Navigation – Plan du site

La prise en compte de l’environnement à Dar es Salaam, problèmes et perspectives

Cécile Roy
p. 23-40

Résumés

Malgré la médiatisation croissante des problématiques liées à l’environnement et la tenue de plusieurs conférences de portée mondiale sur ce même thème (Rio, 1992 ; Johannesburg, 2002 ; charte d’Aalborg, 1994 ; signature du protocole de Kyoto en 1997, etc.), de nombreux pays soufrent de la pollution et polluent eux-mêmes grandement. C’est le cas de grandes puissantes mais aussi de villes plus en marge comme Dar es Salaam, capitale économique de la Tanzanie. Cette ville du Sud gère et considère encore peu les problèmes environnementaux. Il s’agit, dans cette optique, d’analyser les tenants et les aboutissants de la problématique ville/environnement dans un des PMA (pays les moins avancés) de la planète.

Haut de page

Texte intégral

1La Tanzanie est un pays peu connu, sinon par les images d’une nature préservée grâce à ses parcs nationaux aux noms mondialement connus (le Serengeti ou le Ngorongoro par exemple). L’autre Tanzanie, encore moins connue, est celle des villes : Arusha au nord, Kigoma à l’ouest, Dodoma au centre et Dar es Salaam, sur la côte. Cette dernière, capitale économique du pays et forte de trois millions d’habitants, regroupe les principales industries, les grandes entreprises (nationales ou internationales), la Présidence et quelques ministères. De fait, le pays présente un schéma classique de macrocéphalie urbaine, entretenue et accentuée par les migrations actuelles.

2Dar es Salaam, ville convoitée et en très forte croissance se trouve de plus en plus soumise aux problèmes environnementaux.

3Au-delà de la Tanzanie et de l’exemple de Dar es Salaam, la mondialisation a favorisé une prise de conscience de l’enjeu environnemental au sein des villes : la médiatisation de la question du réchauffement climatique, la tenue de grands rassemblements en faveur du développement durable (Stockholm, 1972 ; Rio, 1992 ; Johannesburg, 2002 ; mise en place du protocole de Kyoto en 1997) agissent en faveur d’une prise de conscience. Le processus est aussi une des sources du problème puisque la pollution ne connaît pas les frontières.

4Les espaces urbains regroupant aujourd’hui plus de la moitié des habitants de la planète et la tendance à l’urbanisation s’accentuant, le développement durable, mondialisé et pérennisé, ne peut être qu’urbain.

5Pour les villes du Sud comme Dar es Salaam, les défis se multiplient. La nature en ville se dévoile de façons très diverses mais en retour, la faible prise en compte des problèmes environnementaux est flagrante. La déficience des budgets de la ville (Dar es Salaam City Council) et des trois municipalités qui la composent (Ilala, Temeke et Kinondoni) offre peu de perspectives pour le développement de projets novateurs, comme ceux développés en Europe du Nord ou à Curitiba (Brésil), pour rester dans les villes du Sud. Par ailleurs, l’opinion publique, les citadins eux-mêmes portent encore peu d’intérêts à cet aspect : dans les villes où les citadins sont en majorité très pauvres, l’environnement et ses problématiques apparaissent comme un enjeu pour les seules classes dirigeantes ou aisées.

6Comment se lisent les problèmes environnementaux à Dar es Salaam ? Comment agit-elle pour diminuer la pollution ? Peut-on parler d’une marche vers une ville durable ?

7Pour répondre à ces interrogations, je montrerai d’abord que la nature est omniprésente à Dar es Salaam. Cependant, ce critère ne suffit pas, loin de là, à faire de celle-ci une ville durable, au contraire, puisque les problèmes environnementaux sont très peu pris en compte.

8Il conviendra, dans un second temps, de se pencher plus en détail sur cette ville polluée… et polluante : les problèmes environnementaux jouent au niveau local, certes, mais ils participent aussi à la capitalisation de la pollution mondiale (effet de serre et réchauffement climatique).

9Pour finir, je souhaiterai montrer qu’au-delà de ce tableau un peu sombre, Dar es Salaam tente, timidement il est vrai, de mener une politique plus proche des tenants et des aboutissants du développement durable : la volonté politique se complète d’actions et de projets menés par des acteurs privés ou des Organisations Internationales. De son côté, les effets de la mondialisation restent omniprésents puisque Dar es Salaam, grâce à l’adhésion à un réseau de villes spécifique, s’atelle aux problèmes de l’environnement.

