vers les centres urbains en complète explosion ou bien vers les petits bourgs de marché, comme aurait dit Skinner (1965), qui étudia jadis les villes de marché en Chine selon les schémas de Christaller ;

  • le changement très rapide du comportement économique du paysan au champ, qui passe sans transition d’une agriculture de subsistance (riz, taro, maïs) aux cultures commerciales et économiques, voire spéculatives (tomate, canne à sucre, mûrier de plein champ) parce qu’il trouve à sa disposition des camions de 30 tonnes, venus du Guangxi au sud (ou partant du Guizhou en particulier, selon les plaques minéralogiques) susceptibles d’apporter très rapidement les produits fragiles aux centres de redistribution. Nous n’avons pas vu de camions de Canton ; la distance paraît trop importante : la concentration des produits de rapport doit se faire comme elle se faisait déjà au xixe siècle, soit à Liuzhou (situé à 300 km), soit plutôt au grand port fluvial de Wuzhou (à 400 km), sur la branche occidentale de la Rivière des Perles, en amont du delta. De là, les produits sont acheminés hors du Guangxi par chemin de fer, eau et air.

3Bien des migrants ont pris le même chemin. Cela pose évidemment la question de la signification du maintien du hukou (passeport intérieur), ou de son abandon progressif, qui correspondrait mieux à l’intention du gouvernement de vider les campagnes de leur population en excès. On portera également au crédit de la mobilité la généralisation, jusque chez certains des plus pauvres, du téléphone mobile, dont la Chine est devenue, depuis peu, le pays qui a le plus grand nombre d’abonnés (334 millions en 2005, alors que les USA n’en avaient que 194, la Russie 115, le Japon 89, la France venant derrière l’Allemagne, l’Inde, l’Italie et le Royaume-Uni avec seulement 46 millions d’abonnés). Mais la couverture de la population est de 65% aux USA contre 25% en Chine, qui a un formidable potentiel de croissance.

De l’architecture « lavabo » à l’architecture internationale

4Le deuxième fait marquant des paysages est la pénétration dans les villes, banlieues, bourgs et villages, d’une architecture internationale à toit plat (à l’inverse des maisons traditionnelles à charpente en bois et à deux pans à couverture de tuile). On peut reconnaître et dater les styles, à une ou deux années près. Il semble que les façades « lavabo », datant des années 1990, soient partout remplacées par des styles hérités de l’Asie du Sud-est, qui n’hésitent pas à employer la colonne, le fronton, le rebord de terrasse surplombant, deux ou trois couleurs vives par façade, de larges baies vitrées et ceci sur un mode répétitif tant qu’on se trouve dans le même lotissement. Ce style « kitsch nouveau riche » est choisi par les promoteurs immobiliers pour rendre visible leur réussite financière. Il est postérieur à l’an 2000.

5Une question se pose : le mitage des paysages ruraux par ce type de construction commence à enlever toute l’harmonie de la pauvreté qui avait su se perpétuer dans les paysages agricoles. La dissymétrie est parfois confondante. Elle marque tout à fait la séparation croissante entre les « restés pauvres » et les « devenus riches », qui ne se limite pas aux seuls paysages. Il faudrait parler plus loin de l’urbanisme nouveau des villes (je n’en sais pas assez) et de la manière dont la population se l’est approprié, avec le kitsch multicolore des buildings, les éclairages au néon sur les toits, les places monumentales avec copie en béton d’œuvres étrangères célèbres (nymphée de la villa Hadriana de Rome en plein milieu des jets d’eau de Libo). On singe Hong Kong et Shenzhen et, si on le pouvait, les casinos de Macao. Cela viendra peut-être, tant l’amour des jeux d’argent est grand dans le pays. Guiyang a eu ses premières tours en 1990-1992. En 1981, on ne voyait que les immeubles de six étages du maoïsme à barreaux antivol.

Le travail dans les villages reculés

6Le travail du champ continue de se faire à la main dans les villages. Il y a très peu de petite mécanisation, qui avait un temps été le leitmotiv, il y a plus de quarante ans, de la « révolution verte ». On se trouve donc -effectivement dans des zones reculées, qui ont échappé à la généralisation du moteur pendant toute cette période. C’est aussi ce qu’on peut constater par le maintien du portage à dos d’homme (et au moins autant à dos de femme), la rareté de la roue sur les chemins cahoteux et escarpés. L’usage généralisé du bois dans les outils, l’existence d’ateliers rustiques de forge ou le maintien d’un pressage de papier artisanal peuvent alors se présenter comme la survivance de traditions « authentiques » du travail rural et être évalués aujourd’hui selon les critères de l’éco(lo)tourisme sans passer encore pour un folklore reconstitué depuis la ville.

