Navigation – Plan du site
Articles

La pauvreté rurale en Chine du Sud-Ouest : exemples de deux communes du Guizhou

Jiangtao Chen et Richard Maire
p. 101-118

Résumés

Depuis la Réforme agraire de Deng Xiao Ping (1978), le monde rural chinois a connu de profonds changements. Une région pauvre et montagneuse comme le Sud-ouest du pays s’est également transformée. Cette recherche porte sur deux sites caractéristiques de la province du Guizhou, la commune de Raolan (district de Libo) et le village de Pojiao (district de Weining). Raolan illustre la situation des communes qui ont su sortir de la pauvreté. La plupart de ses jeunes actifs sont partis travailler en ville, une concentration de ses terres s’est opérée et des secteurs d’activité non agricoles sont apparus. Pojiao illustre l’absence de stratégie soutenue pour sortir certaines campagnes de la pauvreté. La mise en place des politiques démographiques n’a pas été encouragée, la forte croissance d’une population peu éduquée a inscrit cette commune dans le cercle vicieux de la misère. Le contrôle des naissances, le développement de l’éducation publique et la création d’une forme de sécurité sociale sont les paramètres les plus déterminants pour pouvoir mettre en œuvre la modernisation du développement rural.

Haut de page

Note de l’auteur

Communication présentée au colloque « Environnement, Patrimoine, Développement durable. Regard croisé Orient/Occident », Université du Guizhou, Guiyang, 3-14 juillet 2007.

Texte intégral

1Avec 60 % de la population chinoise (750 millions d’habitants), la paysannerie chinoise représente un « volcan souterrain » potentiel à cause des retards accumulés (Dan, 2005). Elle a envoyé des pléiades de main-d’œuvre dans les mégalopoles de l’Est et du Sud, mais aussi dans toutes les villes du pays. Cette révolution unique dans toute l’histoire de la Chine s’opère depuis 20 ans, avec une accélération depuis 10 ans. Toutefois les disparités sont énormes, non seulement entre l’Est et l’Ouest, mais aussi à l’intérieur de la Chine occidentale. Si la pauvreté des campagnes du Centre et de l’Ouest est bien connue, en revanche l’économie paysanne et l’évolution des mentalités demeurent encore insuffisamment étudiées (Aubert, 2005, 2006). Comme les statistiques officielles ne suffisent pas, il faut procéder à des enquêtes précises et à des recoupements d’informations en interrogeant les paysans, les responsables locaux et les chercheurs chinois. Deux communes rurales du Guizhou, Raolan et Pojiao, ont été choisies au cœur des karsts du Guizhou (Carte 1).

Carte 1 – Le Relief de la province du Guizhou et localisation des 2 communes étudiées : Riolan au sud (District de libo) et Pojiao au nord (district de Weining). (Source : Chen Jingtao, 2007)

Carte 1 – Le Relief de la province du Guizhou et localisation des 2 communes étudiées : Riolan au sud (District de libo) et Pojiao au nord (district de Weining). (Source : Chen Jingtao, 2007)

Contexte régional du Guizhou

  • 1  mu = 1/15 hectare = 666,66 m2

2Le milieu rural karstique du Guizhou, habité par de multiples minorités ethniques, s’insère dans une province montagneuse, zone refuge restée longtemps enclavée. Les ressources en terre arable sont donc limitées : le substrat est perméable et les pluies de mousson favorisent l’érosion rapide des sols en cas de déforestation. Aujourd’hui, la dégradation de l’environnement est grave dans certains districts à cause de la surpopulation, mais aussi des politiques désastreuses développées au cours de la seconde moitié du xxe siècle : phase maoïste du « Grand Bond en Avant » (1958-1960) et réforme agraire de Deng Xiaoping (1978-1980) qui a autorisé les paysans à défricher de nouvelles terres. La province du Guizhou représente 1,8 % du territoire chinois, mais sa population atteint 3 % de la population totale du pays. En 2004, la densité était de 222 hab./km² contre 136 hab./km2 pour la moyenne nationale (Annuaire démographique de la Chine, 2005). Comme les ressources en terres arables sont réduites, chaque habitant dispose d’une superficie agricole moyenne de 0,68 mu1, soit 450 m2 à peine : c’est un chiffre inférieur au niveau minimum d’autosuffisance alimentaire recommandé par la Food and Agriculture Organization (FAO) : 5 ares. Cette contrainte naturelle est loin d’être le seul paramètre qui favorise la pauvreté rurale, mais c’est une donnée de base qui a été également bien étudiée dans la province voisine du Guangxi par Lu Qi (2002) (fig. 1).

Figure 1 – Relation entre le revenu moyen des familles paysannes et la désertification du sol dans la province du Guangxi (d’après Lu Qi, 2002)

Figure 1 – Relation entre le revenu moyen des familles paysannes et la désertification du sol dans la province du Guangxi (d’après Lu Qi, 2002)

Raolan : un exemple de région rurale pauvre en voie de développement

3Située dans le district de Libo (sud Guizhou), la commune de Raolan présente un relief karstique à pitons. On observe une forte réduction de la population consécutive au départ des jeunes vers les villes de l’Est et du Sud pour trouver du travail. Comme dans beaucoup d’autres villages, il ne reste pratiquement que les grands parents et les enfants. Après la création de la réserve forestière de Maolan (réserve de la Biosphère, UNESCO), il a été interdit de couper les arbres dans les montagnes et de défricher sur les pentes. En conséquence les terres arables se trouvent seulement au fond des poljés de vallées (rizières) et sur les pentes douces de moins de 15o, au pied des versants (maïs)(photo 11, annexes). La surface moyenne de terre arable par personne est faible : elle s’établit à 0,081 ha ( = 810 m²), dont 0,056 ha de rizière (69 %) et 0,025 ha de maïs (31 %). Cela équivaut à 0,123 ha par actif dont 0,085 ha de rizière et 0,038 ha de maïs (Carte 3).

