Navigation – Plan du site

État des recherches sur l’attribution de la variabilité décennale récente en Afrique de l’Ouest

Serge Janicot
p. 463-477

Résumés

L’Afrique de l’Ouest connaît depuis la deuxième partie du xxe siècle une variabilité très importante de son climat qui se traduit principalement par une évolution des pluies à l’échelle décennale la plus forte enregistrée au monde. On observe aussi une augmentation de la température pour certains mois de l’année. Les facteurs potentiellement responsables de cette évolution du climat sont présentés, incluant la question du réchauffement global.

Haut de page

Texte intégral

1Ce travail s’inscrit dans le cadre du programme international « Analyses Multidisciplinaires de la Mousson Africaine (AMMA) » qui a trois objectifs : améliorer notre compréhension de la mousson africaine et ses influences sur les environnements régional et global ; produire les connaissances pour relier la variabilité du climat ouest-africain aux problèmes de ressources et de santé et définir les stratégies de prévision et de surveillance adaptées ; s’assurer que les résultats de ces recherches soient bien intégrées aux activités de prévision et de prises de décision. Après une première phase (2002-2009) qui a vu la mise en place de ce programme et un investissement très important dans des campagnes de terrain, la deuxième phase (2010-2020) vise à exploiter les données recueillies pour améliorer notre connaissance et à développer des applications directes en termes de prévision et de renforcement des systèmes d’alerte précoce.

2Le sujet présenté ici traite du volet « Climat » tel qu’il a pu être observé au cours du xxe siècle et plus particulièrement en Afrique, et plus spécifiquement encore en Afrique de l’Ouest depuis 1950. Comme cela est détaillé plus loin, l’Afrique de l’Ouest connaît depuis la deuxième partie du xxe siècle une variabilité très importante de son climat qui se traduit principalement par une évolution des pluies à l’échelle décennale la plus forte enregistrée au monde. On observe aussi une augmentation de la température pour certains mois de l’année. Les facteurs potentiellement responsables de cette évolution du climat sont présentés, incluant la question du réchauffement global.

Outils d’investigation et incertitudes

Les observations

3La compréhension des évolutions du climat nécessite tout d’abord de pouvoir observer le plus complètement possible les évolutions des variables caractéristiques à la fois en termes d’informations spatiales (couvrir l’ensemble du globe avec une bonne précision) et d’échantillonnage temporel (sur une durée longue et une fréquence d’observations détaillant les variations importantes). Les réseaux de mesures in situ de la température et des pluies ont démarré par quelques stations au milieu du xixe siècle et se sont progressivement renforcés au cours du temps. Ils sont concentrés sur les parties continentales mais des réseaux de mesures réalisées à bord de navires marchands et météorologiques ont aussi été mis en place. Cependant ces données n’ont pas la même concentration partout et certaines zones sont vides de données comme dans certaines parties de l’Afrique (fig. 1). D’autre part les variables température et pluie n’ont pas la même représentativité spatiale en particulier dans les régions intertropicales. Dans ces régions, si l’on peut considérer qu’une évolution des températures peut être représentative d’un espace assez étendu, les pluies sont, elles, très intermittentes et possèdent une très forte variabilité spatiale à l’échelle de l’événement pluvieux.

4Le développement de mesures par capteurs embarqués sur des satellites à partir du milieu des années 1970 permet de pallier en partie ces écueils. On dispose ainsi avec ces données d’un suivi temporel continu avec une couverture globale. Cependant les capteurs utilisés et les algorithmes développés pour traduire ces informations, en terme de précipitations par exemple, ne sont pas encore suffisamment adaptés et précis, ce qui entraîne suivant les régions de fortes incertitudes, et ce d’autant plus que l’échelle temporelle à laquelle on s’intéresse est courte.

Les modèles de climat

5Depuis le milieu des années 1970, des outils numériques de modélisation du comportement de l’atmosphère, puis du climat, sont développés et progressivement complexifiés. Ces « modèles de climat » ont pour objectifs de simuler le plus correctement possible le système climatique terrestre afin de pouvoir être utilisés, soit pour tester la sensibilité du climat à certains de ses facteurs, soit pour réaliser des prévisions depuis l’échelle mensuelle jusqu’à l’échelle centennale.

