Navigation – Plan du site
Articles

À la recherche de la modernité

Mise en scène du patrimoine bâti, tourisme intérieur et développement : le cas de Guilin (Guangxi) et de ses « Paysages »
Benjamin Taunay
p. 135-150

Résumés

L’obsession, sinon la vive inclination des touristes chinois pour tout « déploiement » de la modernité est visible dans de nombreux lieux touristiques. Ce souci du moderne présente une conséquence que le regard occidental serait tenté de qualifier de manière péjorative : un regard distant sur le patrimoine, au sens du patrimoine matériel, bâti. Aucun commentaire de la part des touristes chinois ne fuse sur l’association ou la juxtaposition, parfois malheureuse, des nouvelles constructions et des édifices anciens « authentiques ». Quelques auteurs ont déjà souligné cette absence de normes dans la protection du patrimoine et la proximité entre patrimoine et pastiche. Pour étayer et prolonger cette idée, cet article propose de se pencher sur les représentations des touristes intérieurs chinois face à ces constructions, non authentiques pour le regard occidental. Un exemple central est choisi, c’est le cas de Guilin, une ville moyenne (700000 habitants) du Sud-ouest de la Chine, mais une ville connue dans tout le pays pour ses paysages (shanshui). Guilin est devenue tellement touristique que le visage de la cité en a été profondément transformé : le centre-ville a été déplacé de près d’un kilomètre vers le Nord (1997) et de nouvelles constructions « patrimoniales », comme des ponts, des pagodes ou des remparts sont maintenant au cœur des circuits touristiques. Les quartiers centraux de la ville ont été patrimonialisés, c’est-à-dire transformés pour que les touristes puissent ici réaliser « un circuit avec des milliers d’années d’histoire ». Le discours des guides sur ces espaces souligne même l’ancienneté de ces éléments, alors même qu’ils sont très récents (2003 pour les derniers). Cela ne semble pourtant pas choquer les touristes. Au contraire, ces touristes ignorent passablement les sites où les bâtiments de la cité sont « d’époque » ; ils préfèrent se rendre dans des rues où le bâti a été en très grande partie reconstruit, parfois selon des plans qui diffèrent largement des originaux. C’est la logique de « faire du vieux avec du neuf ». Le regard chinois laisse donc peu de place à la question du vrai et du faux, de l’authentique et de l’artifice, et la déférence pour le bâti est donc ici moins grande qu’en Occident. Les logiques répondent cependant aux souhaits des touristes de vivre une expérience moderne, plutôt qu’une expérience « authentique ».

Haut de page

Note de la rédaction

Communication présentée au colloque « Environnement, Patrimoine, Développement durable. Regard croisé Orient/Occident », Université du Guizhou, Guiyang, 3-14 juillet 2007.

Texte intégral

1Le tourisme intérieur chinois est en pleine croissance depuis la création des congés payés et l’instauration de semaines touristiques fixées par le gouvernement central à l’extrême fin des années 1990 (Taunay, 2011). Face à cet accroissement du nombre de touristes dans les principaux sites touristiques du pays, les villes chinoises se sont profondément transformées et la préservation du patrimoine bâti des quartiers centraux se trouve maintenant en concurrence avec de vastes projets de développement touristique. Ce défi de la conservation du patrimoine était ainsi particulièrement visible à Pékin avant les Jeux Olympiques de 2008, lorsque la ville, en quête de modernité, détruisait puis reconstruisait ses vieilles ruelles (les hutongs) pour le tourisme.

2Plus au sud du pays, il existe un autre type de patrimoine, celui des « Paysages » de Guilin, une ville moyenne (700000 habitants) située dans la région autonome du Guangxi. Depuis plus de 1000 ans, les descriptions littéraires des collines karstiques de Guilin se sont multipliées et les « paysages » (山水, shanshui) formés des pictogrammes de la « montagne » (山, shan) et de « l’eau » (水, shui), (Berque, 1995) de cette région font partie de ceux que tous les Chinois, consciemment ou inconsciemment, rêvent de visiter. Les paysages de Guilin sont ainsi considérés comme les « plus beaux sous le ciel » (桂林山水甲天下, guilin shanshui jia tian xia).