7La culture des pentes est une habitude prise assez récemment – xixe siècle –, en raison de la croissance de la population et des besoins alimentaires lors des famines, combinés plus tard à l’idéologie productiviste du maoïsme. Défricher, dessoucher, conquérir les sommets sont des mots d’ordre de l’Antiquité qui n’ont jamais cessé d’être appliqués par les Chinois. Il ne faut pas oublier que, même dans les zones pauvres, la population, en moyenne, a doublé depuis 1957 ! Ne voyons pas les villages actuels d’un œil statique. Le problème qui se pose pour l’avenir n’est pas la surexploitation des pentes déboisées, mais ce sont les effets négatifs de la déprise agraire et de la friche. Que deviendront les cônes karstiques cultivés lorsque les paysans seront en ville ? Qui entretiendra les sentiers d’accès, qui protégera les pentes contre l’érosion ? Une fois les banquettes de maïs laissées à l’abandon sur les altérites, il serait sage de les replanter en arbres dits économiques, fruitiers, liquidambars ou arbres à laque. Mais on entrerait là dans une économie moderne que les paysans actuels n’ont pas les moyens d’affronter.

8Il suffit de regarder comment ils travaillent. Ils sont entrés malgré eux dans le monde moderne avec des moyens de travail mécaniques et la force de travail humaine, à peine aidés par l’outil et plus rarement encore l’animal. Toute cette petite économie est vouée à disparaître, quoi qu’on en dise de nos jours. Les surfaces cultivées sont ridiculement réduites au regard de l’ensemble de l’économie. Surtout, elles ne sont pas économiquement rentables, en particulier quand on se rappelle qu’à l’échelle du pays, 7 % des terres arables du monde font manger 20 % de la population mondiale. J’ai vu des paysannes ajouter à la main une pincée d’engrais triple (NPK : potassium, nitrate et phosphate) au pied de chaque tige de canne à sucre, et arracher les mauvaises herbes à la main au passage. J’ai vu des paysannes, serpette à la main et palanche à l’épaule, aller chercher les herbes (fanes et chaumes) coupées le matin et laissées à sécher un peu sur le sol, pour que la charge soit moins lourde le soir lors du rapatriement de ce fourrage à la maison. Il s’agit bien de ce qu’on nomme « économie agricole de montagne », dans des régions qui sont restées à l’écart du mouvement des plaines.

9Revenons-en à la grande leçon que m’a donnée le paysan (photo 4, annexes) qui nous a reçus l’après-midi où vous êtes montés aux grottes. Né en 1959, pendant la grande famine, il pleurait encore en 2007 en racontant à Mi Meiduo la misère biologique absolue qui avait conduit sa mère à mordre dans du cadavre humain cuit, alors que ses os à lui, trop fragiles, l’ont empêché de marcher avant deux ans révolus. Cet acharnement à vivre, à tirer le meilleur du pire, et cet accueil si simple cinquante ans plus tard : bon, il n’y a de commentaire à faire pour chacun que dans son for intérieur.

Pauvreté et injustice

10Voilà que la rage de voir notre monde si bête me reprend. On peut naître pauvre. Il est pire de le rester parce qu’on n’a pas les moyens d’en sortir. À ce moment-là, et à ce moment-là seulement, on devient vraiment pauvre, à l’intérieur de sa communauté, tandis que le voisin s’enrichit parce qu’il dispose de qualités potentielles que l’ordre social, ancien ou nouveau, lui permet d’exprimer. « Destin », intelligence, volonté, handicaps, cent autres causes cruelles de l’injustice qui préside à la vie peuvent être avancées.

11Les villages que nous avons visités sont, c’est aveuglant, en transition et donc en danger de mort. Nous ne les verrons plus jamais ainsi. Il y aura de « belles maisons « lavabo » » entourées de masures améliorées avec eau courante (non polluée?) à l’intérieur, peut-être des toilettes, une cuisine qui n’enfumera plus la salle commune. Les propriétaires des « lavabos » auront mieux et plus, et s’arrogeront les décisions de production de leurs voisins pauvres, qui deviendront leurs clients, si ce n’est leurs fermiers ou leurs domestiques. Ce n’est pas propre à la Chine, évidemment. Le parc, goutte d’eau dans la mer paysanne, va modifier la structure sociale de deux ou trois vallons. L’idée est un peu courte, à terme, qui projette de s’acharner à « préserver le milieu naturel ».

12Il n’y a pas de milieu naturel là où vit l’être humain; il n’y a plus de milieu naturel sur la terre. « Conserver, restaurer », quoi, pour qui, pour combien de temps? Idéologie trompeuse, comme l’écrivait mon ami le japonologue Philippe Pelletier (1993) dans L’imposture écologique. Cette erreur de perspective risque de coûter cher aux paysans pauvres que nous avons vus. Ils vont dépendre de plus en plus du parc qui leur dictera sa loi, et sa loi est celle du marché. Je me rappellerai toujours la semaine passée dans un village mourant du Queyras (France), parmi les cris des marmottes, et ma stupeur quand j’ai découvert l’horloge astronomique (ce qu’on appelle cadran solaire), la seule chose encore vivante sur les murs nus. On déchiffrait encore cette devise terrible: « Omnes ferunt, ultima necat ». Pour les non-latinistes, le sujet est sous-entendu. Il s’agit des heures: « Elles blessent toutes. La dernière tue! ».