Dar es Salaam : la prégnance de la nature, la faible prise en compte de l’environnement

10À Dar es Salaam, la nature recouvre deux formes principales : c’est d’abord, dans une première acceptation, « le monde biophysique, pour autant qu’il concerne la société » (Lévy, Lussault, 2003, p. 654). Mais la définition d’une nature intacte, aux composantes végétales, animales et paysagères hors de portée des actions et des intentions humaines n’existe plus ; la nature est donc un construit social, individuel et sociétal. Loin d’une pensée naturaliste, la nature interagit avec les habitants, tout comme les citadins modèlent la nature. On la retrouve en ville sous différents aspects.

L’omniprésence de la nature…

11La nature en ville s’offre, dans un premier temps, à travers les espaces verts. Les parcs et jardins, lieux où la verdure se lit le plus concrètement, font largement défaut en ville (on verra une nature hyper réelle recréée au sein de centres commerciaux de dernières générations mais dont l’accès est socialement limité). Lorsqu’ils existent, le bruit de la circulation incessante n’invite ni à s’y promener, ni à s’y prélasser. Faisant l’objet de forte convoitise, certains sont mis en vente ou ont été pris d’assaut par les investisseurs, surtout dans le centre ville.

12Le Conservation Act assure au jardin botanique et au Ward Memorandum Garden (créé et entretenu grâce au fonds du Rotary Club) la protection juridique contre une disparition éventuelle. L’ancien cordon sanitaire, Mnazi Moja, qui séparait autrefois les quartiers indien et européen des quartiers noirs offre aujourd’hui des espaces de verdure à Kariakoo, le quartier commerçant africain par excellence. Dans cette trame urbaine très dense, au plan quadrillé réalisé sous la colonisation, il offre une ouverture salvatrice. Mais seuls quelques endroits de l’esplanade sont ouverts aux citadins, c’est par ailleurs plus un lieu de passage que de pratiques solidement implantées.

13La pression sur les espaces verts doit alors être gérée avec précaution : entre l’utilisation du sol faite en centre ville en 1992 et les projets d’utilisation du sol mis au point en 2002, ces derniers voient leur part baisser puisque l’on passe de 23 % à 19 % de la surface concernée (DARS, 2002). La «green belt » (ensemble des espaces verts de cette partie de la ville) faisant partie intégrante de l’identité du quartier, les élus locaux doivent s’attacher à la conserver intacte.

14Du centre ville partent en étoile plusieurs grandes artères de communication caractérisées par leur manque de verdure : tout n’est que voiture, routes goudronnées, activités commerciales intenses et flux incessants. Sur Morogoro Road, trône un gigantesque baobab, nommé Mbuyuni. Il représente un vestige de l’Arbre en ville : seul au milieu de cette route à deux fois deux voies, les habitants ne le remarquent même plus.

15À côté de la ville bétonnée, celle de la voiture et des immeubles, on trouve, et c’est une des caractéristiques de Dar es Salaam, de vastes espaces de faibles densités où s’entremêlent culture utile et verdure, où vaches, chèvres et poulets vivent en liberté. Intégrés au cœur de Dar es Salaam, ces véritables villages dans la ville se localisent souvent dans des Squatter Areas, des zones habitées sans titre de propriété. Ces espaces dominent, comme le montre le tableau n° 1.

16Ici, le modèle de la maison swahili se répète inlassablement (figure 2), les chemins de terre remplacent les routes goudronnées, la voiture disparaît au profit de la marche ou du vélo : les transport en commun (les dala-dala) ne desservent en effet pas tous ces quartiers. La nature s’observe donc plus facilement puisque certains citadins utilisent des matériaux tels que le torchis ou les feuilles de palmier pour consolider leurs habitations ; on cuisine au feu de bois ou au charbon, les femmes de certains quartiers doivent aller chercher l’eau à la pompe. Ici, la nature reprend ses droits non seulement parce qu’elle est omniprésente et nécessaire aux populations locales (la multitude de jardins privés ou collectifs appelés shamba permet de cultiver et de vendre les productions locales dans les petits marchés de quartier) mais aussi parce qu’elle se rappelle parfois sombrement à la population : tous les ans, lors de la saison des pluies (chemins impraticables, inondations) ou lors d’épisodes exceptionnels (sécheresse entraînant manque d’eau pour les activités domestiques et faibles récoltes en ville).