Carte 3 – Utilisation du sol à Raolan (d’après la carte topographique de 1965 à 1/50 000). (Cartographie : Guilène Réaud-Thomas, ADES-Dymset-CNRS)

Carte 3 – Utilisation du sol à Raolan (d’après la carte topographique de 1965 à 1/50 000). (Cartographie : Guilène Réaud-Thomas, ADES-Dymset-CNRS)

Portraits ethnique et démographique (fig. 2)

Figure 2 – Pyramide des âges de la commune de Raolan, avril 2005

Figure 2 – Pyramide des âges de la commune de Raolan, avril 2005

(Source : enquête Chen Jiangtao)

4Les habitants de Raolan appartiennent à deux minorités ethniques : les Buyi et les Shui. Autrefois, cette région était dirigée par les Shui et les Yao, une autre ethnie nomade pratiquant la chasse et la culture sur brûlis. Avec le temps, les Shui ont accru leur pouvoir, leur emprise et leur maîtrise technique, et ont fait reculer les Yao. Plus tard, les Buyi, originaires du Guangxi, ont immigré ici. Comme les Buyi étaient plus forts que les Shui et maîtrisaient mieux les techniques agricoles, ils ont pris les meilleures terres et ont fondé des villages. Aujourd’hui la commune de Raolan est constituée de 115 familles paysannes, dont 52 à Yaolan, 41 à Dongdai, et seulement 22 à Laqiao. Selon les enquêtes sur chaque famille, les 3 villages ont 462 habitants au total, dont 252 hommes et 210 femmes. Le sex ratio est de 1,2 homme pour une femme, car les jeunes femmes sont parties travailler en ville, se sont mariées et se sont installées ailleurs. Il est alors difficile pour les jeunes hommes du village de trouver des épouses car la région est pauvre et peu attractive. Le village présente 305 actifs, soit 66 % de la population. Le taux de charge est de 1,51 (soit 100 actifs pour 151 habitants) ; 105 personnes sont parties travailler en ville, soit un tiers des actifs ; 67,1 % des hommes de 16 à 35 ans travaillent en ville contre 45,3 % des femmes du même âge.

Un système administratif très organisé

5La commune de Raolan est divisée en cinq « quartiers » : deux à Yaolan, deux à Dongdai et un à Laqiao. Le maire, les chefs de quartier et un comptable s’occupent de mettre en œuvre les politiques du gouvernement et de fournir les données statistiques au district. Les affaires politiques sont de cinq types :

  • l’enregistrement de résidence (ou hukou) a été institué en 1949 pour fixer et contrôler la population. Mais c’est aussi une façon d’enregistrer l’état civil et de suivre la démographie ;

  • la collecte des impôts a changé à partir de 2005-2006 : le gouvernement central a supprimé tous les impôts à la campagne, ce qui a allégé les charges ;

  • la mise en œuvre des programmes de l’État ou du gouvernement local est une tâche récurrente : changement de pratiques agricoles, reboisement, achats d’outils, etc. ;

  • comme les villageois appartiennent à des minorités ethniques, la politique de natalité autorise deux enfants par couple. L’âge minimum pour une femme à Raolan d’avoir son premier enfant est de 20 ans. Après avoir eu deux enfants, les femmes doivent se faire stériliser ;

  • des travaux en commun sont indispensables comme à Yaolan : installation de canalisations d’eau courante à partir d’un captage souterrain, réparation de la piste menant à la route principale.

Cultures, rendements et élevage

6En raison de l’altitude moyenne de 600 m, le système cultural est de type « deux saisons et deux récoltes » (riz, colza, maïs, légumes).L’ensemencement du riz commence début avril, le repiquage a lieu en mai, la récolte s’effectue fin août – début septembre. Ensuite les paysans cultivent des légumes. Le mode d’exploitation est marqué par les associations colza/riz, ou riz/légumes d’automne. Après le colza et le riz, la terre est souvent laissée en jachère, et sert de pâture pour les bovins. Pour le maïs, les semailles commencent en avril/mai et la récolte se fait en septembre. Comme les sols des trois terroirs sont différents, les rendements ne sont pas équivalents. Par exemple, à Laqiao, les terres bénéficient de moins d’ensoleillement. En outre la maîtrise des techniques agricoles par les paysans n’est pas identique. Ainsi, les Shui maîtrisent beaucoup moins bien les techniques que les Buyi. Or les villageois de Laqiao sont Shui. À Yaolan, la situation est plus favorable car le terroir se situe dans une vallée orientée au Sud et une rivière traverse la vallée (photo 11). Les rendements des rizières et des champs de maïs sont donc deux fois plus importants à Yaolan qu’à Laqiao. La culture du riz se déroule en cinq étapes : germination en pépinière pour les plants à repiquer, préparation des parcelles, repiquage, entretien des rizières, récolte. Plus simple, la culture du maïs se déroule en trois étapes : ensemencement, entretien des champs, récolte. Le labour est effectué avec des bovins, mais on voit aussi apparaître de petits motoculteurs. Désormais les paysans du village peuvent trouver des engrais chimiques (urée) et des pesticides au marché ou auprès du service agricole privé, situé souvent au chef-lieu de canton.