L’illusion de la protection de la nature et la mondialisation : une vaste ruse des possédants

13Il en est des civilisations comme des villages. Elles meurent aussi. C’est folie de croire que l’être humain peut protéger la nature : sa fonction de base est exactement inverse. Comment pourrait-il la protéger contre lui-même, dont le « destin » est d’en jouir toujours plus ? Toute la vie humaine dépend de la prédation. L’être humain aura beau s’excuser, comme le Japonais ou les animistes, de faire du mal à l’arbre qu’il coupe. Il sait qu’il fait mal, mais il ne peut faire autrement : c’est notre « destin » collectif. Certes, on peut s’agiter pour retarder l’issue fatale. On peut repousser l’échéance vers le futur avec la mode du principe de précaution. Mais la fin est au bout. Réduira-t-on le nombre des humains sur la terre ? Demandera-t-on à ceux qui ont connu les déboires de nos civilisations conquérantes de renoncer à l’équivalent de nos plaisirs ? Interdira-t-on aux pauvres d’accéder au niveau de vie des Californiens ?

14Le film d’Al Gore est une supercherie. Combien de CO2 les membres de notre groupe ont-ils consommé pour aller voir les karsts du Guizhou au lieu de rester à « économiser la nature » dans leurs maisons respectives, à -transpirer au soleil d’été et à se chauffer l’hiver de bois mort, pour ne pas utiliser la climatisation ? Il n’y a pas d’avenir crédible pour les réducteurs de tête que sont les illusionnistes du « dé-développement » (anti-développement, croissance zéro, etc.)

15Je sens que mon texte devient violent, mais laissons faire! Cette violence appelle, bien entendu, la contradiction. Avec des arguments crédibles, cependant! Pas seulement avec de bons sentiments et une morale mièvre qui feignent de ne pas voir que pendant que les uns bêlent, les autres préparent la conquête de l’espace à des fins militaires, le clonage des meilleurs esprits, la réparation de la santé des riches avec des nanotechnologies de plus en plus coûteuses, la mise en coupe réglée des territoires pour que les puissants puissent asseoir plus solidement leurs dominations technologique et commerciale. Nous voulons ignorer que pour que Google marche – notre nouveau jouet merveilleux, avant tous ceux encore plus incroyables pour lesquels nous salivons déjà –, il a fallu que les méga-ordinateurs à teraflops qui gèrent les données soient déplacés au pied des barrages des centrales hydrauliques, pour raccourcir les pertes d’électricité et réduire les coûts de production. Quel sera donc le bénéfice pour l’environnement si le nouveau dreamliner de Boeing, qui va entrer en service en 2008, fait de carbone, léger et consommant 20% de moins de kérosène, est produit en grande quantité, de manière à augmenter de 20% le trafic aérien? La mondialisation est une vaste ruse des possédants pour s’approprier ce qui leur échappe encore. Et voilà que la Chine passe dans le clan des possédants! Elle aussi en veut encore plus, toujours plus. Son but final n’est pas la « bénévolence » confucéenne, c’est l’accès aux avantages acquis. Tant pis pour les autres!

16Qui de nous aurait eu le cœur d’expliquer à la paysanne rayonnante qui attendait le camion pour embarquer ses tomates payées 1,60 yuan le kilogramme qu’elle devait renoncer à sa vente parce que ses semences pouvaient être OGM (organisme génétiquement modifié), parce qu’elle favorisait la concentration des consommateurs dans les mégapoles côtières où les prix montent inexorablement (ainsi que le nombre des pauvres…), parce qu’elle exportait son travail au moyen d’un diesel polluant ? Qui de nous aurait expliqué au paysan qui fait pousser en plein champ ses merveilleux mûriers, pour nourrir ses vers à soie, qu’en pratiquant le dumping de ses prix bas, il contraignait les producteurs de cocons de la côte à baisser eux-mêmes leurs prix, donc à devoir travailler plus ou bien à changer d’activité en raison de la hausse relative du prix de production ? Est-il possible que nous ne sachions pas que le bonheur des uns peut faire le malheur des autres ? C’est souvent parce que nous oublions de changer constamment d’échelle, erreur impardonnable pour des géographes. « L’évolution » est incontournable. C’est elle qui est durable. Il ne faudrait jamais croire qu’elle ne crée pas de malheur ailleurs que là où elle invente un bonheur nouveau.

17Persistera-t-on à croire que le sort des paysans déracinés aperçus à Guiyang en train de trier leur pitance dans les ordures, ou bien celui des jeunes qui montaient dans la nuit, sur leur dos à vif et cassé, des charges de plaquettes « lavabo » pour décorer les murs des nouveaux entrepreneurs, est meilleur que celui de ceux qui, restés au village, mangent du taro, des fanes de navet et des restes de poules ? Ils gagnent peut-être plus d’argent. Sont-ils plus heureux ? S’ils le sont, c’est parce qu’ils poursuivent un rêve – vivre bien, dépenser – et que ce rêve leur paraît aujourd’hui accessible. Alors, en avant ! Mais ce rêve, revenons-y, il est encore plus consommateur de nature que les précédents. Et, aussi sages que nous puissions devenir, nous ne rendrons pas ce qui est consommé renouvelable, parce que pour recycler il faut de l’énergie. À moins que, pour de bon, l’humanité ne se mette à consommer que de l’énergie inépuisable, hydrogène, soleil, atome.