3Voici déjà maintenant 10 ans que les semaines de congés payés existent et les touristes chinois de l’intérieur du pays qui se sont déjà rendus à Guilin sont nombreux. C’est pourquoi la municipalité de Guilin a décidé le lancement de nombreux projets touristiques visant à augmenter le nombre de sites touristiques et donc à faire revenir les touristes ayant déjà visité la ville et ses paysages. L’un des principaux projets a été de faire des quartiers centraux, le cœur historique de la ville, un vaste site touristique, un site de « paysage, de nature, de culture et d’histoire ». Pourtant, le dit centre historique a presque été totalement détruit pendant la Seconde Guerre mondiale lors d’un bombardement de l’armée japonaise. « L’héritage » montré aux habitants de la ville et aux touristes constitue donc un objet marchand, produit en fonction d’objectifs plus ou moins explicites, que les touristes étrangers regardent avec curiosité, contrairement aux touristes chinois qui ne semblent pas se préoccuper de cette construction en apparence « fausse ». Le rapport qui se crée entre la mise en scène d’un « patrimoine » et le regard du touriste mérite donc attention, car il pose fondamentalement la question de l’authenticité.

Figure 1 – Présentation de la région autonome Zhuang du Guangxi

Figure 1 – Présentation de la région autonome Zhuang du Guangxi

Photo 1 – Paysage de la municipalité de Guilin, à Xingping (Photo B. Taunay)

Photo 1 – Paysage de la municipalité de Guilin, à Xingping (Photo B. Taunay)

Les paysages de Guilin

  • 1  « Les plus beaux lieux de Chine » (中国最美丽的地方), China National Geography, Hors-série, mai 2006, 550  (...)

4Guilin jouit d’une aura très importante dans tout le pays. Ville apparue il y a plus de 2000 ans, elle a longtemps été la capitale de la province du Guangxi, avant que Nanning ne lui ravisse ce titre à la fin des années 1950 avec l’instauration de la région autonome Zhuang du Guangxi. Les touristes, Chinois et étrangers, qui se rendent au Guangxi, visitent cependant d’abord Guilin. Ils sont motivés par ses paysages qui sont, « naturellement beaux » (有些地方天生是美丽的, you cie difang tiansheng shi meili de), comme l’expriment de nombreuses publicités dans cette ville. Les plus beaux paysages de la région de Guilin se trouvent dans l’espace urbain et surtout au bord du fleuve Li (漓江, lijiang), qui mène de la ville de Guilin au village de Yangshuo. Une expression populaire dit notamment que Yangshuo (阳朔) est « la perle » (珍珠, zhenzhu) de la région de Guilin (桂林山水甲天下,阳朔山水甲桂林,guilin shanshui jia tian xia, yangshuo shanshui jia guilin). C’est pourquoi la croisière sur le fleuve Li, une visite étant décrite comme celle du « paysage évoquant une galerie de peintures » (山水相依画廊, shanshui xiangyi hualang)1, représente une visite « incontournable » (62,2 % des visites touristiques dans la municipalité de Guilin). Cumulé aux visites de la ville de Guilin, ce chiffre atteint presque 80 % des visites dans la municipalité, soit près de 73 % des visites dans le Guangxi (Annuaire statistique du tourisme au Guangxi, 2005).

Guilin, la quintessence du paysage à la chinoise, est depuis longtemps un des jardins de Pékin

5La société chinoise, depuis plus de 2000 ans, porte un regard obsessionnel sur les phénomènes naturels et les retranscrit dans les Arts. La nature n’est alors pas figée. Elle est au contraire en mouvement : c’est un « souffle » qui donne vie à l’espace, que les Lettrés ont depuis toujours essayé de représenter dans leur peinture de « paysage » :

le tableau peint doit donc être envisagé comme un corps vivant  ; c’est ainsi que pour un paysage donné on parle d’ossatures (rochers), d’artères (cours d’eau), de muscles (arbres), de respiration (nuages), etc. (Cheng, 1989, p. 143)

6La quintessence de ce type de « paysage » (山水) se trouve à Guilin, la « petite forêt d’osmanthus » (arbres qui produisent des fleurs blanches très odoriférantes semblables au jasmin). Pour preuves les anciens poèmes, chantant la beauté « naturelle » de la ville, se trouvent à la base des nombreuses collines de la ville, notamment la colline de l’éléphant, la colline Fubo (伏波) et la colline des couleurs accumulées (叠彩, die cai), toutes trois encadrant ce qui a été l’ancien cœur historique de la ville.