6Ces modèles ont servi d’appui aux différents rapports du Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC-IPCC) (1990, 1995, 2001, 2007, 2013) sur la détection et l’attribution du réchauffement climatique. À partir des équations de la dynamique des fluides et des équations de transformation et de bilan d’énergie, ils ont progressivement intégrés le rôle et les interactions liés aux nuages, à la surface continentale (humidité des sols, hydrologie continentale et fleuves, végétation), à la circulation océanique, aux aérosols et à l’activité volcanique, au cycle du carbone, aux espèces chimiques atmosphériques. En parallèle leur résolution spatiale a augmenté, leurs mailles passant de 500 à 100 km. Cependant si leur complexité a augmenté, de nombreuses incertitudes demeurent, en particulier dans les processus d’échelles inférieures à leur maille, qui sont paramétrés et non décrits explicitement. L’approche actuelle pour pallier ces déficiences est d’organiser des simulations coordonnées avec l’ensemble des laboratoires développant ce type de modèles (une vingtaine dans le monde) afin de fournir des scénarios de prévision « multi-modèles » permettant de déterminer la robustesse des résultats. Cette approche est largement utilisée dans les scénarios climatiques à l’horizon 2100.

Figure 1 – Distribution des mesures moyennes mensuelles de températures (haut : 3 467 stations) et précipitations (bas : 5 899 stations) sur les terres.

Figure 1 – Distribution des mesures moyennes mensuelles de températures (haut : 3 467 stations) et précipitations (bas : 5 899 stations) sur les terres.

Figures extraites de Eischeid et al., 1995

L’évolution décennale récente de la température en Afrique

Observations depuis 150 ans

7Les travaux réalisés sur la réalisation et l’acquisition des mesures instrumentales de la température sur le globe, puis sur leur analyse diagnostique, a conduit à la constitution de plusieurs jeux de données climatiques cohérents et conduisant à une conclusion similaire : une augmentation significative de la température moyenne globale. Elle a connu plusieurs phases : une sortie du petit âge glaciaire en phase avec le démarrage de l’ère industrielle, une phase de stabilisation entre 1940 et 1980, et une phase de reprise d’une croissance forte depuis lors. Cette évolution est visible à l’échelle de l’Afrique (fig. 2). Elle est aussi visible localement et peut être analysée plus précisément (fig. 3). Au Sahel on observe depuis le début des années 1950 une augmentation marquée en saison sèche, entre mars et mai, pratiquement linéaire, alors que, pendant la saison des pluies en été, cette croissance est plus dispersée vraisemblablement à cause de la variabilité du régime pluviométrique qui a un impact sur la température. On note d’ailleurs auprès des populations de cette région des témoignages d’occurrences de vagues de chaleur plus fréquentes et plus fortes dans la période récente.

Figure 2 – Anomalies de température de l’air moyennes en surface sur le continent africain sur la période 1901-1998 par rapport à la normale 1961-1990, sur l’année et pour chaque saison. Les courbes lissées correspondent à une moyenne mobile sur 10 ans.

Figure 2 – Anomalies de température de l’air moyennes en surface sur le continent africain sur la période 1901-1998 par rapport à la normale 1961-1990, sur l’année et pour chaque saison. Les courbes lissées correspondent à une moyenne mobile sur 10 ans.

Figure tirée de Hulme et al., 2001

Figure 3 – Cycle annuel des températures moyennes mensuelles mesurées sur une zone de 0,5° de côté centrée sur 1,25° W-15,25° N, extraites du fichier de données du Climate Research Unit de l’Université d’East Anglia. Pour chaque mois chaque point représente une année de 1952 à 2003. Les mois de janvier, avril et août, entourés, sont commentés dans le texte.

Figure 3 – Cycle annuel des températures moyennes mensuelles mesurées sur une zone de 0,5° de côté centrée sur 1,25° W-15,25° N, extraites du fichier de données du Climate Research Unit de l’Université d’East Anglia. Pour chaque mois chaque point représente une année de 1952 à 2003. Les mois de janvier, avril et août, entourés, sont commentés dans le texte.