Les guerres qui se préparent

18Mais les déchets ? Mais la lutte pour l’appropriation des biens rares, mais les guerres qui ne se préparent même pas dans l’ombre pour « partager » l’eau ? Partager l’eau, quelle utopie ! Il s’agit d’en prendre le plus possible pour soi. Le mécanisme date du Paléolithique, pour le moins. Ce que l’un « arrache » comme part de marché à l’autre appauvrit le concurrent qui, vaincu, doit se rabattre sur plus faible que lui pour s’enrichir. Lequel, vaincu à son tour, se replie sur lui-même ou appauvrit à son tour le plus faible. Et ainsi de suite. Tant qu’on parlera de la nature en oubliant que ce sont les sociétés qui créent le mouvement, et que tout mouvement social ne peut fonctionner que par des rapports de force, on n’aura rien compris à ce qui se passe dans la réalité du monde.

19Il n’y a pas d’égalité dans l’activité des humains. Les seuls moments où le conflit n’est pas prêt à jaillir, c’est quand les biens disponibles sont croissants. Au moindre ralentissement, tout le monde se protège. Ah, les grandes surfaces dévalisées en un clin d’œil par les foules « altruistes » au moindre signe de grève dure ! Qu’ils sont alors beaux à voir les sentiments réels de nos contemporains ! Baudelaire a raison dans son adresse au lecteur :

20On ne se fait jamais du mal quand on repense aux Fleurs du Mal.

21Les rancœurs s’accumulent et les révoltes menacent. Il faut manier avec prudence le mot révolution. Mais cela n’empêche nullement d’apercevoir le leurre que nous tend l’idéologie du développement soutenable (ou durable). À force d’attirer nos regards vers la nature souffrante pour créer un environnement propre, elle les détourne des humains et fait passer au second plan la lutte pourtant essentielle contre les niveaux de pauvreté. L’inégalité, continue et répétitive, peut être supportée longtemps, plusieurs générations parfois, parce qu’elle abrutit et déshumanise l’illettré. Je me répète, mais on n’est pas battu d’avance, on le devient dès qu’on y consent. Ensuite, on le reste toujours pour d’excellentes raisons. Il y a quelques années, on aurait dit que c’était l’attitude de l’esclave révolté, du colonisé face au colonisateur, et quelques siècles plus tôt, de Spartacus. Mieux vaut se tenir droit et recevoir une gifle en pleine face. On a au moins une chance de la rendre. Le dos courbé, on prend des coups de bâton et on ne peut qu’attendre les suivants. Je ne voudrais pas être cruel, mais les réfugiés palestiniens qui supportent tout depuis 1967, plutôt que d’-analyser les raisons de leur échec, m’attristent. Et cela ne me réjouit pas de les voir répondre à l’injustice en laissant leurs enfants développer des stratégies de lancer de cailloux au lieu d’aller à l’école. Bien d’autres situations nous fournissent chaque jour l’illustration atterrante de mon propos.

Le développement durable : un leurre

22Je suis contre l’expression « développement durable ». Ce que l’expression veut dénoncer, c’est le mode de notre développement actuel. Je suis pour cette critique, mais pas aveuglément et, surtout, pas pour des raisons morales. Que nous devions abandonner (quand ?) l’expansion généralisée de la prédation sur la nature est irréalisable pour de nombreuses décennies. On peut la rendre moins polluante, on peut aménager, mais cela ne se fera que sous la contrainte : et là, aussitôt, quelle contrainte ? En effet, ayant dit cela, on entre dans le domaine du politique. Et là, cela se complique vraiment. Nous avons beau savoir que le développement « infini » dans un monde fini conduit à la catastrophe, un jour lointain, quand il n’y aura plus de poisson autre que d’élevage, de blé autre qu’OGM immunisé contre les insectes, de maisons chauffées seulement au solaire, de déchets autres que recyclés en plusieurs étapes jusqu’à n’avoir plus à enfouir profondément sous terre que les cendres de cendres de cendres (qui pourront être un concentré de nocivité), il faudra bien se soucier des populations et surtout de leurs désirs.