7Cette reconnaissance ancienne a valu à Guilin d’être un des premiers « jardins » de Pékin. À partir du début des années 1950 déjà, quelques années seulement après l’instauration de la République Populaire, les visiteurs officiels (étrangers ressortissants de pays amis communistes et hauts dignitaires chinois), étaient emmenés dans la ville pour une excursion, partaient ensuite pour une croisière sur le fleuve Li et passaient ainsi quelques jours dans la ville. Cette forme de tourisme a pris cependant rapidement fin avec le début de la Grande Révolution culturelle, et ce n’est qu’après plusieurs années d’arrêt que le tourisme a repris. En 1973, Deng Xiaoping se rend dans la ville et relance le tourisme d’abord pour les officiels, puis pour les touristes étrangers à partir de 1978. La ville est ainsi un des premiers lieux touristiques du pays, dont la publicité dans les années 1980 apparaissait tant en chinois qu’en anglais dans les brochures de la compagnie aérienne CAAC, alors unique transporteur.

La transformation des quartiers centraux de la ville2

  • 2  Les parties III et IV de cet article reprennent des éléments de description déjà formulés dans l’a (...)

8À la fin des années 1980, Guilin est déjà une ville où le tourisme tient une place prépondérante : 479378 touristes étrangers la visitent en 1988, dont 23 % de Japonais, 34 % de Chinois de Hong Kong et de Macao et 12 % d’Américains selon l’Annuaire statistique de Guilin (1997). Au milieu des années 1990, le niveau de vie s’élève dans les villes chinoises. De plus en plus d’individus, même si aucun congé n’est encore attribué par le gouvernement, partent pour un séjour touristique. Guilin décide alors de transformer en profondeur son schéma urbain pour répondre aux nouveaux flux de touristes chinois venus de l’intérieur. La municipalité décide notamment de déplacer le centre-ville à 1 km plus au nord de l’ancien.

9À partir de 1998, la municipalité entame des travaux qui vont durer quatre ans, jusqu’au début de l’année 2002, et qui ont pour but de faire des quartiers centraux un vaste site touristique « historique ». Ces réalisations qui coûtèrent près de 15 milliards de Yuans (environ 1,5 milliard €) au gouvernement municipal de Guilin, ont eu pour but d’élargir les routes, rénover de vieux ponts ou en bâtir des neufs, planifier et développer de nouveaux lieux touristiques, notamment le projet « deux rivières et quatre lacs » (两江四湖, liang jiang si hu). Ce projet visait à relier les deux rivières et les quatre lacs qui entouraient le centre-ville historique. En fait, 3 lacs sur les 4 sont « artificiels » : ils n’étaient à l’époque Tang

qu’une ancienne nappe d’eau qui protégeait le front sud du mur d’enceinte de la ville. (Roux, 2002)

10Créés par drainage, ces lacs l’ont été pour « redonner l’ancien style de la ville », selon les publicités vantant ce système d’eau : de nombreux ponts, des kiosques, des pierres calligraphiées, des pagodes, des statues, des fortifications, tous de style « Chine ancienne », mais entièrement neufs, ont été placés dans et autour du centre-ville. Toutes les rives des lacs et rivières ont été aménagées avec de fausses pierres, des chutes d’eau artificielles, etc. (fig. 2). Tout a été réalisé pour conférer l’image d’un centre-ville d’histoire et de culture, et les publicités, décrivant ce système d’eau comparable aux canaux d’Amsterdam, à la Seine à Paris, et aux canaux de Venise, indiquent qu’une croisière sur ce système est « un circuit avec des milliers d’années d’histoire ».

Figure 2 – Patrimoine et tourisme dans le centre-ville de Guilin

Figure 2 – Patrimoine et tourisme dans le centre-ville de Guilin

La logique du « plus grand », du « plus beau »

  • 3  Une publicité avec le paysage nocturne de Hong Kong en arrière-plan (10 m x 4 m) pour la « Banque (...)