Communication personnelle Françoise Guichard (CNRM, Toulouse)

Le rôle des gaz à effet de serre

8Si la Terre n’avait pas d’atmosphère, la température moyenne à la surface serait de -18 °C au lieu de +15 °C comme on le mesure actuellement. Cette différence provient de l’effet de serre produit par un certain nombre de gaz dont les molécules sont aptes à absorber et réémettre vers le bas une partie du rayonnement tellurique infrarouge. Environ la moitié de cette contribution à cet effet de serre naturel provient de la vapeur d’eau. Le gaz carbonique, le méthane, l’oxyde nitreux y jouent aussi un rôle important au second ordre. Or depuis le démarrage de l’ère industrielle on observe une augmentation relative très importante de ces gaz, en particulier à partir des années 1950. Logiquement l’augmentation de la concentration de ces gaz à effet de serre (effet de serre additionnel « anthropique ») doit conduire à une augmentation de la température moyenne du globe, la question étant de savoir de quel ordre de grandeur et dans quelle mesure ceci peut expliquer l’augmentation observée depuis le début de l’ère industrielle. La communauté scientifique a travaillé de concert au sein du GIEC pour répondre à cette question en utilisant tous les outils d’investigation à sa disposition (travaux théoriques, observations, modèles). Quatre rapports ont été publiés avec des conclusions qui se sont affinées au cours du temps : en 1990 le réchauffement observé pouvait faire partie de la variabilité naturelle du climat ; en 1995 une influence discernable des activités anthropiques était possible ; en 2001 elle était probable ; en 2007 elle était très probable.

9À l’aide des modèles de climat, des scénarios de l’évolution climatique à venir à l’horizon 2100 ont aussi été réalisés, s’appuyant sur différents canevas de développement économique. Ces canevas économiques sont classés en quatre familles (A1, A2, B1 et B2) qui étudient différentes voies de développement en fonction d’un large éventail de facteurs démographiques, économiques et technologiques, ainsi que des émissions de gaz à effet de serre qui en résultent. Le canevas A1 fait l’hypothèse d’un monde caractérisé par une croissance économique très rapide, un pic de population mondiale au milieu du siècle et l’adoption rapide de nouvelles technologies efficaces. Cette famille de scénarios se répartit en trois groupes qui correspondent à différentes orientations de l’évolution technologique du point de vue des sources d’énergie : à forte composante fossile (A1F1), non fossile (A1T) et équilibrant les sources (A1B). Le canevas B1 décrit un monde convergent présentant les mêmes caractéristiques démographiques que A1, mais avec une évolution plus rapide des structures économiques vers une économie de services et d’information. Le canevas B2 décrit un monde caractérisé par des niveaux intermédiaires de croissances démographique et économique privilégiant l’action locale pour assurer la durabilité économique, sociale et environnementale. Enfin le canevas A2 décrit un monde très hétérogène caractérisé par une forte croissance démographique, un faible développement économique et de lents progrès technologiques. Les scénarios climatiques sont robustes en termes d’évolution de la température, montrant tous une augmentation. La marge d’incertitude tient d’abord à l’incertitude liée aux scénarios économiques qui induisent une augmentation des émissions de gaz à effet de serre plus ou moins forte, puis aux dispersions de projection de l’ensemble des modèles de climat utilisés.

10En Afrique (fig. 4) l’augmentation de températures observée au cours du xxe siècle est reproduite par les modèles de climat et les projections à l’horizon 2100 confirment la poursuite de ce réchauffement, principalement sur les zones désertiques (fig. 5). Il est donc possible que le ressenti des populations locales vis-à-vis de l’augmentation des vagues de chaleur soit déjà un signe du changement climatique en cours.

Figure 4 – Anomalies de températures relativement à la période 1901-1950 pour 4 régions en Afrique, de 1906 à 2005 (ligne), et simulées par les modèles du GIEC utilisant les forçages connus (enveloppe) ; et projections sur 2001-2100 de ces modèles pour le scénario économique A1B (enveloppe). Les barres verticales à droite représentent la dispersion des projections pour 2091-2100 pour les scénarios B1, A1B et A2 (température moyenne croissante).

Figure 4 – Anomalies de températures relativement à la période 1901-1950 pour 4 régions en Afrique, de 1906 à 2005 (ligne), et simulées par les modèles du GIEC utilisant les forçages connus (enveloppe) ; et projections sur 2001-2100 de ces modèles pour le scénario économique A1B (enveloppe). Les barres verticales à droite représentent la dispersion des projections pour 2091-2100 pour les scénarios B1, A1B et A2 (température moyenne croissante).