Photo 11 – L’aménagement des champs agricoles : la rizière est située en bas et les champs de maïs s’étagent sur les pentes douces au pied de la montagne. (Photo Chen Jiangtao)

  • 2  ¥ = 1 € en mars 2011

7Chaque famille à Raolan élève en moyenne un bovin et deux porcs, plus une truie pour deux familles. Le bovin est utilisé pour les labours, le cochon est élevé pour son fumier et pour l’argent liquide obtenu lors de sa vente. Le profit tiré de l’élevage du cochon s’élève à seulement 200 ¥2 par bête. Mais le porc a l’avantage de pouvoir se vendre à tout moment de l’année, sans frais de conservation et d’entrepôt, ni déplacement sur le marché comme c’est le cas pour les céréales.

Les revenus ruraux

8Les revenus des villageois proviennent de deux sources : une partie est en nature issue des récoltes de céréales et de légumes, et du fumier des cochons ; l’autre partie est en espèces et provient de la vente par les paysans des surplus de céréales et des cochons ou lors de la réalisation de quelques travaux publics. Avant la construction de la route nationale en 1994, les échanges commerciaux et le travail en ville étaient difficiles. L’autosuffisance a longtemps existé à Raolan : la viande provenait des porcs élevés à la maison, le riz et les légumes des parcelles familiales. Les villageois cultivaient aussi un peu de coton, chaque famille possédant des machines anciennes, en bois, pour filer et pour tisser. Ce système d’économie agricole autarcique, hérité des siècles précédents, était très fragile, par exemple à cause des inondations des rizières au moment de la floraison (site de Dongdai). Or la qualité du sol à Dongdai est meilleure qu’à Yaolan, bien que les rendements y soient toujours plus faibles. Le rôle de l’élevage à domicile est très important pour la famille paysanne, mais les paysans manquent de techniques pour élever le porc.

Les migrations vers les villes

9Comme les revenus issus des cultures agricoles ne permettent pas d’investir, 60 % des villageois entre 16 et 35 ans sont partis en ville : ils possèdent un niveau d’éducation plus élevé.Les villes où travaillent les ouvriers paysans de Raolan se situent dans les régions de Shanghaï et de Canton (usines de jouets, de vêtements). Les villageois qui travaillent à Shanghaï sont tous recrutés dans des usines de fabrication de câbles métalliques. Quelques villageois travaillent dans les mines de charbon du district de Libo. Aujourd’hui, de plus en plus de femmes vont aussi travailler en ville. Les femmes célibataires partent travailler en ville pour trouver un mari provenant d’une région plus favorisée. L’objectif des femmes mariées travaillant en ville est plutôt d’accompagner leur mari et de gagner de l’argent pour la famille. Elles vont retourner à la campagne après la première grossesse, sauf si les grands parents ne sont pas trop âgés et peuvent s’occuper de la terre et des petits-enfants. Les hommes de Raolan qui travaillent en ville ne pensent pas s’installer définitivement ailleurs. Pour les familles qui ont très peu de terre (un tiers), travailler en ville permet de ramener une grande partie des revenus salariaux. L’objectif des jeunes gens travaillant en ville est la construction d’une maison en vue du mariage. Cette évolution nouvelle est une révolution au sein de la cellule familiale qui profite d’abord aux femmes et aux enfants.

Évolution des mentalités

10Sortant de leur micro-économie de type autarcique, les paysans de Raolan ont connu depuis plus de dix ans une spectaculaire évolution des mentalités. Cela se manifeste dans l’organisation des familles paysannes, dans les comportements individuels et par une nouvelle façon d’envisager l’agriculture. Les familles qui ont très peu de terre cherchent des revenus en dehors de l’agriculture, comme travailler en ville, ouvrir de petits commerces agricoles ou créer un atelier familial. Ceci est devenu possible après la mise en service de la route nationale et grâce au développement du tourisme régional. Les villageois qui ont le plus de terre s’occupent des champs de ceux qui sont partis travailler en ville. Rappelons qu’il faut une terre de 10 mu ou 0,66 ha pour que les actifs qui l’exploitent gagnent autant que s’ils allaient travailler en ville. Cela a permis d’investir dans l’achat de machines agricoles.

11La prise de conscience des problèmes environnementaux est aussi un phénomène nouveau.Autrefois, les villageois coupaient les arbres pour se chauffer et pour défricher. Après la mise en service de puits générateurs de méthane, les paysans ont désormais assez d’énergie pour la cuisine. À la suite de la création de la réserve forestière de Maolan, ils ont appris à protéger leurs propres ressources naturelles.En outre, la famille paysanne consacre autant d’effort à élever une fille qu’un garçon. Malgré un niveau de vie encore faible, la commune de Raolan a donc connu une grande évolution, grâce à la réussite de sa politique démographique et au désenclavement. Néanmoins, toutes les régions rurales du Guizhou n’ont pas connu les mêmes possibilités.

12Dans la province, il existe des campagnes qui n’ont pas bénéficié des avantages mis en place par l’État et sont restées prisonnières du sous-développement. C’est ce que nous allons voir avec le village de Pojiao.

Le village de Pojiao (district de Weining)

13Le village de Pojiao est situé au nord-ouest du Guizhou, près de la frontière avec le Yunnan. Administrativement, Pojiao est l’un des six villages de la commune Zheng Jiaying : il regroupe 2 917 habitants et 703 familles paysannes. Avec une altitude moyenne de 2 166 m, son climat est typique de celui des hauts plateaux du Yunnan : été frais et hiver froid (161 jours de gel). Cela permet d’y cultiver la pomme de terre, le maïs et le sarrasin. La saison morte dure six mois, de septembre à février. Situé au centre du district, le lac Caohai est le plus grand du plateau du Yunnan-Guizhou. Il mesure 20 à 25 km2 selon son niveau et a une profondeur faible : de 2 à 5 m. En 1992, le domaine du lac Caohai (95 km2) a obtenu le statut de Réserve nationale dans le but de protéger son écosystème unique et fragile (Hong, 2000) (carte 4).