17Dans toute la ville, l’agriculture intra-urbaine participe à introduire de la nature au sein de l’espace urbain. Elle

« englobe plusieurs systèmes et plusieurs méthodes culturales, y compris la production traditionnelle, l’élevage, l’aquiculture et [...] la floriculture » (Sawio in Lee, 1997).

18Les moindres espaces libres sont réquisitionnés pour cultiver le mchicha (épinard), le maïs, le riz mais aussi pour vendre des pousses de plantes et d’arbres décoratifs : sur les trottoirs, le long des grandes artères ou entre les murs d’une maison en construction, on trouve ainsi des jardins ou des lieux d’exposition et de vente. Le phénomène s’avère si important qu’un article de Marilyn Lee parle de Dar es Salaam comme d’une ville jardin 1.

19La nature sait aussi se rappeler aux citadins à travers la présence de nombreux autres habitants. Les moustiques, les cafards ou les chats errants montrent, de par leur présence, les côtés d’une nature peu appréciée. Ils rappellent aux Darois l’insalubrité ou la saleté de certains quartiers, de quelques coins de rues également. Les déchets domestiques attirent des milliers de corbeaux. Dans les maisons, les rongeurs et les cafards sont monnaie courante, même dans les quartiers les mieux lotis ; les moustiques, de leurs côtés, sont des hôtes mal venus dans la mesure où le paludisme cause encore de nombreux décès. En 2003, les autorités de l’aéroport international de Dar es Salaam ont dû lutter contre la présence de chiens errants qui, à la recherche de nourriture (de rats notamment) se déplaçaient dans l’enceinte de l’aéroport au risque de causer un accident. Malgré la pose d’un grillage, le problème perdure plusieurs mois encore : les alentours se composant de bush et de zones résidentielles très peu denses, le directeur de l’aéroport, Lawrence Mtembe a donc demandé aux habitants de ne pas jeter leurs déchets n’importe où afin de ne plus attirer les chiens sauvages (BBC News, UK, 3 December 2003) 2.

20Il est intéressant de noter, pour l’anecdote, que les journaux relatent régulièrement, tous les ans environ, les rumeurs de la présence d’un lion ou autre animal d’envergure en ville. Si des cas d’attaques de hyènes ou de félins existent réellement dans des petits villages tanzaniens, il s’agit, à Dar es Salaam, de légendes urbaines tenaces.

21La nature est donc omniprésente en ville, les habitants en vivent, et cette nature en retour, se rappelle souvent aux citadins. De ce lien génétique ne naît pas pour autant une prise de conscience des problèmes environnementaux.

mais une très faible prise en compte des problèmes environnementaux

22C’est lors de la première conférence des Nations Unies sur l’Environnement à Stockholm en 1972 que le terme « environnement » se diffuse en acquérant une connotation écologiste qui renvoie à l’impact négatif des activités humaines sur les réalités biophysiques (Lévy, Lussault, 2004).

23La Tanzanie essaie, tant bien que mal, de s’impliquer dans la résolution des problèmes environnementaux : dès 1992, le pays souligne le développement d’énergies renouvelables dans sa politique énergétique. Il signe la convention des Nations Unies sur le changement climatique et adopte une politique environnementale générale qui place au premier rang les questions mondiales telles que le réchauffement de la planète.

24Cependant le pays manque toujours d’expérience technique, de moyens en matière d’évaluation, de surveillance et de contrôle, notamment sur la pollution atmosphérique : le pays n’a en effet peu ou pas de données inventoriées sur la question. Le problème vient principalement des manques matériels et financiers. Le budget total du Dar es Salaam City Council permet de couvrir les salaires des employés municipaux et les frais de fonctionnement de l’administration, très peu est effectivement dévolu au développement durable urbain. Les moyens financiers des collectivités locales restent généralement très minces : Nairobi fait figure de ville riche avec une dépense approximative de 70 dollars par an et par citadin ; Dar es Salaam de son côté, dépense environ 6 dollars par habitants, soit 200 fois moins qu’une ville du Nord (Le Bris in Osmont Goldblum, 2003, p. 112). Dans ce contexte, quelle somme peut-on effectivement allouer en faveur de la protection de l’environnement ?

25Cependant, le Tanzanian Bureau of Standard (TBS) associé au National Environment Mangement Council sont en train d’établir des normes nationales sur la qualité de l’air. Le TBS contrôle aussi l’état des véhicules importés (pots d’échappement, etc.).

