Navigation – Plan du site

L’obsession d’habiter sa propre maison à Lomé : quel impact sur la dynamique spatiale ?

Assogba Guézéré
p. 565-590

Résumés

Le logement est un élément urbain essentiel qui permet de jauger les conditions de vie des populations et le niveau de développement des villes. Il peut être réalisé et possédé de différentes manières soit par des privés individuels soit par des promoteurs privés ou étatiques, soit par des autorités locales de manière formelle ou informelle. À Lomé, c’est plutôt le citadin qui produit son propre logement parce que les autorités n’ont pas pris de dispositions pour fournir des logements sociaux en qualité et en quantité suffisante. De plus, les promoteurs sont peu nombreux voire inexistants. C’est pourquoi pendant longtemps, la liberté a été donnée aux populations d’investir ellesmêmes dans le logement selon le principe de l’auto-construction, ce qui a instauré un grand désordre dans l’occupation de l’espace urbain. En raison du laisseraller et en l’absence d’une planification urbaine opérationnelle, il s’est développé, dans cette capitale, le phénomène généralisé de la course au « chez-soi » où tout Loméen est animé du désir ardent d’acquérir un terrain pour construire sa propre maison d’habitation. Avoir sa maison à Lomé est prestigieux d’autant plus que la capitale attire tout le monde et sert de lieu de refuge aux membres de famille et aux amis qui sont de passage. Comment devient-on propriétaire de maison à Lomé et quels sont les motifs qui poussent les citadins à avoir leur propre maison ? Les réponses à ces questions nous permettront de dégager les raisons de cet engouement de l’auto-production des logements et d’en tirer les conséquences sur les conditions de vie des Loméens et sur l’urbanisation anarchique non contrôlée par les pouvoirs publics.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Un contexte marqué par une forte croissance urbaine
La problématique du domicile individuel et ses fondements au Togo
Avoir son « chez-soi » : une fin en soi pour le Togolais
Un phénomène qui s’explique par plusieurs raisons
La libéralisation des pratiques foncières et l’absence totale de politique de logement
La disponibilité et l’accessibilité des terrains urbains à la périphérie
Des raisons psychologiques
Gestion foncière et conditions de construction des maisons
Une législation très permissive en matière d’urbanisme
Des maisons basées sur l’auto-construction
Les effets de la quête du « chez-soi » sur la dynamique spatiale
Un phénomène à l’origine de l’urbanisation anarchique
Une auto-construction qui rime avec l’inexistence des services urbains
Une urbanisation défavorable aux déplacements des citadins
Disparition des espaces agricoles

Aperçu du début du texte

Le sol urbain qui a, à la fois, des valeurs économique, juridique et sociale, est une matière première de base pour le développement urbain. Ainsi sa gestion et son administration déterminent le développement de la ville. Le système foncier, basé autrefois sur une relation sociale, se fonde aujourd’hui de plus en plus sur des relations économique et financière. De ce fait, la valeur financière du foncier s’accroît de jour en jour de sorte qu’une partie importante des citadins est incapable d’accéder à la propriété du sol urbain en ville. Dès lors, l’exclusion, l’occupation informelle et anarchique du sol ainsi que d’autres conséquences négatives deviennent aujourd’hui des phénomènes courants à l’instar de la situation que connaît Lomé.

En effet, installée dans un site favorable à l’urbanisation, Lomé, à l’origine, fut choisie par le pouvoir colonial allemand de l’époque en raison de sa position géographique propice. C’est une position de contact entre la terre et la mer qui a conféré...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Assogba Guézéré, « L’obsession d’habiter sa propre maison à Lomé : quel impact sur la dynamique spatiale ? », Les Cahiers d’Outre-Mer, 256 | 2011, 565-590.

Référence électronique

Assogba Guézéré, « L’obsession d’habiter sa propre maison à Lomé : quel impact sur la dynamique spatiale ? », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 256 | Octobre-Décembre 2011, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://com.revues.org/6443 ; DOI : 10.4000/com.6443

Haut de page

Auteur

Assogba Guézéré

Département de Géographie, Université de Kara.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org