Carte 4 – Exploitation du sol du bassin du lac Caohai et situation du village de Pojiao, à l’ouest. ( Source : Réserve naturelle du lac Caohai, dessin chen Jingtao)

Carte 4 – Exploitation du sol du bassin du lac Caohai et situation du village de Pojiao, à l’ouest. ( Source : Réserve naturelle du lac Caohai, dessin chen Jingtao)

Contextes géographique et historique

14Le district de Weining, beaucoup plus peuplé que celui de Libo, a toujours été pauvre. Les habitants sont en majorité des Han, mais les minorités Yi, Hui, Miao représentaient 25 % de la population en 1999, pour une densité de 158 hab./km2. Jusqu’en 2000, seulement 72 % des villages avaient un accès à la route principale et 63 % des villages étaient desservis en électricité. Le district possède des mines de charbon, de plomb et de zinc qui contribuent localement à une importante pollution. Profitant du bas prix du charbon, les paysans l’utilisent largement en l’absence de bois.

15Contrairement au district de Libo, celui de Weining a des sols plus épais, mais l’érosion concerne 67,3 % du territoire. Comme les pentes sont généralement douces, les paysans préfèrent défricher pour augmenter les surfaces cultivées et les pâturages. Actuellement la forêt, de type secondaire jeune, couvre 28 %. Comme la population est en forte croissance avec quatre enfants par famille, la terre arable reste insuffisante et les parcelles sont trop petites. La production n’assure pas les besoins pour tous les habitants ; ainsi 30 % des familles manquent de nourriture pendant trois mois et le gouvernement doit assurer la soudure. Dans ces conditions, de nombreuses familles n’ont pas les moyens de financer les études des enfants. Peu éduqués, les actifs sont moins concurrents sur le marché de la main-d’œuvre, ce qui explique que peu d’entre eux soient partis travailler en ville. Face à la pression démographique et l’absence de sécurité sociale, les villageois marient leurs filles très tôt et font beaucoup d’enfants pour avoir un fils. Le village reste donc encore dans le cercle vicieux du sous-développement.

16Les cultures du maïs (mars/juillet) et de la pomme de terre (mars/août) constituent l’assolement le plus courant. Les paysans cultivent aussi du soja, du sarrasin et des plantes médicinales pour compléter les cultures traditionnelles. La production annuelle de céréales est de 349 kg par personne. Weining est aussi une terre importante d’élevage avec 30,4 % de la superficie dédiés aux prairies. Weining reste toujours le premier district d’élevage du Guizhou.

Administration et démographie

17La commune Zheng Jiaying englobe six villages comme Pojiao. La majorité des habitants est han. Il y a aussi quelques familles hui, une minorité musulmane importante dans le district de Weining. En revanche, les villageois de Pojiao sont tous des Han. Autrefois cette région était dirigée par les Yi, le peuple nomade originaire de Weining. Ils faisaient de l’élevage. Ensuite, les minorités hui et miao (la minorité la plus nombreuse du Guizhou) sont arrivées. Des conflits ont alors éclaté entre Yi, Hui et Miao à propos du partage des territoires. Vers 1650, sous la dynastie Ming, le gouvernement central a envoyé des armées dans le Sud-ouest de l’empire pour rétablir l’ordre. À la même époque, de nombreux immigrants han, venus du Nord, se sont installés dans la région. Puis les Han sont devenus majoritaires et ont amené de nouvelles techniques pour cultiver la pomme de terre, le maïs, le sarrasin.

18Comme presque tous les villages localisés autour du lac, Pojiao présente un habitat dispersé (Carte 5) ; il est constitué de 58 familles, soit 236 habitants, dont 123 hommes et 113 femmes (fig. 3). Le sex ratio est de 1,08 homme pour une femme, ce qui est plus équilibré qu’à Raolan. En effet, très peu de villageois sont partis travailler en ville, même chez les jeunes. Très peu de filles se marient à l’extérieur. Il y a 137 actifs, soit 58 % de la population : 18 personnes seulement sont parties travailler en ville, soit 13 % des actifs. Le taux de charge est de 1,72, soit 100 actifs pour nourrir 172 habitants. La comparaison avec Raolan (1,51) prouve que les actifs de Pojiao ont des charges de travail plus élevées car la politique de contrôle des naissances n’est pas respectée : une famille a au moins trois, voire six ou sept enfants car les couples veulent absolument avoir un garçon. La régulation des naissances est donc la tâche la plus délicate. Et comme très peu de villageois partent travailler en ville, les mentalités n’évoluent guère.

Carte 5 – Relief et habitat du secteur de Pojiao. (Cartographie : Guilène Réaud-Thomas, ADES-Dymset-CNRS)

Carte 5 – Relief et habitat du secteur de Pojiao. (Cartographie : Guilène Réaud-Thomas, ADES-Dymset-CNRS)

Figure 3 – La pyramide des âges de la population du village Pojiao

Figure 3 – La pyramide des âges de la population du village Pojiao

 (Source : enquêtes de terrain, Chen Jiangtao)

Analyse du système agraire et importance de l’élevage

19En raison de la surpopulation, la superficie de terre arable est insuffisante : 0,051 ha/personne ou 0,123 ha par actif. Comme la saison agricole est courte, chaque terre ne produit qu’une récolte par an. La culture de la pomme de terre se déroule en quatre étapes : germination, plantation (mars), entretien des champs et récolte (août) (photo 12). Le rendement moyen est de 1 500 kg/mu (ou 22 500 kg/ha). La pomme de terre se vendant 0,4 ¥/kg, le revenu brut est de 600 ¥/mu. Autrefois les pommes de terre étaient petites, mais les agronomes de Guiyang ont mis au point de grosses pommes de terre en laboratoire, suite à des expériences génétiques.