26À Dar es Salaam même, les tentatives d’une prise en compte de l’environnement se multiplient. La ville est membre du Global Environment Monitoring System (GEMS/Air Program). Elle fait aussi partie d’un réseau nommé « Sustainable Cities Alliance Program ». L’initiative des villes durables est, entre autre, basée sur un partenariat canadien qui vise à promouvoir un développement économique durable au sein des villes et à aider les citoyens à améliorer leur qualité de vie sans compromettre leur futur. Dar es Salaam fait ainsi partie des quatre villes africaines membres de ce programme (Dakar, Alger, Durban). En novembre 2003, une mission technique s’est ainsi déplacée pour étudier, entre autres, la gestion des déchets et l’utilisation possible du gaz naturel, ce qui permettrait d’améliorer la qualité de l’air.

27Dar es Salaam travaille de concert avec les Organisations Internationales, principalement les Nations-Unies pour les questions de développement durable, mais aussi avec des agences de développement (Canada, Japon). Les habitants, à titre individuel, sont invités à protéger la nature et l’environnement : depuis quelques années, on peut voir des campagnes de sensibilisation, notamment sur les déchets. Cependant, les mentalités évoluent lentement, la ville reste polluée… et polluante.

Dar es Salaam : état des lieux d’une ville polluée… et polluante

28La nature est omniprésente à Dar es Salaam et pourtant, la prise en compte des problèmes environnementaux est très lacunaire. De fait, la ville est polluée et polluante. La situation est d’autant plus vrai que Dar es Salaam est une ville du sud où vit une grande proportion de citadins pauvres encore peu à même de changer les choses (pas de ramassage systématique des déchets dans certains quartiers et encore moins de tri sélectif, comportement peu citoyen, etc.). De fait, les problèmes environnementaux se multiplient.

Les problèmes environnementaux

29Le tableau n° 1 montrait que plus de 70 % de la superficie de Dar es Salaam est couverte par des Squatter Areas dont la plupart, surtout en périphérie, se caractérise par une très faible densité.

30Le modèle de la maison swahili (fig. 2) associé aux migrations très importantes vers la ville pose le problème de l’étalement urbain. Un entassement de type extensif (contrairement à l’étalement des villes des pays industrialisés lié à la dédensification) joue alors négativement sur l’environnement urbain. La disposition de la maison swahili se présente comme une maison basse sans étage avec un couloir central desservant en général trois pièces de part et d’autre de ce dernier. Plusieurs familles vivent dans une habitation. À l’avant, un porche ouvert sur la rue favorise la sociabilité, à l’arrière, on trouve une cour intérieure et aux alentours, de petites superficies cultivées, parfois un shamba.

« Véritable modèle identitaire reproduit à l’envie, sous des formes plus ou moins élaborées et évolutives (…) » (Bart, Calas, 1999, p. 6).

31La multiplication de la maison swahili entraîne la formation d’une ville de plus en plus étendue. Si l’on cumule cette donnée à la croissance démographique et à l’arrivée de nouveaux migrants vers Dar, on imagine aisément à quel rythme la ville s’étend, s’étale et s’agrandit.

32Le taux de croissance urbaine avoisine les 4,5 %, or,

« 4 % de croissance annuelle par an, c’est encore le doublement d’une population urbaine tous les 18 ans et une augmentation bien plus rapide encore de la surface à urbaniser » (Dorier-Apprill, 2000, p. 84).

33La distance approximative du Nord au Sud passe ainsi de 6 km en 1947 à 10 km en 1969 ; en 1978, elle est de 15 km (Messer, 2003, p. 49). Actuellement, la ville s’étale sur 35 km du Nord au Sud et 30 km de l’Est à l’Ouest (Briggs, Mwamfupe, 2000, p. 802). Par ailleurs, le front d’urbanisation progresse fortement : par l’occupation de zones non cadastrées, d’un côté, par des opérations de lotissement organisées par les autorités de l’autre. Le Ministry of Lands administre ainsi 20 000 terrains de différentes tailles et de différents budgets en périphérie afin de permettre l’accession légale à la propriété. Les zones concernées se situent assez loin du centre (Bunju, Tuangoma après Mbagala ou Kisota après Mji Mwema ; figure 2).