11Le raisonnement du « plus beau », du « plus grand », est celui qui guide ici les représentations des aménageurs : les petits hôtels ont été expulsés du centre-ville pour laisser la place aux plus luxueux (Sheraton par exemple, un hôtel dont la façade est inscrite aux livres des records), la plus grande chute d’eau construite par l’homme a été bâtie, les « plus grandes pagodes de Chine du Sud » ont été élevées (fig. 2). D’autres aménagements du système d’eau de Guilin sont cependant plus divers. Si la plupart évoquent la culture impériale de la Chine, quelques-uns sortent « du cadre », notamment un pavillon de style thaïlandais, un pont semblable à celui de San Francisco (de 100 m de longueur ici), une arche rappelant celle des Champs Élysées (à l’échelle ½), des statues copies de celles de la Renaissance. Il n’y a donc pas d’unité architecturale dans les aménagements mis en place pour créer ce système d’eau, seulement une envie de démesure. Les touristes chinois, en revanche, ne semblent pas se préoccuper de cette « incohérence ». La principale raison est qu’ils visitent majoritairement de nuit ce système d’eau. Tous les aménagements, et même les collines karstiques environnantes, sont alors illuminés de couleurs variées et diverses. Rouge, jaune, vert, bleu, rose, etc. viennent alors donner des effets d’éclairage « lumineux et multicolores » (五光十色, wu guang shi se). Selon les publicités de la ville, les touristes peuvent grâce à ces éclairages simultanément contempler la modernité de la ville, observer la culture de la ville (les collines karstiques), et découvrir l’histoire de la ville (le « nouveau » patrimoine). Les lumières multicolores la nuit sont en effet ici pensées comme un symbole de modernité, les aménageurs présentant un rapprochement avec les images de Hong Kong la nuit, notamment avec une expression du langage courant : « regarder le paysage nocturne de Hong gong » (看香港夜的风景, kan xianggang ye de fengjing)3.

La question de l’authentique

12Le patrimoine, défini comme l’ensemble

des objets culturels porteurs d’une part de l’histoire et de l’identité d’un groupe social et qu’il convient de préserver en tant que témoins identitaires, (Amirou, 2000)

13est donc au cœur de l’aménagement des quartiers centraux de Guilin. Le patrimoine ici en place semble « faux », mais le patrimoine sous-entend cependant une certaine conception de l’histoire, un rapport particulier au passé, au présent et à l’avenir qui n’est pas partagé de manière similaire par tous les acteurs d’une société (Paquot, 2001). Toute revendication patrimoniale est alors censée s’appuyer sur quatre valeurs – l’historicité, l’exemplarité, la beauté et l’identité (Choay, 1992 ; Bourdin, 1996) –, lesquelles sont mobilisées par différents acteurs au cours du processus de patrimonialisation.

14Dans le cas présent, plus que le patrimoine, c’est la question de son authenticité qui est centrale. Ici, le patrimoine urbain, censé être une relique du passé (Nuryanti, 1996), ou un marqueur dans le paysage urbain qui résiste à la modernité, n’en est pas un. L’idée d’un patrimoine unique, historique, dont l’authenticité doit être préservée face à la modernité, vole en éclats. Le touriste vient-il donc ici chercher une expérience unique, authentique, qui tranche avec le monde environnant soumis à la marchandisation et à l’uniformité  ? Comment le touriste regarde-t-il ce « faux » patrimoine, transformé par des marqueurs d’espaces modernes inauthentiques, qui a ici une valeur d’échange plus qu’une valeur d’usage  ?

Retour sur la conception chinoise des lieux et du patrimoine

  • 4  Pour de plus amples analyses sur le thème du regard chinois sur le paysage, voir l’article suivant (...)
  • 5  Le plus connu des géographes/géologues chinois du xvie siècle.

15Les interprétations hâtives, telles que celles reposant sur le vocable « kitch », doivent être analysées selon des données de civilisation. Les lumières précédemment décrites du système d’eau de Guilin, « 4 lacs, 2 rivières », se retrouvent par exemple également dans les nombreuses grottes au cœur des collines karstiques. Dans ces grottes, les touristes suivent un guide qui leur présente des formes géologiques, non pas selon l’histoire de leur formation, mais selon ce à quoi les formes peuvent faire penser – lion, femme massant les épaules de sa belle-mère, éléphant, etc. Loin d’être le résultat des foudres de la Révolution culturelle dans les esprits, cette manière de visiter ces lieux est proprement chinoise4. Des visiteurs, dont Xu Xiake5, les ont admirées depuis bien longtemps et de nombreux poèmes et des inscriptions décrivant les formations calcaires comme évoquant des personnages, des animaux, voire même des histoires populaires nous sont parvenus. Les grottes des « 7 étoiles » (七星岩, qi xing yan) et de « la flûte du roseau » (芦笛岩, ludi yan), sont ainsi parmi les plus célèbres  ; et elles sont aussi parmi les plus colorées de lumières mettant en relief ces formations calcaires « évocatrices ». Ces lumières ne sont d’ailleurs pas sans rappeler les couleurs éclatantes des temples anciens, notamment au niveau des reliefs des piliers. Les lumières éclatantes, les couleurs, sont donc sûrement une construction sociale ancienne et ne sont pas vues par les touristes chinois comme « kitch ». Quant à la question du vrai et du faux, elle semble être éloignée des préoccupations chinoises :