Photo 12 – Champs de pommes de terre en floraison à Pojiao, mai 2004. (Photo Chen Jiangtao)

Photo 12 – Champs de pommes de terre en floraison à Pojiao, mai 2004. (Photo Chen Jiangtao)

20La culture du maïs est utilisée surtout pour nourrir les porcs. Pour allonger la période de croissance, les paysans commencent à semer en mars et couvrent les sillons avec des films plastiques. Le maïs est récolté en août. En raison du climat frais et du manque d’eau, le rendement est bas : environ 150 kg/mu, soit 2 250 kg/ha. Le prix du maïs sur le marché est 1,2 ¥/kg. Ainsi 1 mu de maïs permet à une famille d’économiser 180 ¥ de nourriture pour les cochons. Les villageois de Pojiao cultivent aussi une variété de sarrasin adaptée aux régions d’altitude. La culture se déroule aussi en trois étapes et nécessite peu de travail aux champs. Le rendement est de 200 kg/mu (3 000 kg/ha). Le prix du sarrasin sur le marché local est 1,6 ¥/kg, soit un revenu brut de 320 ¥/mu. Le district de Weining permet la culture de certaines plantes médicinales rares, mais qui requièrent un important investissement de départ : 6 000 ¥/mu, ce qui équivaut à 10 ans du revenu moyen d’un paysan. Comme à Libo, certaines familles cultivent le ban xia (genre pinellia). Le rendement est de 500 kg/mu, soit 7 500 kg/ha. Le prix de vente au marché étant de 40 ¥/kg, le revenu brut avoisine 20 000 ¥/mu. Rares sont les familles à Pojiao qui cultivent cette plante sur plus de 0,2 mu. Comme la pomme de terre présente un problème de conservation, chaque année les paysans perdent un tiers de la récolte. 20 % des familles n’ont donc pas assez de terre pour se nourrir toute l’année. Le complément, représentant trois mois de céréales, est fourni par le service d’assurance publique du gouvernement.

21Selon les enquêtes, chaque famille à Pojiao élève un cheval ou un bovin, trois à quatre cochons et une truie. L’objectif est d’avoir de l’engrais de qualité et de produire du méthane (puits de méthane). Un cochon a besoin de six mois de croissance avant d’être vendu. Il consomme 500 kg de pomme de terre et 50 kg de maïs, soit un coût de 260 ¥. Un cochon adulte se vend au marché entre 400 et 500 ¥, représentant un bénéfice net de 200 ¥ environ. L’élevage des porcs, qui remonte à 2000 ans, représente ainsi le moyen le plus simple pour trouver un revenu.

Bilan des revenus

22Les revenus des villageois sont donc composés d’une partie en nature (pomme de terre, maïs, sarrasin, haricot rouge, etc.) et d’une autre partie en argent liquide provenant de la vente des porcs et du surplus des récoltes. Pour les familles les plus pauvres le commerce des œufs procure un revenu de 400 ¥/an. Un complément peut être apporté par le travail temporaire effectué dans la réparation des routes ou dans les mines de zinc. Au total, le revenu moyen ne dépasse jamais 500 ¥/an/personne. Ce genre d’économie agricole de survie est encore plus restrictif que l’économie autarcique classique. L’argent liquide provenant de l’élevage domestique ne permet pas toujours de couvrir les dépenses quotidiennes. Au final, c’est un système fragile qui n’a aucun moyen d’affronter les risques. En cas d’aléas climatiques, le gouvernement doit fournir des céréales pour aider les villageois à passer la période difficile. Un autre risque est celui d’une épizootie qui touche les porcs. Dès lors, il devient difficile de redémarrer l’élevage avant des années à cause de la faiblesse de l’épargne.

Vie quotidienne et échanges

23Seulement 27,6 % des familles à Pojiao possèdent un poste de télévision. En outre 8,6 % d’entre elles n’ont pas accès à l’électricité. Le monde extérieur reste donc toujours plus ou moins éloigné pour la majorité des villageois. L’âge moyen du mariage est de moins de 20 ans, ce qui explique la poussée démographique. L’achat de charbon représente une grande dépense car l’hiver est long et froid. Une famille de six personnes consomme 2 000 kg par an de charbon, soit un coût de 600 à 700 ¥. Pour remplacer en partie le charbon (< 25 %), un programme de construction de puits générateurs de méthane est en cours. Seulement 10,3 % des familles de Pojiao, soit 7 familles, ont fini la construction de leur puits générateur de méthane en 2006. À la différence de Raolan, 20 % des familles de Pojiao ont du mal à assurer la lourde charge des dépenses quotidiennes. Généralement une famille paysanne à Pojiao a trois dépenses indispensables : 400 à 600 ¥/an pour le charbon, 200 à 300 ¥/an pour les frais médicaux, 200 à 300 ¥/an pour les engrais chimiques. Enfin les familles dépensent près de la moitié de leur(s) revenu(s) pour l’achat de nourriture.