34Chaque jour, les habitants de Dar es Salaam déversent ou brûlent 1 500 tonnes de déchets organiques. Les résidus toxiques qui s’échappent de ces déchets contaminent les eaux souterraines, polluent les cours d’eau ou la mer. Ces déchets libèrent également 23 000 mètres cubes de méthane dans l’atmosphère. Or, on sait que ce gaz fait aussi partie de ceux qui concourent au réchauffement de la planète.

35Par ailleurs, l’utilisation massive et généralisée de la climatisation (dans les administrations, les entreprises et chez certains riches particuliers) laisse s’échapper les chlorofluorocarbones (CFC), des gaz à effet de serre qui absorbe les rayonnements infrarouges réémis par la surface terrestre.

36Aux problèmes de la pollution de l’air et des déchets se surimpose logiquement la question de la qualité de l’eau, à la fois de l’eau douce que l’on trouve dans les ruisseaux et rivières mais également de l’eau salée puisque la ville se situe sur la côte de l’océan Indien.

37À Mikocheni (figure 2) quatre ruisseaux hautement pollués par les déchets industriels et domestiques se déversent directement dans la mer. Un petit lac s’est formé dans le quartier, déversoir de ces eaux immondes ; l’odeur et la vue sont frappées par ce dépotoir et les dangers sont réels : parfois, des enfants jouent dans ces ruisseaux ou aux abords de ces décharges disséminées dans tout Dar es Salaam, les animaux en liberté, qu’on trouve dans les Squatter Areas, s’y abreuvent de temps en temps.

38Depuis 1994, la gestion des déchets a été transférée à des entreprises privées (planche photos) via un partenariat public-privé afin d’améliorer la qualité du service rendu. En 1998, un rapport soulève cependant la permanence de plusieurs problèmes (personnel peu qualifié, manque de service qualité ou de service client, entre autre). Les habitants, de leur côté ont eu du mal à adhérer à cette nouvelle pratique, certains continuaient à brûler leurs déchets, d’autres à les jeter n’importe où. En 1999, les différentes compagnies collectaient 56 % des déchets générés par la ville contre 9 % seulement en 1996. La progression est bonne mais de gros efforts doivent encore être réalisés.

39Entassement de type extensif, étalement urbain, omniprésence des Squatter Areas présentent autant de conditions pour créer un environnement pollué et polluant. La périurbanisation, ou plutôt l’extension spatiale de Dar es Salaam, participe à la mutualisation de la pollution mondiale, notamment par l’augmentation de l’utilisation de la voiture, les citadins réalisant des trajets de plus en plus longs. La « dépendance automobile » (Illich, 1972) touche les classes moyennes et aisées, lesquelles possèdent un véhicule particulier alors que les classes plus défavorisées utilisent le réseau des transports en commun. Depuis plusieurs années maintenant, le parc automobile a considérablement augmenté en ville : le nombre de voitures est passé de 15 véhicules pour 1 000 personnes en 1992 à 30 pour 1 000 en 2002 3. La voiture devient un symbole de réussite, l’ostentation pousse les plus riches à acquérir de gros quatre quatre très polluants. Par ailleurs, les dala-dala sont souvent dans des états de délabrement avancés : ils sont importés du Japon ou de Corée, et malgré l’obligation de contrôle technique, la fumée noire sort des pots d’échappement et pollue fortement la ville.

40Dans un contexte où la croissance du trafic ne cesse d’augmenter et où Dar es Salaam retient 52 % du total des véhicules du pays 4, on ne peut que s’inquiéter de la qualité de l’air pour la santé des citadins. L’étalement urbain et ses conséquences jouent aussi dans la mutualisation des problèmes liés au réchauffement climatique dans la mesure où le dioxyde de carbone rejeté par les voitures est un gaz à effet de serre puissant, sans compter les émanation de dioxyde de soufre et d’azote, les particules et les poussières.

41Pollution de l’air, de l’eau, gestion fort incomplète des déchets, tous ces éléments interagissent et fonctionnent en système pour donner une ville polluée et polluante, les conséquences en termes environnemental et de santé publique sont importantes.

Les conséquences

42Les conséquences de la congestion urbaine couplées au manque et au non respect de normes concernant les rejets des différentes industries (rejet de fumée, rejet chimique, etc.) se lisent à plusieurs niveaux.