Le culte de la mémoire en Chine ne s’exprime pas avec la même déférence pour les constructions prestigieuses qu’en Europe. (Zhang Liang, 2005)

16Après la Seconde Guerre mondiale et les destructions imputées aux Japonais, et au moment de l’instauration de la République Populaire, à cette époque où les reconstructions sont nécessaires, le gouvernement communiste oppose le concept de ville socialiste, « saine et rationnelle », à celui de « ville-musée ». Aujourd’hui encore,

il n’y a pas un vrai changement intellectuel dans les champs de la conception architecturale et urbaine hors des zones protégées et que cette tâche reste à accomplir. (Zhang Liang, 2005)

17Les intellectuels formés à l’école communiste sont toujours présents et continuent de placer attaque sur attaque contre la tradition, notamment par la destruction du paysage urbain traditionnel.

Les enjeux des créations de zones de « préservation » du patrimoine

18La mise en tourisme des quartiers centraux de Guilin relève donc de plusieurs logiques. Tout d’abord présenter un lieu qui soit « beau » pour les touristes, ce qui sous-entend souvent qu’il soit illuminé, coloré. Ensuite, les autorités valorisent à leur manière les édifices de patrimoine. Le problème est que, comme à Pékin dans les hutongs, les lieux abritant les monuments ayant survécu aux bombardements, avaient été investis par des populations pauvres qui avaient transformé les monuments en lieux de vie. L’architecture avait changé et la volonté de la municipalité a donc mis en œuvre un programme de « préservation » de certaines zones historiques. Ces zones de préservation définissent différents types de périmètre au sein desquels certains standards urbanistiques doivent être atteints. En général, le plan de préservation consiste en la destruction des parties transformées par l’arrivée de populations, et leur reconstruction dans un style « vernaculaire ». Ces politiques de « préservation » du patrimoine urbain ont conduit à la création d’un style patrimonial, basé sur une conception assez largement mythifiée de l’architecture chinoise « traditionnelle ». En témoignent les nombreux ponts, portes, toits, etc. qui n’ont jamais existé dans l’histoire architecturale de la ville. Le Parc des 7 étoiles, à Guilin, a ainsi vu ses anciennes stèles et sculptures laissées à l’abandon dans une partie isolée du parc, alors que fleurissent des copies de ce patrimoine un peu partout dans le même parc. Dans le cadre de la transformation qui a été planifiée, l’idée essentielle était donc de rendre ces quartiers plus attirants pour le tourisme en mettant en avant leurs qualités historiques et récréatives (restaurants, commerces, salons de thé, etc.)

La valeur marchande des lieux : tourisme et développement

19Ce type d’opération de destruction/reconstruction en style vernaculaire semble éloigné de ce que pourrait être une volonté de préserver le caractère authentique du patrimoine dans ces quartiers. Ceci souligne, dans le cas de Guilin, l’impossibilité de définir un critère d’authenticité pour le patrimoine urbain, qui apparaît, en conséquence, comme l’expression d’une transformation à visée économique. Le patrimoine à Guilin est en fait produit, et ce produit découle directement d’un impératif de valorisation économique du territoire (la modernisation urbaine), à forte composante touristique (les paysages qui entourent la ville). Les espaces du patrimoine urbain ne sont donc pas les survivances d’une histoire ancienne ou des lieux de résistance face à l’uniformisation amenée par la modernité. Ils sont les produits mêmes de cette modernité. Cette dernière n’est cependant pas boudée par les touristes qui au contraire la recherchent. Le tourisme est en effet une activité que tous les Chinois ne peuvent pas encore pratiquer, et être un de ceux qui a fait du tourisme à Guilin permet de gagner de la « face » (« identité ou considération sociale » [Thireau, 2006]). Ceci nous montre donc que le tourisme dans un espace profondément transformé, « inauthentique » selon certains, n’est pas impossible dans ce pays où le tourisme est une activité et un phénomène importés de l’extérieur. Il n’y a pas un mais des modèles du tourisme et le « modèle chinois » reste à explorer.

