Navigation – Plan du site

L’évolution géo-environnementale de la Martinique entre les années 1956 et 2006

Corinne Plantin
p. 551-564

Résumés

Les villes tendent à « grignoter » les espaces ruraux et naturels. Force est de constater que cette révolution urbaine se remarque à différentes échelles, notamment à celle de la planète. L’île de la Martinique localisée dans les Petites Antilles, n’a pas été épargnée par une urbanisation massive et rapide qui remet régulièrement en question la perception et la gestion de cet espace insulaire. Il est possible d’analyser l’évolution du territoire martiniquais durant ces dernières décennies, à travers celle de trois types spatiaux ou géo-environnementaux : les espaces urbanisés, ruraux et naturels. En effet, grâce aux outils cartographiques, par le biais d’une analyse comparative et évolutive, nous sommes en mesure d’illustrer l’évolution géo-environnementale de l’île qui s’est effectuée à grande vitesse ces dernières décennies. À partir de cartes anciennes et récentes de l’Institut Géographique National (IGN), nous avons été en mesure de mettre en avant l’évolution spatio-temporelle des zones bâties et des espaces agricoles cultivés, qui reflète une anthropisation sans précédent. Par ailleurs, il a été intéressant de se pencher sur le sort des zones de mangrove et boisées de l’île qui demeurent réellement menacées.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Fort-de-France/Montagne Pelée: une zone marquée par l’étalement urbain
Trinité/François/Lamentin: une zone exposée à une urbanisation récente et rapide
Le sud de la Martinique: un espace caractérisé par un mitage conséquent

Aperçu du début du texte

En observant l’évolution géo-environnementale de la Martinique, on constate sur l’ensemble de l’île une nette expansion spatiale des ceintures construites. Les espaces bâtis sont souvent qualifiés d’ « espaces urbanisés ». Néanmoins, le bâti concerne également les espaces ruraux. Ainsi, pour cette étude dont l’intérêt est de souligner les conséquences spatiales d’une forte anthropisation en milieu insulaire, il est préférable d’utiliser le terme de zone bâtie plutôt que celui d’espace urbanisé. Les ceintures agricoles cultivées connaissent à certaines périodes une fragmentation, un morcellement, voire une déprise spatiale, qui reflètent parfaitement la transition entre une société martiniquaise rurale autrefois d’habitations, et une société contemporaine de consommation qui s’est fortement urbanisée. L’évolution de la toponymie entre 1956 et 2006, montre également cette tendance. En effet, sur les cartes IGN de 1956, il y avait de nombreux quartiers dont la toponymie contenait le mo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Plantin, « L’évolution géo-environnementale de la Martinique entre les années 1956 et 2006 », Les Cahiers d’Outre-Mer, 256 | 2011, 551-564.

Référence électronique

Corinne Plantin, « L’évolution géo-environnementale de la Martinique entre les années 1956 et 2006 », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 256 | Octobre-Décembre 2011, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://com.revues.org/6414 ; DOI : 10.4000/com.6414

Haut de page

Auteur

Corinne Plantin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org