Figure tirée de http://www.ipcc.ch/​publications_and_data/​ar4/​wg1/​en/​figure-11-1.html

Figure 5 – Changements de température et de précipitation en Afrique d’après les simulations du scénario A1B. Haut : changement de moyenne annuelle, d’hiver et d’été entre 1980-1999 et 2080-2099. Milieu : idem pour le changement en précipitation. Bas : nombre de modèles parmi les 21 utilisés qui montrent une augmentation en précipitation.

Figure 5 – Changements de température et de précipitation en Afrique d’après les simulations du scénario A1B. Haut : changement de moyenne annuelle, d’hiver et d’été entre 1980-1999 et 2080-2099. Milieu : idem pour le changement en précipitation. Bas : nombre de modèles parmi les 21 utilisés qui montrent une augmentation en précipitation.

Figure tirée de http://www.ipcc.ch/​publications_and_data/​ar4/​wg1/​en/​figure-11-2.html

L’évolution décennale récente des précipitations en Afrique de l’Ouest

Observations depuis 100 ans

11L’évolution des précipitations en Afrique de l’Ouest, et plus particulièrement au Sahel, a connu de très fortes variations depuis le début du xxe siècle, et en particulier depuis les années 1950 (fig. 6) qui ont représenté la plus forte variation observée sur le globe. Cette évolution est caractérisée par une persistance à l’échelle décennale, alternant des décennies 1950 et 1960 excédentaires en précipitations, suivies des décennies 1970 et 1980 déficitaires, puis le retour vers un état moyen dans les décennies 1990 et 2000 (fig. 6 et 7).

Figure 6 – Anomalies standardisées de précipitations d’été sur le Sahel sur la période 1900-1998, et évolution lissée décennale.

Figure 6 – Anomalies standardisées de précipitations d’été sur le Sahel sur la période 1900-1998, et évolution lissée décennale.

Figure tirée de Janicot et al., 2001

Figure 7 – Anomalies de précipitation sur les zones 15° W-10° W/11° N-16° N et 0°-5° E/11° N-16° N relativement à la période 1950-1989.

Figure 7 – Anomalies de précipitation sur les zones 15° W-10° W/11° N-16° N et 0°-5° E/11° N-16° N relativement à la période 1950-1989.

Figure tirée de Lebel et al., 2009

Le rôle des gaz à effet de serre

12Comme pour l’évolution de la température, la question du rôle potentiel de l’augmentation des gaz à effet de serre sur l’évolution des précipitations en Afrique de l’Ouest est posée. De ce point de vue, les modèles de climat divergent, tant pour la période historique que dans la projection à l’horizon 2100 (fig. 8 et 5). Ceci tient d’une part aux incertitudes sur la paramétrisation des processus « sous-maille » associés à la convection et aux précipitations dans les modèles. Mais ceci tient aussi au système de mousson africain qui est fortement dépendant des états de surface océaniques et continentaux qui peuvent avoir un effet opposé dans le contexte de l’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre : le réchauffement induit conduit, d’une part, sur le continent à renforcer la dépression thermique saharienne qui stimule le transport d’humidité de l’océan vers le continent et les précipitations au Sahel et, d’autre part, à réchauffer le bassin océanique du golfe de Guinée qui va alors fournir plus d’énergie pour la convection et les précipitations le long de la côte guinéenne et de fait diminuer les pluies au Sahel.

Figure 8 – Changements de précipitations en Afrique (Ouest, Est et Sud) de 1950 à 2100 d’après les simulations du scénario A1B. Chaque trajectoire représente un modèle et la trajectoire en gras représente la moyenne multi-modèles.

Figure 8 – Changements de précipitations en Afrique (Ouest, Est et Sud) de 1950 à 2100 d’après les simulations du scénario A1B. Chaque trajectoire représente un modèle et la trajectoire en gras représente la moyenne multi-modèles.

Figure tirée de http://ipcc.ch/​publications_and_data/​publications_and_data_figures_and_tables.shtml

13Bien que la réponse des modèles ne soit pas consensuelle, on peut noter sur la zone sahélienne une tendance à l’augmentation des précipitations à l’horizon 2100 sur la partie centrale et une diminution vers la partie ouest (fig. 5). Cette évolution relative contrastée est visible à partir des années 1990 (fig. 7). Interpréter cette évolution comme un signal du changement climatique est prématuré. Le prochain rapport du GIEC en 2013 confirmera peut-être, ou non, cette interprétation.