Tourisme, patrimoine et modernité en Chine au prisme de l’histoire contemporaine

20Cette quête de modernité peut probablement aussi se comprendre grâce à une perspective historique. Le xxe siècle chinois a été tout entier marqué par l’opposition entre la modernité et la tradition. Dès le 4 mai 1919, une manifestation d’étudiants chinois se déclenche à Pékin. Ceux-ci sont furieux de la faiblesse du régime politique (qui vient d’octroyer au Japon des anciennes possessions allemandes en Chine), et crient : « À bas la boutique Confucius ! ». Ils rejettent ainsi violemment la tradition impériale de la Chine (qui, depuis le milieu du xixe siècle et les guerres de l’Opium, voit sa puissance diminuer au profit des puissances européennes), qu’ils opposent à la modernité de l’Occident (Domenach, 1987). À partir de l’établissement de la République Populaire en 1949 et jusqu’à la mort de Mao, les valeurs confucéennes considérées comme traditionnelles, et donc liées à la chute de la puissance chinoise, seront ainsi rejetées.

21Pourtant, si l’empire a disparu, la morale confucéenne demeure vivace. Pierre Gentelle pensait ainsi qu’il y a actuellement un retour à ces valeurs puisque la Chine s’est ouverte sur l’Occident et qu’elle y a découvert d’autres valeurs :

Les contraintes sociales traditionnelles puis maoïstes s’éloignent pour certains Chinois, laissant place à une redécouverte de pratiques, de croyances et de valeurs anciennes. (Gentelle, 2001, p. 87)

22Ce phénomène de redécouverte de la tradition, également encouragé par l’État des années 2000 (Billioud, 2007), est d’intérêt puisqu’il pénètre l’ensemble des actions de la vie quotidienne :

La culture traditionnelle imbibe encore le moindre geste, jusqu’à inciter certains chinois à réinventer la tradition. Celle-ci est présente dans l’inconscient des individus à l’intérieur de toutes les catégories sociales. (Ibid., p. 90)

  • 6  Pelletier P., 2003 - Japon, crise d’une autre modernité. Paris : Belin, La documentation française (...)

23Comme pour le Japon, nous sommes donc avec la Chine en présence d’une « autre modernité »6, asiatique et confucéenne. Celle-ci ne copie pas forcément les pratiques des Occidentaux. Le contraire semble même vrai au vu du développement « autonome » de la Chine :

Il faut chercher dans ledéveloppement autonome de la Chine le moteur de sa transformation et non pas dans le remplacement de son « programme » par les manières de faire de l’Occident. Pour être plus concret : même si les origines de sa dynamique actuelle ont pu être empruntées à d’autres, même si elle incorpore en masse idées et objets américains, elle ne copie pas l’Amérique. Elle continue d’adopter, en les adaptant, données et problématiques nouvelles de manière à les inclure dans son propre processus de développement qui ne date ni de 1949 (greffe du communisme) ni de 1911 (greffe de la république) […]. Il constitue depuis quatre mille ans un processus cumulatif malgré la perte de pans entiers et le développement de nouveautés imprévues presque à chaque siècle. (Ibid., p. 154)


*

24Ville nationalement connue pour ses paysages, ancien jardin de Pékin, la ville de Guilin a connu de nombreuses transformations avec le développement du tourisme. Les quartiers centraux de cette ville moyenne du Sud-ouest chinois ont été mis en valeur pour en faire le « plus beau » quartier urbain, mais le patrimoine n’a aujourd’hui plus rien « d’authentique ». Il convient cependant de relativiser la question du vrai et du faux ici, les touristes ne prenant que peu de temps pour visiter, de nuit, ces espaces largement illuminés et colorés. À Guilin, le tourisme reste un outil de développement local, un enjeu de modernité, ce que recherchent également les touristes chinois dans d’autres lieux en Chine (Oakes, 1998 ; Nyíri, 2006).