23Mais avant même que nous ne ressentions de manière palpable les effets délétères de notre mode actuel de développement au point de vue de la production, de l’usage maladroit de la nature, du réchauffement climatique, etc., nous serons confrontés à des problèmes humains bien plus dangereux et plus immédiats. Ils sont déjà là, sous nos yeux, et nous refusons de voir leur dangerosité. Je m’explique. Quel pouvoir social peut avoir avantage à freiner la consommation et le mouvement de la science qui convergent dans la fureur du renouvellement constant, au prix du raccourcissement de la vie des objets (obsolescence)? Au nom de quelle autorité? Ce pouvoir serait bien vite autoritaire, fasciste, utopique: on l’a vu en Chine avec le mode de développement maoïste d’abord, avec la phase 1 de la Révolution culturelle entre 1966 et 1971 (mort de Lin Piao), puis avec la caricature de la Bande des Quatre entre 1972 et septembre 1976 (mort de Mao). Le peuple veut jouir. Il veut de la poudre (sur le nez qui brille) et des bals. Sinon, comme disait Victor Hugo à propos de l’enfant grec, il veut de la poudre (à canon) et des balles. Il y a une carte mondiale détaillée à faire des prochaines guerres pour l’eau, c’est un travail « amusant » de carto-géographe. Il y a bien d’autres cartes en préparation: la guerre pour les gisements off shore, la guerre pour l’accès aux ressources rares, etc.

Optimisation de l’espace et satisfactions sociétales

24Les rapports entre l’optimisation de l’espace géographique et les satisfactions sociétales sont au cœur de la question posée. On prendra comme axiome, sans démonstration qui nous mènerait vite hors sujet, qu’il est légitime d’établir des jugements sur l’espace. On peut alors examiner l’hypothèse suivante : toute évolution de l’espace géographique, défini comme un ensemble de lieux caractérisés par leurs positions relatives et munis d’attributs qui les caractérisent (karst, parc naturel, réserve…), ainsi que par la répartition de l’habitat (isolat, doline cultivée, vallée minière, Libo gros bourg ou petite ville, Guiyang capitale d’un « État » de 36 millions d’habitants – plus peuplé que la Grèce, sans parler de la Lettonie, de la Slovénie ou du Monténégro !), ainsi que celle des productions, tout cet espace est susceptible de favoriser le degré de satisfaction de certains habitants et en même temps de nuire à certains autres. Par ailleurs, le processus d’optimisation implique qu’on tende vers un optimum. Bien entendu, la notion d’optimum pose immédiatement la question : optimum pour qui ? Pour quoi ? Comment le définir ? Il est évidemment impossible de répondre si l’on ne considère que l’efficacité économique, pratique trop fréquente chez les chercheurs géographes. La « satisfaction sociétale » appartient à un ordre beaucoup plus complexe, parce que les humains sont complexes et contradictoires et qu’ils vivent dans des sociétés non seulement spatialement organisées, mais en outre structurées selon des rapports de force produisant de l’inégalité (vous voyez bien pourquoi j’ai observé les pauvres pendant notre voyage).

25C’est pourquoi la tâche que le géographe doit s’auto-confier est l’étude de l’optimisation, dont se gargarisent les organisations internationales, les ONG (organisations non gouvernementales) et les gouvernements à langue de bois (il n’existe pas de gouvernement sans langue de bois). Cette étude implique un gros travail de réflexion et de construction d’arguments crédibles, « validables » par la communauté scientifique qui, sainement et par nature, se doit d’être critique. La connaissance n’avance que par la validation accordée par les pairs. Il s’agit aussi de comprendre de manière « exhaustive » (objectif impossible à atteindre) les raisons de la durabilité (ou de la non durabilité) des structures organisant les différentes configurations spatiales et sociales, qu’on devrait absolument envisager comme un seul bloc (on pourrait écrire spatio-sociales ou socio-spatiales tant les deux domaines sont imbriqués). Mais « nobody is perfect! ». Nous l’avons bien vu avec les contradictions de tout ordre que fait naître le parc protégé de Maolan. Et si la petite ville de Qingyan Gucheng n’avait pas porté la maison du père de Zhou Enlai, donc un peu d’histoire, j’aurais renoncé à y trouver autre chose qu’une « disneylandisation » en cours, ce qui pose une question annexes au colloque, l’enfermement croissant des populations dans des parcs aménagés où se déroulent non plus la vie mais des jeux de rôle.

Qu’est-ce donc qu’un optimum ?

26Il existe autant d’optimums que de périodes historiques que nous sommes capables de séquencer correctement. Il est donc indispensable d’entrer dans l’histoire, pour le passé, et dans la prospective, pour le futur. Et de ne jamais laisser parler ses indignations, ses sentiments ou ses préférences, plus hauts que sa faculté d’analyse. J’ai décidé de choisir trois points seulement parmi des dizaines possibles. L’un est l’imprécision, les incertitudes et les séquelles imprévues de la gouvernance, bonne ou mauvaise, rapportée aux choix faits par la société dans le long terme pour ce qui concerne son action sur la nature. Toute décision d’un bureaucrate, même stupide, engage l’avenir de l’espace et des populations qui y vivent (vous reconnaîtrez là ma manière de parler du maoïsme). J’aurais bien aimé ensuite traiter de la transformation de l’espace en territoire (ça mériterait des développements, mais cela m’entraînerait trop loin). Laissons tomber, d’autres s’en occupent. En second lieu, je vais m’intéresser aux raisons qui font que les groupes humains, de tailles très différentes, ont un rapport quasiment charnel parfois suicidaire, avec les lieux que leurs ancêtres ont investis. Je prendrai l’exemple de la vallée moyenne du Yanzijiang et ses inondations répétées.

