Navigation – Plan du site

La gestion et l’exploitation des ressources naturelles au Gabon : vers une réorganisation spatiale des activités productives

Coudel-Koumba
p. 507-521

Résumés

La spatialisation des activités économiques est un outil d’analyse et de compréhension, d’une part, du processus industriel et, d’autre part, des faits socio-économiques qui en découlent. Ainsi, la mise en relation des pôles d’activités majeurs (Libreville, PortGentil/Gamba et Mounana), et des pôles secondaires essentiellement agricoles (Oyem et Bitam) ou forestiers (Mouila, Lambaréné et Lastoursville), présente un manque de diversification des secteurs productifs (industriels ou non). En d’autres termes, le Gabon n’a pas su anticiper la construction d’un tissu industriel performant, capable d’enclencher le développement du pays, mais également offrir des alternatives aux industries pétrolière et minière. C’est pourquoi la présente réflexion se propose de repenser la gestion spatiale des ressources naturelles afin de proposer un processus global d’industrialisation du Gabon.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Les choix politiques en matière d’industrialisation
Les localisation des ressources naturelles et diversification des activités économiques
Les activités économiques susceptibles d’être financées dans chaque province
L’établissement d’un chronogramme à court, moyen et long termes
Le rôle du secteur des transports dans le processus de diversification et de réorganisation des activités productrices
Propositions ou cadre structurel d’une réorganisation spatiale des activités productives

Aperçu du début du texte

La réflexion sur la distribution spatiale des activités économiques permet de cerner d’une manière globale la configuration du secteur industriel et les phénomènes sociaux (urbanisation, exurbanisation, chômage, exode rural, etc.) induits. Elle paraît, dans ce sens, un véritable outil d’analyse de la politique d’industrialisation du pays. Par exemple, la polarisation économique (Libreville, Port-Gentil/Gamba, Mounana) n’a pas permis de diversifier largement le secteur industriel gabonais. Cette situation a non seulement entraîné un déséquilibre socio-économique entre les neuf provinces, mais elle a aussi ralenti le processus de développement du pays (fig. 1). L’une des conséquences majeures est l’absence d’un tissu industriel performant à même de juguler les disparités spatiales justifiant la non-satisfaction des besoins nationaux.

Figure 1 – Synergie entre voies de communication et activités économiques au Gabon (extrait de : Atlas de l’Afrique. Gabon, p. 56-59)

Figure 1 – Synergie entre voies de communication et activités économiques au Gabon (extrait de : Atlas de l’Afrique. Gabon, p. 56-59)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Coudel-Koumba, « La gestion et l’exploitation des ressources naturelles au Gabon : vers une réorganisation spatiale des activités productives », Les Cahiers d’Outre-Mer, 256 | 2011, 507-521.

Référence électronique

Coudel-Koumba, « La gestion et l’exploitation des ressources naturelles au Gabon : vers une réorganisation spatiale des activités productives », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 256 | Octobre-Décembre 2011, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://com.revues.org/6399 ; DOI : 10.4000/com.6399

Haut de page

Auteur

Coudel-Koumba

Docteur en Géographie, Assistant au Département de Géographie, CERGEP, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université Omar Bongo, Libreville.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org