25À la lumière de cet exemple, nous pouvons constater que les nouveaux aménagements de Guilin montrent que l’idée du patrimoine est présente, mais comme alibi et décor et pas comme élément à conserver. Ensuite, cet exemple montre également que l’analyse de Jocelyne Fresnais est tout à fait juste :

(En Chine) pour attirer les visiteurs, il arrive qu’en un même lieu, des reconstructions historiques d’édifices soient aménagées à proximité de vestiges ou de biens séculaires classés. Elles reproduisent le style ancien, mais n’impliquent pas nécessairement la présence d’un bâtiment antérieur. Les monuments historiques sont alors immergés dans un ensemble reconstitué ou « recréé » de toutes pièces. (2003, p. 82)

26L’idée du patrimoine, importée de l’Occident, fait toutefois son chemin en Chine. Sur les blogs de nombreux internautes chinois, on ne peut que constater l’engouement actuel de plus en plus important pour les espaces « authentiques ». Les guides touristiques imprimés consacrés aux « anciens bourgs » (guzhen) sont eux aussi en forte progression et atteste d’une demande grandissante pour découvrir une vision de son propre pays renouvelée, moins dépendante de l’autorité culturelle chinoise.

Haut de page

Bibliographie

Amirou R., 2000 – Imaginaire du tourisme culturel. Paris : Presses Universitaires de France, 155 p.

Annuaire statistique du tourisme au Guangxi, 2005 – Pékin : Éditions de l’Administration nationale du tourisme de Chine, 218 p.

Annuaire statistique de Guilin, 1997 – Nanning : Éditions de l’Administration nationale du tourisme du Guangxi, 194 p.

Berque A., 1995 – Les raisons du paysage, de la Chine antique aux environnements de synthèse. Paris : Hazan, 192 p.

Billioud S., 2007 – Confucianisme, tradition culturelle et discours officiels dans la Chine des années 2000, Perspectives chinoises, n° 3, p. 53-69.

Bourdin A., 1996 – Sur quoi fonder les politiques du patrimoine urbain  ?, Les Annales de la recherche urbaine, Paris, n° 72, p. 6-13.

Cheng A., 1997 – Histoire de la pensée chinoise. Paris : Éditions Point Seuil, 720 p.

Cheng F., 1989 et rééd. 2006 - Souffle – Esprit. Paris : Éditions du Seuil, 182 p.

Choay F., 1992 – L’Allégorie du patrimoine. Paris : Éditions Point Seuil, 270 p.

Cosaert P. et Bart F., dirs., 2003 – Patrimoines et développement dans les pays tropicaux. IXe Journées de Géographie tropicale, La Rochelle, 13 et 14 septembre 2001. Pessac : DyMSET- CNRS, coll. Espaces tropicaux, n° 18, 704 p.

Dars J., 1993 – Randonnées aux sites sublimes. Paris : Gallimard, coll. Connaissances de l’Orient, 391 p.

Domenach, J-L. et Richer P., 1987 - La Chine 1947-1971/De 1971 à nos jours, 2 tomes. Paris : Imprimerie Nationale, coll. Points, 736 p.

Équipe Mit, Paris 7 – Diderot, 2002 - Tourismes 1, Lieux communs. Paris : Belin, coll. Mappemonde, 320 p.

Fresnais J., 2003 – Cinquante ans de gestion du patrimoine architectural en République populaire de Chine : 1949-1999, p. 77-97. In : Guichard-Anguis S. et Gravari-Barbas M., dir. - Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du xxie siècle. Paris : Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 952 p.

Gentelle P., 2004 – Chine, peuples et civilisations. Paris : Éditions La Découverte,219 p.

–––, 2001 - Chine. Un continent… et au-delà  ?, Paris : La documentation française, coll. Asie plurielle, 175 p.

Goodman D., 1997 – China’s Provinces in Reform : Class, Community and Political Culture. Londres : Routledge Éditions, 256 p.

Les plus beaux lieux de Chine, China National Geography (revue en chinois), Numéro spécial, mai 2006.

Maire R., 2004 – Développement du tourisme ethno-karstique dans la province du Guizhou. In : Maire R., Barbary J.-P., Zhang S., Vanara N. et Bottazzi J., dir. - Spéléo-karstologie et environnement en Chine (Guizhou, Yunnan, Liaoning). Paris :Fédération française de Spéléologie et Association française de Karstologie,Karstologia Mémoire, n° 9, 562 p.

Margat C., 2004 – Poussière du Guangxi. En Chine sur la trace des peintres lettrés. Paris : Éditions de la Différence, 223 p.