L’organisation sociale de la famille paysanne

24L’âge minimum légal du mariage est de 20 ans, mais beaucoup de jeunes, surtout les filles, se marient à l’âge de 18 ans, voire à 16 ans. Ce genre de mariage n’est pas légal, mais beaucoup de paysans le pratiquent ; ils font ensuite les papiers officiels quand le jeune couple arrive à l’âge légal. Le chef de famille est souvent l’homme. Les femmes du village, généralement illettrées, ont peu l’occasion d’aller en ville. Souvent c’est le père ou le mari qui prend les décisions. Après le mariage, les femmes se rattachent à la famille, s’occupent des tâches ménagères et des enfants. La jeune génération répète presque la même vie que celle de leurs parents.

25Dans 5 % des familles, les femmes ont divorcé et se sont remariées. Les parents âgés de Pojiao ne vont pas s’installer sous le toit d’un fils, au contraire de la commune de Raolan. Comme l’habitation est établie tout près des champs, les familles des fils ne sont pas loin de leurs parents. Et quand les parents sont âgés, ils répartissent la terre entre les fils. Puis quand les parents ne travaillent plus aux champs, chaque fils fournit tous les ans une quantité de céréales et une somme d’argent. Si les parents âgés tombent malades, les familles des fils se cotisent pour payer les frais médicaux. Malgré les divorces (moins nombreux qu’en ville), la cellule familiale demeure très soudée et personne n’est abandonnée.

Les services publics : éducation et service sanitaire

26L’éducation est coûteuse pour les familles, d’où 60 % d’illettrés. Quand les enfants finissent leurs études au collège (< 20 %), ils ont déjà 18 ou 20 ans, c’est-à-dire l’âge de se marier. Si une famille paysanne a trois enfants scolarisés, elle doit payer plus de 350 ¥ à chaque rentrée scolaire. Située à 5 km de Pojiao, l’école Dongshan est constituée d’une école primaire et d’un collège. Ce centre est organisé pour quatre communes représentant plus de 10 000 habitants. Actuellement, plus de 1 400 élèves font des études à l’école primaire et 330 sont au collège. Il y a six niveaux à l’école primaire, soit une vingtaine de classes de 60 à 70 élèves chacune, ce qui atteste du manque de professeurs. Sur 50 enseignants, seuls 36 travaillent officiellement. Parmi eux, 2 possèdent une Licence, 15 le diplôme de l’École Normale (équivalent du DEUG), 9 le diplôme de l’École principale d’instructeur (équivalent du BTS), 4 le diplôme de lycée (équivalent du Baccalauréat), et les 20 autres ont juste fini leurs études de collège. D’après le directeur, il manque encore 20 enseignants.

27En 2005, la Chine a mis en vigueur une politique de renforcement de l’éducation dans les campagnes de l’Ouest du pays. Un élève de Pojiao ne paie que 46 ¥/an pour la première et la deuxième année de l’école primaire, 55 ¥/an pour la période allant de la troisième à la sixième année de l’école primaire, 15 ¥/an pour les études au collège. Les élèves dont le revenu de la famille est bas ne paient pas leurs manuels. Beaucoup d’enfants sont revenus à l’école après la mise en place de la politique d’aide du gouvernement, surtout des collégiens. Au collège de Dongshan, 70 % des élèves sont des garçons et 30 % des filles, ce qui est très révélateur du contexte social.

28Pour faciliter l’accès aux soins médicaux, le gouvernement local a démarré un programme de formation de médecins principaux et de services répartis dans la campagne. Le centre médical de Dongshan a deux médecins principaux, l’un s’occupant de la vaccination et l’autre des soins et de la pharmacie. C’est un centre médical destiné à deux communes dont la population s’élève à plus de 4 000 personnes. Chaque centre médical est privé, mais bénéficie d’aides du gouvernement. Les soins pour certaines maladies, comme la tuberculose, sont à la charge du gouvernement. Mais pour l’hépatite B, maladie très fréquente, les soins sont à la charge des paysans. Actuellement le gouvernement met en œuvre une politique d’assurance-maladie destinée aux campagnes. Dans ce programme, les paysans cotisent 10 ¥/an/personne pour obtenir un remboursement de 50 à 60 % des frais médicaux réservés aux cas graves.

Un paramètre capital pour le futur : l’évolution des mentalités

29La prise de conscience de la fragilité de l’environnement est devenue une réalité. Comme le disent les paysans :

les dents de pierre (shiya) poussent comme le maïs dans les champs, l’épaisseur de la terre se réduit avec le temps, peut-être ne restera-t-il un jour que des rochers !

30Les paysans ont aussi perçu que de plus en plus d’inondations proviennent indirectement de la surexploitation des sols. Il n’y a plus de rétention hydrique comme autrefois. Les paysans acceptent de planter des arbres à condition d’obtenir des compensations sous forme de subventions. Mais la prise de conscience a ses limites en raison même de l’urgence de la vie de tous les jours. Et à propos du lac Caohai, une partie de la population ne comprend pas que le lac joue un rôle modérateur important sur le climat régional. Au niveau des naissances, les familles paysannes ont toujours une préférence marquée pour les garçons. Avoir trois ou quatre enfants est la tendance actuelle, mais la jeune génération montre déjà des opinions différentes. La mentalité des femmes a également évolué récemment. Malgré les pesanteurs du passé, les jeunes filles sont influencées par la communication croissante avec le monde extérieur. Presque toutes ont envie d’aller en ville. La motivation principale est de trouver un mari dans une région plus riche. Très peu de femmes ont le courage de choisir le divorce car elles perdent tout statut social.