27L’optimisation conduit-elle nécessairement, au nom d’objectifs idéologiques et manifestement fluctuants, à l’élaboration du juste et du beau? Vous ne manquerez pas de rapprocher cette question des photographies de mon Powerpoint et de la « nostalgie » que vous m’avez attribuée, avec bon sens (photos 5 à 10, annexes). Après tout, dans la vie, l’esthétique, n’est pas rien. Est-il possible qu’existe une justice socio-spatiale? C’est un problème complexe (Rawls, 1999). Un optimum, cela implique une certaine stabilité temporelle, une durée. Il existe des rapports avec l’équilibre (stable ou instable) de la société/nature, donc des rapports avec ce qu’on appelle la permanence, comme quand on dit « la société traditionnelle » ou « les manières de vivre de l’Ancien Régime ». Mais il existe d’autres rapports encore. La notion d’optimum (objectif atteint, satisfaction maximale) est évidemment liée à celle de maximisation (processus et durée par lesquels une société s’approche de l’optimum) et celle de minimisation (processus et durée pendant lesquels l’optimum se défait et parfois la société s’écroule). Des exemples: certains éléments de confort (l’automobile…) ne sont pas compatibles avec la minimalisation des risques et de la production d’effets négatifs au-delà du territoire étudié; les pluies acides dues à l’exploitation réussie du charbon portent un grave préjudice à divers milieux voisins, etc.

28C’est pourquoi la question de l’optimisation se ramène à « la construction sous contrainte d’un territoire ». Je m’explique. Dans le cours de l’optimisation (comme aujourd’hui dans la Chine qui a une croissance de 10 % par an), il faut décrypter le jeu des acteurs et tenir compte de leurs associations, de leurs conflits, ainsi que de la qualité de la gouvernance qui permet de faire aller vers le haut (maximisation) les mouvements qui agitent la société. Ceci est une contrainte. Les circonstances, les héritages (patrimoine), les conflits d’intérêt, les rapports de force, introduisent une incertitude entre les buts déclarés de la société et les résultats : il y a là aussi une contrainte. Mais il y a plus encore ! Les optimisations ne sont pas forcément les mêmes aux différents ordres de grandeur. Par exemple : l’exploitation du charbon enrichit la vallée ou la province. En outre, elle donne du travail non qualifié aux démunis. Mais, dans le même temps, elle crée de nouvelles formes de dépendance – esclavage, exploitation des humains par d’autres humains – ainsi que des incompatibilités entre les différents ordres de grandeur des optimisations, comme les conflits incessants entre intérêt particulier et intérêt général. Tout ceci conduit à examiner l’optimisation de manière à comprendre la durabilité (ou non) des organisations socio-spatiales. Voilà qui nous reconduit, nous le voyons bien, vers l’intitulé du colloque : « Environnement, patrimoine et développement durable ». Et qui nous fait rebondir au-delà ! Car voici enfin le sujet sur lequel je « travaille ».

L’eau et les sociétés : la nature corrigée (exemple du Yangzijiang)

29L’eau est une distribution dans l’espace et dans le temps sur laquelle les humains n’ont pas de prise. La redistribution de la pluie par les fleuves, après passage ou non par les sols, possède des rythmes sur lesquels les humains ne peuvent avoir qu’une action infime, à la marge de la marge. Mais l’eau qui coule et ruisselle peut devenir en quelques heures un phénomène si sauvage qu’il doit malgré tout être impérativement contrôlé dans les environs des installations humaines, sous peine de tout détruire un jour ou l’autre. Les sociétés humaines les plus élaborées ont donc de tout temps cherché à corriger les distributions naturelles, en particulier dans le cas des crues, inondations, et dans la gestion des risques afférents soit à l’excès d’eau (digues, barrages), soit à son manque (irrigation, détournements de cours).

30La question est de comprendre pourquoi certaines sociétés (toutes ?) vivent sous une contrainte parfois insupportable, qu’elles assument de manière répétitive. Ici, en Chine centrale, la menace de la crue est annuelle, prévisible, attendue, meurtrière. Cette question est une grande question géographique. La vision « déterministe » de la géographie, jusque dans les années 1960, nous a fait refuser tout ce qui brisait le statut conféré aux populations dites « bien implantées », inscrites depuis des temps immémoriaux dans des territoires soigneusement calibrés par des pratiques et techniques « immuables » (ce qui est faux). Elles étaient là, disait-on, parce qu’elles étaient là, point barre. La vision tiers-mondiste, des années 1960 aux années 1970, nous a interdit de penser une solution hors du milieu concerné, considéré comme souffrant, sinistré et en attente de l’aide de la communauté internationale. La vision révolutionnaire que tentèrent d’implanter les maoïstes de 1952 à 1976 fut l’exigence d’une transformation sur place, partant de la base rustique et non du sommet évolué, au moyen de « forces productives » déjà fortement attardées (par rapport à celles du monde développé) dont on tentait en fait d’extraire encore plus ce qui pouvait être extrait dans les autres modes de production. Au passage, je laisse tomber le problème de la gestion des risques (y compris géopolitiques) dans les parties basses des vallées et deltas, des moyens dont doivent user les sociétés et des effets en retour sur leur organisation.