Le rôle des états de surface océaniques et continentaux

14De nombreux travaux basés sur des analyses diagnostiques et sur des exercices de modélisation ont montré que le système de mousson ouest-africain est très sensible aux états de surface océaniques et continentaux. Ceci est illustré ici par une de ces expériences (fig. 9). Le diagramme du haut montre la série temporelle d’un indice d’anomalies relatives des pluies annuelles au Sahel. Le second diagramme montre le même indice mais simulé par un modèle de climat dans lequel on prescrit l’évolution observée des températures de surface des océans. Le résultat montre une bonne reproduction des tendances décennales de l’évolution des précipitations sahéliennes. Des études plus détaillées ont montré que ce « forçage » océanique provient en grande partie des oscillations décennales de l’Atlantique et du Pacifique.

Figure 9 – Anomalies de précipitations annuelles (barres verticales) sur le Sahel (13° N-20° N, 15° W-20° E) de 1950 à 1998. A : observations d’après Hulme ; B : modélisation avec forçage océanique ; lissage avec une moyenne mobile de 9 ans ; C : modélisation incluant aussi les interactions avec le contenu en eau des sols ; D : modélisation incluant aussi les interactions avec la végétation. Sont aussi tracés par les cercles et leur échelle sur l’axe vertical de droite ; A : les différences normalisées de l’indice de végétation NDVI (Normalized Difference Vegetation Index) ; C : les anomalies simulées de l’humidité des sols. D : les anomalies simulées de LAI (Leaf Area Index). L’indice normalisé NDVI permet de générer une image affichant la couverture végétale. Cet indice repose sur le contraste des caractéristiques de deux canaux spectraux : l’absorption du pigment chlorophyllien dans le canal rouge et la haute réflectivité des matières végétales dans le canal proche infrarouge. L’indice de surface foliaire LAI est défini comme la moitié de la surface foliaire totale par unité de surface au sol.

Figure 9 – Anomalies de précipitations annuelles (barres verticales) sur le Sahel (13° N-20° N, 15° W-20° E) de 1950 à 1998. A : observations d’après Hulme ; B : modélisation avec forçage océanique ; lissage avec une moyenne mobile de 9 ans ; C : modélisation incluant aussi les interactions avec le contenu en eau des sols ; D : modélisation incluant aussi les interactions avec la végétation. Sont aussi tracés par les cercles et leur échelle sur l’axe vertical de droite ; A : les différences normalisées de l’indice de végétation NDVI (Normalized Difference Vegetation Index) ; C : les anomalies simulées de l’humidité des sols. D : les anomalies simulées de LAI (Leaf Area Index). L’indice normalisé NDVI permet de générer une image affichant la couverture végétale. Cet indice repose sur le contraste des caractéristiques de deux canaux spectraux : l’absorption du pigment chlorophyllien dans le canal rouge et la haute réflectivité des matières végétales dans le canal proche infrarouge. L’indice de surface foliaire LAI est défini comme la moitié de la surface foliaire totale par unité de surface au sol.

Figure tirée de Zeng et al., 1999

15Quand on introduit successivement dans cette expérience de modélisation les interactions avec le contenu en eau des sols puis les interactions avec la dynamique de la végétation (les deux diagrammes C et D), les anomalies pluviométriques se renforcent, ainsi que leur persistance à l’échelle décennale pour produire une série temporelle assez proche des observations.

Figure 10 – Tendance (%) de la densité de végétation entre 1982 et 2003 basée sur les données mensuelles NDVI par mesures radiométriques AVHRR (Advanced Very High Resolution Radiometer).

Figure 10 – Tendance (%) de la densité de végétation entre 1982 et 2003 basée sur les données mensuelles NDVI par mesures radiométriques AVHRR (Advanced Very High Resolution Radiometer).

Figure tirée de Hermann et al., 2005

16Ainsi, et bien que la représentation de ces processus de surface et en particulier de la dynamique de la végétation nécessite des améliorations, le consensus actuel pour expliquer l’évolution décennale des pluies en Afrique de l’Ouest est de désigner l’évolution des bassins océaniques comme premier facteur de forçage et les interactions avec les états de surface continentaux comme facteurs d’amplification des anomalies créées par le forçage océanique par des rétroactions positives. L’évolution récente de la densité de végétation via l’indice NDVI montrant une augmentation sur la bande sahélienne entre 1982 et 2003 (fig. 10) cohérente avec le retour vers la normale des pluies illustre ces interactions positives.