Perspectives pour Pojiao et Raolan

L’avenir incertain du village de Pojiao

31L’exemple de Pojiao est représentatif d’un futur encore incertain pour nombre de régions très défavorisées, surpeuplées et encore enclavées. Les étrangers qui se rendent dans ce village peuvent avoir l’étonnante impression qu’il n’y a eu aucun changement depuis la Grande Réforme Agraire. Les villageois répètent la vie de leurs grands parents : l’emploi d’un mode archaïque d’exploitation agricole représenteleur unique source de revenus. Cette vie simple et autarcique semblerait pouvoir encore durer des siècles. Cependant, la surpopulation liée à une croissance démographique très rapide met fin à ce type d’économie rurale et menace la survie des villageois. Précarité et vulnérabilité, tels sont les deux qualificatifs qui caractérisent la plupart des familles de Pojiao.

32Si ses habitants continuent à repousser les limites des capacités de leur environnement en continuant à avoir de nombreux enfants par famille, Pojiao pourrait connaître le destin de certaines régions du Guizhou où la terre s’est désertifiée. De nombreuses mesures ont été prises pour ralentir la croissance démographique dans cette région, en particulier des campagnes de stérilisation. La situation a commencé à évoluer avec une nouvelle génération de villageois qui ont reçu une éducation plus complète que celle de leurs parents. Les programmes pour développer l’éducation dans les régions rurales de l’Ouest ont fait revenir beaucoup d’enfants au collège. Pojiao devrait emprunter dans les dix années à venir la voie que la commune de Raolan a prise il y a déjà vingt ans. On estime que les retards dans le système éducatif freinent le développement économique, environ durant 15 ans.

33Sans investissements venus de l’extérieur, la situation de sous-développement peut durer longtemps. L’élévation du niveau général d’éducation est la seule solution pour moderniser cette région. Celle-ci a cependant un fort potentiel : le district de Weining fournit une grande part de la production charbonnière du Guizhou. Par ailleurs, plusieurs nouvelles routes traversent le district ; l’une d’elles permet d’aller vers le Yunnan. Aujourd’hui, les efforts du gouvernement local se concentrent sur le contrôle des naissances, le retour des enfants à l’école et la mise en œuvre de programmes mieux adaptés aux besoins de la région.

Raolan suit l’exemple des communes de l’Est

34Par rapport à Pojiao, Raolan a connu une voie plus positive de développement. De nombreux actifs sont partis travailler en ville et en ont ramené de nouvelles techniques et des ressources financières. Une concentration des terres est aussi en train de s’opérer et on peut déjà apprécier le changement des pratiques agricoles et l’industrialisation du secteur. Chaque famille se limite à deux enfants. Le revenu des familles permet désormais de se débrouiller pour les besoins quotidiens : nourriture, achats de matériels pour la production agricole, études des enfants. Néanmoins, la commune est encore sous-développée. La filière de production agricole reste incomplète car elle n’intègre pas toutes les étapes de la transformation. Il existe cependant de nombreux domaines non agricoles où les savoir-faire acquis en ville sont utiles. Le mode local d’exploitation du sol est encore traditionnel et les productions sont directement vendues sur les marchés locaux. La situation est presque la même que celle des régions rurales de l’Est au début de l’ouverture économique de la Chine.

35Les villageois ont commencé à essayer de nouveaux modes d’exploitation agricole : en 2007, certaines familles ont cultivé de la canne à sucre pour vendre la production aux usines du Guangxi. Le gouvernement local a aussi mis en place et démarré un programme d’élevage de vers à soie, et de nombreuses parcelles sont plantées de mûriers. De nombreux paysans tentent de cultiver certaines espèces de plantes médicinales avec l’aide de la faculté d’Agronomie. Des familles se sont aussi lancées dans l’élevage de bovins. Comme les produits agricoles bruts doivent être transportés ailleurs pour une transformation, il ne reste que peu de valeur ajoutée aux paysans locaux. Même si la commune de Raolan a beaucoup bénéficié du développement économique, les capitaux accumulés par les villageois restent encore faibles et insuffisants pour investir dans les secteurs non agricoles. Il est possible d’envisager une nouvelle étape de développement avec des investissements gouvernementaux, locaux et de l’extérieur. Il existe déjà quelques exemples de réussite régionaux : des villages du district de Dushan, voisin de celui de Libo, ont démarré un programme de culture de la tomate qui est soutenu par le gouvernement local ; ils sont devenus maintenant des fournisseurs importants pour le marché de gros des légumes à Canton. Par conséquent, plus la région développera l’éducation professionnelle, plus vite de nouvelles pratiques agricoles seront mises en route. Les expériences menées à l’Est ont montré que l’organisation de l’industrialisation de l’agriculture ne peut se faire qu’avec l’association des techniques scientifiques.

36La situation environnementale autour de la commune est plus optimiste : les villageois ont déjà arrêté de cultiver sur les versants de plus de 15°, et ont procédé à des reboisements et à des plantations de fruitiers. La mise en place du programme de puits générateurs de méthane a établi un système sain de recyclage des déchets et a permis la production d’énergie. Le développement du tourisme fait que les habitants sont plus motivés pour protéger leur environnement. La politique du contrôle des naissances annonce en outre une tendance à la décroissance de la population. Mais 10 % des familles ont toujours du mal à sortir de la pauvreté à cause de la gestion de leurs problèmes de santé. Cela constitue la plus grande crainte des paysans. La Chine n’a démarré qu’en 2003 l’établissement d’une mutuelle/assurance-maladie : il faudra du temps pour que ce système se mette en place et que les paysans en profitent.