31L’essence d’une société responsable, c’est de corriger la nature là où elle fait défaut et, pour cela, d’utiliser au mieux les techniques dont elle dispose. On pourrait, en jouant sur les sens du mot nature, prétendre que telle est la démarche « naturelle » des sociétés humaines, quel que soit leur stade de développement. Il s’agit en effet, pour les humains en réunion, de développer une certaine rationalité, destinée à procurer à l’ensemble social les avantages attendus. La démarche est donc essentiellement pratique. Elle est aussi collective. Ce n’est que très tard que surviendront les décisions individuelles. Que des calculateurs, ingénieurs et autres inventeurs, individus originaux à la pensée puissante, autant que les chamanes et sorciers, doués de qualités qui les placent hors du commun, puissent exercer une influence importante, voire déterminante, est un fait bien connu. Mais les décisions capitales sont toutes prises par la communauté, suivant des modalités variables. De cette manière, guides spirituels et masse d’adhérents trouvent un consensus dans lequel rien ne se fait qui ne soit partagé. Le fait que l’adolescent (ou le vieillard) se met parallèlement à vouloir « comprendre » les phénomènes qui conduisent à une situation de crise, fait aussi partie des prérogatives des sociétés humaines et des sociétés, même « primitives ». Il s’agit d’une attitude active.

32Au bout d’un certain temps, l’expérience acquise permet éventuellement de percevoir les effets négatifs. Cela entraîne une évaluation avantages/défauts, mais en général le désir des avantages l’emporte sur la prise en compte des conséquences néfastes. Un grand problème annexes – qu’on laissera ici de côté – est l’ensemble des raisons pour lesquelles une société qui se fourvoie continue d’agir sans corriger sa trajectoire. La manière dont on rejette les échecs vers l’ailleurs, vers les autres ou bien vers le Ciel, « l’envoi » des calamités est un autre sujet d’étude. Vient ensuite l’appréciation avantages/coûts, qui fait souvent l’objet d’évaluations divergentes selon l’endroit de la société où l’on se trouve. Enfin seulement vient la prise en compte de l’ensemble du problème, c’est-à-dire l’étude du projet dans toutes ses conséquences: il est rare cependant que cette étude projette dans l’avenir tous les scénarios possibles. Cette insuffisance (incompétence) est le cas de tous les scénarios proposés par les tenants du « développement durable ». Ils sont à courte vue, incomplets, entachés de lobbyisme et de subjectivité. Le savoir acquis, l’expérience ne suffisent pas à régler une question sociale. Ils permettent seulement la proposition de solutions plus ou moins farfelues. La gestion du moindre problème à régler demeure ainsi toujours du ressort du politique qui, normalement, doit impérativement être le secteur de la vie sociale qui dispose nécessairement des informations les plus complètes pour éclairer son jugement et sa décision.

La crue en Chine : le bassin moyen du Yangzijiang

33La crue de tous les ruisseaux et fleuves chinois est connue de manière immémoriale, comme dans tous les pays où se produisent les pluies dites « de mousson ». Dans une certaine mesure, cette « mousson » n’est qu’un cas particulier de l’alternance saison sèche – saison humide. Les crues qui en résultent sont le passage brutal d’un état à un autre, en alternance. Le phénomène est bien connu depuis 5000 ans au moins (découverte du mécanisme de la crue du Nil). Il existe aussi des crues dues au passage de la saison froide à la saison chaude : ce sont les débâcles de la fonte des neiges au printemps dans les régions froides, les crues dues à la fonte des glaciers dans les zones désertiques à très hautes montagnes.

34En Chine, les domaines de ces diverses crues sont bien délimités, ainsi que les périodes récurrentes, d’une année sur l’autre. Il n’y a aucune surprise. Seule la variabilité interannuelle rend les crues plus ou moins importantes en volume d’eau, donc plus ou moins difficiles à traiter d’un point de vue humain. Enfin, une partie de la Chine est atteinte par des phénomènes récurrents et saisonniers, de mai à octobre, avec des exceptions en avril et novembre : ce sont les typhons. Là encore, aucune surprise : au moins un typhon viendra dans l’année. L’incertitude concerne la date exacte, la force, le tracé final. La crue est donc, en Chine, prévisible. Il est donc « naturel » que la société s’organise à l’avance soit pour en bénéficier, soit pour ne pas en souffrir. Ainsi commence le processus d’optimisation.