*

17En terme de températures, l’évolution décennale récente au Sahel semble avoir un lien avec le réchauffement global d’origine anthropique lié à l’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre, en particulier durant la saison sèche. Par contre en terme de précipitations, aucun indice ne permet actuellement d’attribuer à ce forçage anthropique l’évolution décennale récente des pluies sur cette zone. L’évolution des états océaniques de surface apparaît comme le principal facteur de forçage. Les processus d’interactions avec les états de surface continentale contribuent par des rétroactions positives à l’amplification de ce forçage océanique. Cependant des incertitudes demeurent, liées à une couverture partielle en données in situ, à des produits issus d’algorithmes sur les capteurs satellitaires imprécis, et à des modèles de climat encore imprécis sur la représentation des processus « sous-maille ». Ceci nécessite donc une poursuite des efforts de recherche et de maintien de réseaux d’observations de long terme qui doivent être soutenus de manière pérenne.

Haut de page

Bibliographie

AMMA-International, Toulouse, section I.01, 2010 - AMMA-International Phase 2 : Plan scientifique international. Analyses Multidisciplinaires de la Mousson Africaine. Toulouse : METEO-FRANCE - CNRM/GMME/MOANA, 136 p. Disponible à http://www.amma-international.org/IMG/pdf/ISP2_v2.pdf

Eischeid J.K., Baker C.B., Karl T.R. et Diaz H.F. ; AMMA-International, Toulouse, Section 1.02, 1995 - The quality control of long-term climatological data using objective data analysis. Journal of Applied Meteorology, vol. 34, p. 2787-2795.

Hermann S.M., Anyamba A. et Tucker C.J., 2005 - Recent trends in vegetation dynamics in the African Sahel and their relationship to climate. Global Environmental Change, vol. 15, p. 394-404.

Hulme M., Doherty R., Ngara T., New M. et Lister D., 2001 - African climate change : 1900-2100. Climate Research, vol. 17, p. 145-168.

Janicot S., Trzaska S. et Poccard I., 2001 - Summer Sahel-ENSO teleconnection and decadal time scale SST variations. Climate Dynamics, vol. 18, p. 303-320.

Janicot S., Lafore J.P. et Thorncroft C.D., 2011 - The West African monsoon. In : The Global Monsoon System : Research and Forecast. 2nd edition. London : World Scientific Series on Asia-Pacific Weather and Climate, vol. 5, World Scientific Publication Company, p. 111-136.

Lebel T. et Ali A., 2009 - Recent trends in the central and western Sahel rainfall regime (1990-2007). Journal of Hydrology, n° 375, p. 52-64.

Mohino E., Janicot S. et Bader J., 2011 - Sahel rainfall and decadal to multi-decadal sea surface temperature variability. Climate Dynamics. doi :10.1007/s00382-010-0867-2.

Pachauri R.K. et Reisinger A., eds ; AMMA-International, Toulouse, Section 1.03 ; GIEC - IPCC, Genève, 2007 - Changements climatiques 2007 : rapport de synthèse. In : Contribution of Working Groups I, II and III to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change Core Writing Team. Geneva : GIEC - IPCC, 104 p. http://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar4/syr/ar4_syr_fr.pdf

Roca R., Chambon P., Jobard I., Kirstetter P.E., Gosset M. et Bergès J.C., 2010 - Comparing satellite and surface rainfall products over West Africa at meteorologically relevant scales during the AMMA campaign using error estimates. Journal of Applied Meteorology and Climatology, n° 49, p. 715–731. doi : 10.1175/2009JAMC2318.1