43Les taux de dioxyde d’azote (NO 2) et de dioxyde de souffre (SO2) dépassent, à Dar es Salaam, le seuil fixé par l’Organisation Mondiale de la Santé. La quantité retenue est respectivement de 350 microgrammes par mètre cube et 200 microgrammes par mètre cube. Or, au regard du tableau n° 2, on remarque que ce seuil est souvent dépassé. Les différents quartiers de la ville exposés ici se caractérisent par la concentration des flux de transport (voitures ou dala-dala) et des activités souvent polluantes (industries). La pollution culmine particulièrement en milieu de journée, moment où les taux peuvent aisément dépasser les 350 grammes par mètre cube. À Posta, un des grands arrêts de dala-dala (centre ville), tout comme à Ubungo où se concentre une très forte circulation (gare des bus effectuant des trajets nationaux et internationaux) ou Uhuru Street, pollution et congestion urbaine sont le lot quotidien des riverains et des citadins en général.

44Les polluants urbains sont principalement le monoxyde de carbone (CO), les fumées s’échappant des industries comme les dioxines (encore peu soumises à des normes strictes) ou des pots d’échappement de voitures souvent très vieilles et peu entretenues (CO2). Dar es Salaam, située en zone inter-tropicale connaît un ensoleillement important. De fait, la pollution dite photo-oxydante est importante : l’oxyde d’azote (NO) ou le monoxyde de carbone se transforment sous l’effet de la lumière, donnant naissance à une concentration anormale d’ozone (O3) en basse altitude provoquant asthme et maux de tête.

45Ces pollutions peuvent créer des problèmes de santé publique puisque, par exemple, le dioxyde de soufre (SO2) cause des problèmes respiratoires ; le dioxyde d’azote (NO 2) est quant à lui à l’origine de bronchites, de pneumonies et d’infections respiratoires.

46La qualité des produits issus de l’agriculture intra-urbaine est aussi concernée puisque les végétaux poussent dans cette atmosphère polluée (cf. les jardins en bords de routes) et qu’ils sont souvent arrosés par une eau peu pure. Les conséquences se remarquent même par des dégradations sur les bâtiments (cf. la maladie de la pierre).

47Enfin, comme de nombreuses autres grandes villes du Sud, les autorités locales déplorent des cas de choléra : la pollution de l’eau associée à certains problèmes de gestion urbaine (pas de toilettes publiques pour les milliers de vendeurs de rue, les machinga) entraînent la mort de dizaines de citoyens, comme l’épidémie qui eut lieu en 1997 : en une semaine, dans certains quartiers, on recensait plus de 100 cas de maladie (Messer, 2003).

48Les problèmes liés à l’environnement se multiplient et se surimposent, menant parfois à des situations difficiles. Le Dar es Salaam City Council, les trois municipalités et certains groupes de citadins, aidés et poussés par des organisations locales et internationales tentent de changer la situation et les mentalités.

Une ville qui tente timidement le pari du développement urbain durable

49Le tableau dressé jusqu’alors montre l’ombre portée par la ville sur l’environnement et la santé des habitants de Dar es Salaam. Comme de nombreux pays en développement, la ville se situe au premier stade de ce que l’on pourrait appeler la transition écologique : les comportements de la plupart des citadins font figure d’un présentisme prédateur qui se lit spatialement par une extension spontanée et qui se caractérise par de fortes pollutions. Pour autant, les élus locaux, associés aux acteurs travaillant dans les Organisations Internationales commencent un travail de mitigation des pollutions et d’écologisation, certes timide, des politiques urbaines.

Une volonté politique

50En 2000, la ville intègre, dans ce cadre, le Sustainable Cities Program. Le projet met en avant le principe de gouvernance, le concept de développement durable et insiste sur la participation des individus hors personnel du City Council (secteur privé, compagnies, citadins, ONG, etc.). À ce titre, des Working Teams composées d’hommes d’affaires, de fonctionnaires, d’élus et d’ONG se réunissent et travaillent sur différentes thématiques urbaines. Les priorités de Dar es Salaam, par ordre d’importance, sont les suivantes : les transports publics, la question des déchets, la sécurité et les questions liées à l’eau. Le programme accorde également une place importante, non pas à l’éradication des bidonvilles mais plutôt à leur amélioration (« upgrading program » avec l’installation d’infrastructures sanitaires et sociales, la construction de routes, l’électrification de certaines parties de la ville) : une ville durable passe aussi et surtout par une société durable, dans laquelle les plus démunis ont aussi leur place et des conditions de vie décente.