Mosser S., 2005 – Les configurations lumineuses de la ville la nuit : quelle construction sociale. Paris : Espaces et sociétés, n° 122, p. 167-186.

Nyíri P., 2006 – Scenic spots. Chinese tourism, the state, and cultural authority. Seattle and London : University of Washington Press, 135 p.

Nuryanti W., 1996 – Heritage and postmodern tourism. Annals of Tourism Research, vol. 23, n° 2, p. 249-260.

Oakes T., 1998 – Tourism and modernity in China. Londres, New-York : Routledge, 272 p.

Paquot T., 2001 – La tyrannie douce de l’air conditionné. Le monde diplomatique, Paris. http://www.monde-diplomatique.fr/2001/07/PAQUOT/15344

Qunjian T., 2004 – China develops its West : motivation, strategy and prospect. Journal of Contemporary China, vol. 13, n° 41, p. 611-636.

Roux A., 2002 (texte cité dans) Boyer C. - Chine du Sud-ouest : Yunnan, Guizhou, Guangxi. Guide Bleu. Paris : Hachette tourisme.

Sanjuan T., 2006 – Dictionnaire de la Chine contemporaine. Paris : Armand Colin, 320 p.

Sinologie Française (法国汉学, Faguo hanxue), Beijing, 2004 - Aménagement du territoire en Chine. Beijing, 321 p.

Stockman N., 2000 – Understanding chinese society. Cambridge : Polity Press, 280 p.

Taunay B., 2011 – Le tourisme intérieur chinois, reflet des mutations de la Chine contemporaine. In : Dossier Les nouvelles dynamiques du tourisme dans le monde. Géoconfluences, Lyon, 11 p. Consultable à : http://geoconfluences.ens-lsh.fr/doc/typespace/tourisme/TourScient3.htm

Taunay B., 2011 – Le tourisme intérieur chinois. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 255 p.

Thireau I., 2006 –Loisir. In : Sanjuan T., 2006 - Dictionnaire de la Chine contemporaine, Paris : Armand Colin, 303 p.

Zhang L., 2005 – La naissance du concept de patrimoine en Chine. xixexxe siècles. Archithèses, Paris : Éditions Recherches/Ipraus, 287 p.

Haut de page

Notes

1  « Les plus beaux lieux de Chine » (中国最美丽的地方), China National Geography, Hors-série, mai 2006, 550 p.

2  Les parties III et IV de cet article reprennent des éléments de description déjà formulés dans l’article suivant : Taunay B., 2008 – Le développement touristique de deux sites chinois « incontournables » : Beihai et Guilin (Guangxi). Articulo – Journal of Urban Research [En ligne], n° 4, mis en ligne le 19 décembre 2008.

3  Une publicité avec le paysage nocturne de Hong Kong en arrière-plan (10 m x 4 m) pour la « Banque chinoise de Construction », sur la plus grande place du centre-ville, va également dans ce sens ; son slogan est : « la banque chinoise de construction, la banque de la vie moderne » (中国建设现代生活, zhongguo jianshe xiandai shenghuo).

4  Pour de plus amples analyses sur le thème du regard chinois sur le paysage, voir l’article suivant : Taunay B., 2010 – Regard chinois sur le « plus beau paysage sous le ciel ». Teoros, vol. 29, n° 2, p. 26-34.

5  Le plus connu des géographes/géologues chinois du xvie siècle.

6  Pelletier P., 2003 - Japon, crise d’une autre modernité. Paris : Belin, La documentation française, 208 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Présentation de la région autonome Zhuang du Guangxi
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6203/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Photo 1 – Paysage de la municipalité de Guilin, à Xingping (Photo B. Taunay)
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6203/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 2 – Patrimoine et tourisme dans le centre-ville de Guilin
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6203/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Taunay, « À la recherche de la modernité », Les Cahiers d’Outre-Mer, 253-254 | 2011, 135-150.

Référence électronique

Benjamin Taunay, « À la recherche de la modernité », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 253-254 | Janvier-Juin 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://com.revues.org/6203 ; DOI : 10.4000/com.6203

Haut de page

Auteur

Benjamin Taunay

Docteur en Géographie, Enseignant-chercheur, UMR 6590 ESO « Espaces et Sociétés », Université d’Angers, UFR ITBS (Imis-Esthua), mél : benjamin.taunay@univ-angers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org