35Vivre au risque de l’inondation, gérer la pénurie saisonnière, subsister dans l’alternance de pluies et de sécheresses, gérer les eaux en excès, évacuer les surplus (chasser la crue vers la mer), conserver le nécessaire (garder la crue dans le sol), saisir la crue au passage, digues ou retenues, drains, gagner des terres sur l’eau. Par nature, toute eau prend instantanément au sol la direction de la plus grande pente vers les terrains les plus bas. Le premier jeu des petits enfants est d’en détourner le chemin ou de la retarder. Empêcher de couler ou faire couler « ailleurs » résume l’essentiel de l’activité des sociétés. Mais le but n’est plus un jeu. Dans l’été chinois, il s’agit chaque année de vie et de mort.

36J’aime que le peuple chinois, si souvent bastonné dans l’histoire et encore récemment par ses propres dirigeants, ait choisi de se tenir droit. Ce n’est pas l’insulter que de rappeler combien il fut soumis, jusque dans ses élites, à ceux qu’il osait qualifier de « barbares ». Que le peuple, certains intellectuels et les élites intermédiaires aient supporté cela la rage au cœur, bien des textes en fournissent l’évidence. J’aime que le peuple chinois ait décidé de se prendre en main. Paradoxalement, sans les horreurs de la période maoïste, jamais sans doute Deng Xiaoping n’aurait pu lancer les 700 millions de Chinois de 1960 vers ce que vont réaliser les 1400 millions de Chinois en 2020. On peut, si on en a le goût, ré-interpréter l’histoire. On ne peut rien contre les faits.

Haut de page

Bibliographie

Attané I., 2005 - Une Chine sans femmes. Paris: Institut National d’Études Démographiques, Perrin, 391 p.

Blondeau A.M. & Buffetrille K., 2002 - Le Tibet est-il chinois? Paris: Albin Michel, 462 p.

Cheng A., dir., 2007 - La pensée en Chine aujourd’hui. Paris: Gallimard, coll. « Folio Essais », 478 p.

Elvin M., 1996 - Another history. Sydney: University of Sydney, East Asian Series, 389 p.

Fairbank J.K. et Dreyfus S., trad., 1989 et 1997 - La grande révolution chinoise, 1800-1989. Paris: Flammarion, coll. « Champs », 560 p.

Fitzgerald C.P., 1972 - The Southern Expansion of the Chinese People. New York: Praeger Publishers, xxi + 230 p.

Gentelle Pierre, dir., 1989 - L’état de la Chine. Paris: La Découverte,coll. « L’état du monde », 454 p.

Gentelle P., 1995 - « L’homme et la dégradation de l’environnement dans le bassin du Tarim et le désert du Taklamakan, Chine de l’Ouest ». In: XVe rencontres internationales d’Histoire et d’Archéologie. Antibes: Éditions ADPCA, p. 453-486.

Gernet J., plusieurs éditions - Le Monde chinois. Paris: Armand Colin.

——, 1994 - L’Intelligence de la Chine: le social et le mental. Paris: Gallimard.

Jung Chang & Halliday J.,2005 - Mao. Paris: Gallimard, 843 p.

Kuhn P. et Will P.E., préf., 1999 - Les origines de l’État chinois moderne. Paris: EHESS, Armand Colin, Cahier des Annales, no 46, 208 p. (Ceci est le premier des 2 essais parus dans le Harvard Journal of Asiatic Studies, 2009).

Le Blanc C. & Blade S., 1987 - Chinese Ideas about Nature and Society. Hong Kong: Hong Kong University Press, 348 p.

Luo Guan-Zhong et Shi Nai-An, 1978 - Au bord de l’eau, 1 et 2. Paris: Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », n° 273, 1408 + 1376 p.

Pelletier P., 1993 - L’Imposture écologique. Montpellier: GIP Reclus, Géographiques.

Rawls John, 1971 et 1999 - A Theory of Justice. Cambridge (MA): Harvard University Press; une traduction française par Catherine Audard est parue en 1987, aux éditions du Seuil.

Schafer E., 1967 - The Vermilion Bird (influences venues du Sud). Berkeley: University of California Press, 380 p.

——, 1967 - The Golden Peaches of Samarkand (influences venues de l’Ouest). Berkeley: University of California Press, 379 p.

Skinner G., 1965 - Marketing and social structure in rural China. Journal of Asian Studies, vol. 24, n° 1, p. 3-43; n° 2, p. 195-228; n° 3, p. 363-399.

Spence J.-D., 1990 - The search for modern China. Norton: Yale University, 875 p. (Jamais traduit).

Weber M., 2000 - Confucianisme et taoïsme. Paris: Gallimard, 408 p.

Zhang Lun, 2003 - La vie intellectuelle en Chine depuis la mort de Mao.Paris: Fayard, 286 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gentelle , « Retour dans la province du Guizhou (Chine) », Les Cahiers d’Outre-Mer, 253-254 | 2011, 17-34.

Référence électronique

Pierre Gentelle , « Retour dans la province du Guizhou (Chine) », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 253-254 | Janvier-Juin 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://com.revues.org/6151 ; DOI : 10.4000/com.6151

Haut de page

Auteur

Pierre Gentelle 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org