51Dans un contexte de globalisation (volet économique de la mondialisation), la concurrence entre les villes se fait plus âpre : celles du Sud doivent, pour attirer les investisseurs (locaux ou étrangers), proposer les services d’une ville moderne. Elle joue donc et de plus en plus sur le marketing urbain. L’alibi environnemental sert alors beaucoup dans l’écologisation des politiques urbaines. Ainsi, le projet nommé Dar es Salaam Rapid Transit a un double objectif. Le premier, clamé haut et fort, réside dans la mitigation des risques liés à la pollution automobile. Le second, plus intéressé, a pour but de faire de Dar es Salaam un modèle en Afrique de l’Est, de donner une image très positive de la ville. Ainsi, l’ancien maire a-t-il déclaré :

« transport-related problems in Dar es Salaam are rapidly worsening as most people use public transport, but their needs are not being met. With Bus Rapid Transit, the people of the city will enjoy Africa’s first world class urban bus service and more enjoyable and pleasant public spaces » (K. Sykes, ancien maire de Dar es Salaam).

52Le développement durable semble de plus en plus se trouver au cœur des programmes de financements des organisations internationales dans les politiques de gestion urbaine. La municipalité d’Ilala fonctionne ainsi sur la base de « missions » et de « visions », lesquelles prônent toutes, comme un leitmotiv, le nécessaire besoin de se développer sans compromettre les ressources actuelles.

53Sensibilisés, les élus apprennent beaucoup des expériences réalisées dans les autres villes. L’adhésion de Dar es Salaam au programme « Cities Alliance » permet de l’inclure dans un réseau de villes qui communiquent sur les avancées des actions réalisées en faveur de l’environnement.

54On cherche d’abord à réduire la pauvreté, il est vrai, dans la mesure où la situation constitue le problème majeur, une externalité négative à gommer. De plus en plus, il s’agit d’éviter de tomber dans les affres de la ville cauchemar, de la ville insoutenable. Pour ce faire, plusieurs projets, parfois ambitieux, tentent de changer la donne.

Les projets

55Les projets de la municipalité, largement soutenus et financés par la Banque Mondiale et les Nations-Unies proposent de mettre en place le développement durable pour garantir un environnement agréable à tous les citadins.

56Un des projets phare de la ville, vitrine pour les autres villes du Sud, est le Dar es Salaam Rapid Transit (DART). D’après l’expérience réalisée à Bogota par l’entreprise Logit Engenharia Consultiva of Brazil, le Dar es Salaam City Council va dépenser au total 70 millions de dollars pour mettre en place un système de transport en commun rapide et peu polluant (la Banque Mondiale finance une partie du projet).

57Les travaux prévoient sur Morogoro Road (fig. 1) la mise en place de couloirs spécifiques pour les bus (137 km de couloirs de bus au final, 18 terminaux et 228 stations prévus), la création de voies piétonnes et cyclables. Les tarifs délibérément non prohibitifs devraient permettre à toute la population d’utiliser ce nouveau système, révolutionnaire à Dar es Salaam. Le corollaire de la situation devrait se lire, à terme dans la réduction de la congestion urbaine et donc de la pollution. Les travaux de « beautification » (embellissement grâce à la création d’espaces verts, de zones où les voitures ne peuvent circuler) participe à créer un environnement agréable. Le maire de Bogoto, M. Penalosa a ainsi réussi à améliorer la qualité de vie de ces 7 millions de concitoyens, et ceci en trois ans environ. Même si les Darois apprécient véritablement leur ville, ils déclarent :

« people hated their city. We chose to build a city for the people not for the automobiles. Now people feel proud and have hope that their live will continue toi improve. This is the story we bring in Dar es Salaam. »

58Les municipalités tentent de palier le problème des déchets urbains en misant sur le partenariat public/privé. Un article du Guardian du 17 mai 2005 montre qu’une compagnie privée de gestion des déchets (Sincon Ltd) a importé du Japon sept bennes à ordures pour les déchets : les éboueurs ne les chargeront plus à la main comme c’est encore la pratique aujourd’hui (planche photos).

59À une autre échelle et façon moins spectaculaire, un projet développé à Mikocheni a entrepris des actions pour contrôler et à terme stopper la pollution des eaux. Pour cela, on veut rendre obligatoire le traitement des eaux usées pour les industries, stopper les déchargements des fosses dans les ruisseaux, s’assurer que les stations de pompage, les canalisations soient en bon état.