Zeng N., Neelin J.D., Lau K.M. et Tucker C.J., 1999 - Enhancement of interdecadal climate variability in the Sahel by vegetation interaction. Science, vol. 286, p. 1537-1540.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Distribution des mesures moyennes mensuelles de températures (haut : 3 467 stations) et précipitations (bas : 5 899 stations) sur les terres.
Crédits Figures extraites de Eischeid et al., 1995
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 2 – Anomalies de température de l’air moyennes en surface sur le continent africain sur la période 1901-1998 par rapport à la normale 1961-1990, sur l’année et pour chaque saison. Les courbes lissées correspondent à une moyenne mobile sur 10 ans.
Crédits Figure tirée de Hulme et al., 2001
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6694/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 3 – Cycle annuel des températures moyennes mensuelles mesurées sur une zone de 0,5° de côté centrée sur 1,25° W-15,25° N, extraites du fichier de données du Climate Research Unit de l’Université d’East Anglia. Pour chaque mois chaque point représente une année de 1952 à 2003. Les mois de janvier, avril et août, entourés, sont commentés dans le texte.
Crédits Communication personnelle Françoise Guichard (CNRM, Toulouse)
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6694/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 4 – Anomalies de températures relativement à la période 1901-1950 pour 4 régions en Afrique, de 1906 à 2005 (ligne), et simulées par les modèles du GIEC utilisant les forçages connus (enveloppe) ; et projections sur 2001-2100 de ces modèles pour le scénario économique A1B (enveloppe). Les barres verticales à droite représentent la dispersion des projections pour 2091-2100 pour les scénarios B1, A1B et A2 (température moyenne croissante).
Crédits Figure tirée de http://www.ipcc.ch/​publications_and_data/​ar4/​wg1/​en/​figure-11-1.html
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6694/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 5 – Changements de température et de précipitation en Afrique d’après les simulations du scénario A1B. Haut : changement de moyenne annuelle, d’hiver et d’été entre 1980-1999 et 2080-2099. Milieu : idem pour le changement en précipitation. Bas : nombre de modèles parmi les 21 utilisés qui montrent une augmentation en précipitation.
Crédits Figure tirée de http://www.ipcc.ch/​publications_and_data/​ar4/​wg1/​en/​figure-11-2.html
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6694/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 6 – Anomalies standardisées de précipitations d’été sur le Sahel sur la période 1900-1998, et évolution lissée décennale.
Crédits Figure tirée de Janicot et al., 2001
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6694/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 7 – Anomalies de précipitation sur les zones 15° W-10° W/11° N-16° N et 0°-5° E/11° N-16° N relativement à la période 1950-1989.
Crédits Figure tirée de Lebel et al., 2009
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6694/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 8 – Changements de précipitations en Afrique (Ouest, Est et Sud) de 1950 à 2100 d’après les simulations du scénario A1B. Chaque trajectoire représente un modèle et la trajectoire en gras représente la moyenne multi-modèles.
Crédits Figure tirée de http://ipcc.ch/​publications_and_data/​publications_and_data_figures_and_tables.shtml
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6694/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 9 – Anomalies de précipitations annuelles (barres verticales) sur le Sahel (13° N-20° N, 15° W-20° E) de 1950 à 1998. A : observations d’après Hulme ; B : modélisation avec forçage océanique ; lissage avec une moyenne mobile de 9 ans ; C : modélisation incluant aussi les interactions avec le contenu en eau des sols ; D : modélisation incluant aussi les interactions avec la végétation. Sont aussi tracés par les cercles et leur échelle sur l’axe vertical de droite ; A : les différences normalisées de l’indice de végétation NDVI (Normalized Difference Vegetation Index) ; C : les anomalies simulées de l’humidité des sols. D : les anomalies simulées de LAI (Leaf Area Index). L’indice normalisé NDVI permet de générer une image affichant la couverture végétale. Cet indice repose sur le contraste des caractéristiques de deux canaux spectraux : l’absorption du pigment chlorophyllien dans le canal rouge et la haute réflectivité des matières végétales dans le canal proche infrarouge. L’indice de surface foliaire LAI est défini comme la moitié de la surface foliaire totale par unité de surface au sol.
Crédits Figure tirée de Zeng et al., 1999
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6694/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 10 – Tendance (%) de la densité de végétation entre 1982 et 2003 basée sur les données mensuelles NDVI par mesures radiométriques AVHRR (Advanced Very High Resolution Radiometer).
Crédits Figure tirée de Hermann et al., 2005
URL http://com.revues.org/docannexe/image/6694/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Janicot, « État des recherches sur l’attribution de la variabilité décennale récente en Afrique de l’Ouest », Les Cahiers d’Outre-Mer, 260 | 2012, 463-477.

Référence électronique

Serge Janicot, « État des recherches sur l’attribution de la variabilité décennale récente en Afrique de l’Ouest », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 260 | Octobre-Décembre 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://com.revues.org/6694 ; DOI : 10.4000/com.6694

Haut de page

Auteur

Serge Janicot

Institut pour la Recherche et le Développement (IRD), LOCEAN/IPSL, UPMC, Paris ; mél : Serge.Janicot@locean-ipsl.upmc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org