*

37La pauvreté du Guizhou trouve son origine dans son mode d’exploitation agricole archaïque sur de petites parcelles, dans un environnement karstique contraignant. Cette paupérisation est également liée aux mentalités qui sont le produit de cette situation économique. L’exemple typique de Raolan montre que la situation s’est nettement améliorée grâce à la réduction de la pression démographique et au désenclavement (travail en ville et tourisme), ce qui a modifié les comportements. Par conséquent, la mise en œuvre du développement des campagnes du Guizhou passe bien par la mise en place d’un meilleur contrôle des naissances, par des communications routières modernes, par l’exploitation de nouvelles ressources et par l’amélioration de l’éducation publique. Mais l’économie locale, encore fragile, implique un soutien gouvernemental actif pour ne pas ralentir la modernisation de la région.

38En outre le retard de développement de la province du Guizhou masque de fortes potentialités régionales comme ses importantes ressources énergétiques (charbon, hydro-électricité) et minérales (bauxite). Le Guizhou apparaît ainsi comme un château d’eau et une base énergétique pour les provinces du Sud (Guangxi, Guangdong). Enfin avec son patrimoine ethno-karstique unique et le développement des infrastructures (routes, hôtels), le Guizhou est en train de devenir progressivement un haut lieu touristique à la fois pour les Chinois et pour les Étrangers à la recherche de nouveautés. Cet essor du tourisme accompagne une campagne en voie de désenclavement. L’exode rural est en pleine expansion car les paysans trouvent de plus en plus de revenus hors de l’agriculture. La région est entrée dans une nouvelle époque de développement.

Haut de page

Bibliographie

Annales de la province du Guizhou : la géographie, 1990 - Guiyang : Édition populaire du Guizhou.

Annales de la province du Guizhou : les ressources minérales, 1992 - Guiyang : Comité de rédaction des annales locales du Guizhou, Édition populaire du Guizhou.

Annales du district de Libo, 1997 -Guiyang : Édition des Annales.

Annales du district de Weining, 1995 - Guiyang : Édition des Annales.

Annuaire du Guizhou, (de 1978 à 2006) - Guiyang : Édition populaire du Guizhou.

Atlas de la province de Guizhou, 2003 - Pékin : Maison d’édition de cartes géographiques.

Aubert C., 2006 - Politiques agricoles chinoises : la porte étroite, in : L’économie mondiale. Paris : La Découverte, p. 69-43.

——————, 2005- Le Devenir de l’Économie Paysanne en Chine. Revue Tiers-monde, Paris, t. XLVI, n° 183, p. 491-515.

Chen Jiangtao, 2007 - La pauvreté rurale dans les montagnes karstiques de la Chine du Sud-Ouest : exemples de deux villages de la province du Guizhou. Pessac : Thèse en Géographie, Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3, 308 p.

Dan Wenhong, 2005 - Partir ou rester : dans les montagnes du Guizhou, province du Sud-Ouest de la Chine ?. Nanterre : Thèse en Géographie, Université Paris 10-Nanterre, 476 p.

Hong, 2000 - History and significance of Caohai, in : Community-Based Conservation and Development (strategies and practice at Caohai). Guiyang :Guizhou Environment Protection Bureau, International Crane Foundation, Guizhou Nationalities Publishing House, p. 28-41

Lu Qi, 2002- Économie des régions karstiques et désertification. Beijing : Institute of Geographic Sciences and Natural Resources Research, Chinese Academy of Sciences. (Document inédit).

Haut de page

Notes

1  mu = 1/15 hectare = 666,66 m2

2  ¥ = 1 € en mars 2011

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Le Relief de la province du Guizhou et localisation des 2 communes étudiées : Riolan au sud (District de libo) et Pojiao au nord (district de Weining). (Source : Chen Jingtao, 2007)
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6178/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 1 – Relation entre le revenu moyen des familles paysannes et la désertification du sol dans la province du Guangxi (d’après Lu Qi, 2002)
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6178/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Carte 3 – Utilisation du sol à Raolan (d’après la carte topographique de 1965 à 1/50 000). (Cartographie : Guilène Réaud-Thomas, ADES-Dymset-CNRS)
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6178/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 2 – Pyramide des âges de la commune de Raolan, avril 2005
Crédits (Source : enquête Chen Jiangtao)
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6178/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6178/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Carte 4 – Exploitation du sol du bassin du lac Caohai et situation du village de Pojiao, à l’ouest. ( Source : Réserve naturelle du lac Caohai, dessin chen Jingtao)
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6178/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Carte 5 – Relief et habitat du secteur de Pojiao. (Cartographie : Guilène Réaud-Thomas, ADES-Dymset-CNRS)
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6178/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 3 – La pyramide des âges de la population du village Pojiao
Crédits  (Source : enquêtes de terrain, Chen Jiangtao)
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6178/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Photo 12 – Champs de pommes de terre en floraison à Pojiao, mai 2004. (Photo Chen Jiangtao)
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6178/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jiangtao Chen et Richard Maire, « La pauvreté rurale en Chine du Sud-Ouest : exemples de deux communes du Guizhou », Les Cahiers d’Outre-Mer, 253-254 | 2011, 101-118.

Référence électronique

Jiangtao Chen et Richard Maire, « La pauvreté rurale en Chine du Sud-Ouest : exemples de deux communes du Guizhou », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 253-254 | Janvier-Juin 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://com.revues.org/6178 ; DOI : 10.4000/com.6178

Haut de page

Auteurs

Jiangtao Chen

Docteur en Géographie, UMR 5185 ADES, CNRS – Université Bordeaux 3 ; mél : chentulipe@yahoo.fr

Richard Maire

Directeur de recherche CNRS, UMR 5185 ADES, CNRS – Université Bordeaux 3 ; mél : rmaire@ades.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org