60Les acteurs privés participent également et plus ponctuellement à différents projets. Il est difficile de connaître les réelles motivations de ces derniers, entre volonté véritable ou simple jeu d’image, la protection de l’environnement en sort gagnante dans les deux cas. Le Golden Tulip est un hôtel cinq étoiles situé sur la péninsule de Msasani, au nord de la ville (fig. 1). Il mène une politique en faveur de l’environnement en installant un économiseur d’énergie, le chauffage solaire (notamment pour l’eau chaude) ou en instaurant le recyclage des ordures. Le programme se nomme « Golden Tulip goes greener » et une équipe de consultants travaille au sein de l’hôtel. Il est d’autant plus intéressant que la péninsule de Msasani ne possède pas de bouche d’égout principale et que de fait, les eaux usagées sont souvent rejetées dans l’océan Indien, causant des dommages certains sur la vie subaquatique et la qualité de l’eau.

61En kiswahili, Dar es Salaam signifie « havre de paix ». Aujourd’hui, la non prise en compte des problèmes environnementaux risque de rendre la ville intenable. Les problèmes sont actuellement très importants : par leur ampleur mais aussi par la faible prise de conscience des problèmes environnementaux par les citadins eux-mêmes.

62Les programmes mis en place n’offrent qu’une gestion sectorielle des problèmes, par ailleurs le passage d’une gestion privative des dégradations à une gestion collective n’a pas encore été complètement réalisé, la planification fait encore largement défaut. Il faudrait, pour finir, jouer sur la densification du bâti ou sur l’élaboration de normes de pollution (des entreprises, des voitures, des dala-dala).

63Des lueurs de changements apparaissent cependant. Malgré des politiques de mitigation mitigées, élus locaux, associations agissent ici et là ; les mentalités évoluent et les habitants réalisent que de petites actions au quotidien peuvent changer la donne.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

CALAS B. (Coor.), 2006 – De Dar es Salaam à Bongoland. Mutations urbaines en Tanzanie. ADES-DymSET-IFRA-Karthala : Paris, 387 p.

LEVY J., LUSSAULT M., 2003 – Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés. Belin : Paris, 1064 p.

Thèses

MESSER V., 2003 – La gestion de l’eau à Dar es Salaam. Défaillances institutionnelles et réponses citadines, Thèse de géographie, Université Louis Pasteur, Strasbourg, 411 p.

ROY C., 2006 – Une ville du Sud dans la mondialisation : Dar es Salaam et le système Monde. Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 : Pessac, 413 p.

Littérature grise

Strategic Urban Development Plan for the City of Dar es Salaam, Urban Renewal, vol. V. SUDP, DCC, 2002, 49 p.

Strategic Urban Development Plan for the City of Dar es Salaam, Environment Issues Strategies, vol. II. SUDP, DCC, 2002, 159 p.

Kariakoo Area Redevelopment Scheme, Dar es Salaam City. The Directorate of Human Settlements Development, Ministry of Lands, Dar es Salaam, in collaboration with the Dar es Salaam City Council, 2002, 49 p.

Dar es Salaam Central Area Redevelopment Plan. Directorate of Human Settlements Development, Ministry of Lands and Human Settlements, Dar es Salaam, Tanzania, 2002, 64 p.

Sites Internet

http://www.goldentuliptanzania.com

http://www.sei.se/rapidc/pdfs/tanzania.doc

http://www.nationmedia.com/eastafrican/18042005/Regional/Regional1804200536.html

http://www.eldis.org/static/DOC17090.htm

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Dar es Salaam, une ville jardin ? http://archive.idrc.ca/books/reports/f213/salaam.html
2 Weekly News Issues, 2003. http://ospiti.peacelink.it/anb-bia/week_2k3/031204d.htm
3 KRS, 2002.
4 JICA and JEC Consultants Report, 1995 et Ministry of Communication, 1999.
Haut de page

Table des illustrations

URL http://com.revues.org/docannexe/image/632/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Roy, « La prise en compte de l’environnement à Dar es Salaam, problèmes et perspectives », Les Cahiers d’Outre-Mer, 237 | 2007, 23-40.

Référence électronique

Cécile Roy, « La prise en compte de l’environnement à Dar es Salaam, problèmes et perspectives », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 237 | Janvier-Mars 2007, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://com.revues.org/632 ; DOI : 10.4000/com.632

Haut de page

Auteur

Cécile Roy

Docteur en Géographie, ADES, CNRS, roycecile(at)hotmail[point]com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org