Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Leclerc Christian, 2012 - L’adoption de l’agriculture chez les Pygmées baka du Cameroun, Dynamique sociale et continuité structurale

Paris/Versailles : MSH/Quæ, 244 p.
François Bart
p. 279-280
Référence(s) :

Leclerc Christian, 2012 - L’adoption de l’agriculture chez les Pygmées baka du Cameroun, Dynamique sociale et continuité structurale. Paris/Versailles : MSH/Quæ, 244 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage a été rédigé par un chercheur, docteur en ethnologie et sociologie comparative, qui poursuit des recherches au CIRAD. Il est préfacé par Serge Bahuchet, éminent spécialiste des populations pygmées, qui, dans sa préface, écrit : « l’étude de Christian Leclerc reste unique parce qu’elle affronte dans toute sa complexité sociale et historique l’analyse d’un double changement : l’installation dans un habitat permanent et l’adoption d’une nouvelle technique de production, l’agriculture » (p. 6). On voit d’emblée combien, autour de cette thématique en particulier, cet ouvrage s’avère d’un intérêt géographique certain.

2Ce volume, 244 pages, petit format, comprend une introduction d’une vingtaine de pages, puis huit chapitres. Il est complété par une bibliographie très fournie (plus de 250 références) qui, à elle seule, constitue un outil de travail précieux pour tous ceux qui s’intéressent aux populations forestières d’Afrique centrale, du Cameroun en particulier : tous les grands noms, tous les travaux de référence, dans un spectre de disciplines bien au-delà de l’anthropologie et de la sociologie, comprenant la géographie, y figurent. C’est d’ailleurs là une caractéristique globale du livre : il est à la fois très pointu dans son domaine et sur son terrain, et en même temps susceptible de toucher tous ceux qui souhaitent réfléchir à la dialectique mobilités/sédentarisation, qui concerne, sous des formes variées, beaucoup de populations de l’Afrique tropicale forestière.

3L’ouvrage est dense, riche de données de terrain très précises, glanées sur place depuis 1994, en particulier lors d’un séjour de deux ans chez les Baka ; il est néanmoins relativement facile à lire, car il est éclairé de nombreuses figures (mais sans qu’elles soient répertoriées dans une table) : quelques cartes, beaucoup de schémas et de graphiques, bâtis à partir des résultats d’enquêtes et d’observations de l’auteur. L’un de ses grands intérêts est qu’il a comme objectif, très clairement affiché dès les premières pages, de battre en brèche les nombreuses idées reçues concernant les Pygmées. Il montre ainsi une société baka en changement, en transition, s’applique à déconstruire l’équation agriculture = sédentarité, en montrant, avec des arguments précis et convaincants, que le développement de l’agriculture, loin de diminuer les mobilités, les modifie et en crée même de nouvelles : « la mobilité n’interdit pas l’agriculture » (p. 29). Il met ainsi régulièrement en garde contre l’interprétation hâtive qui consiste à déduire le passage à un mode de vie sédentaire d’une simple observation des « villages » développés au cours des dernières décennies le long des routes, villages à propos desquels il démontre que les Baka n’y habitent que très épisodiquement, beaucoup moins longtemps que dans les campements en forêt. Tout cela est riche de réflexions et d’informations essentielles pour la géographie des régions forestières d’Afrique centrale.

4L’analyse menée est d’une grande minutie, nourrie d’une grande connaissance du terrain, d’un sens aigu de l’observation, et des innombrables questions, parfois qualifiées d’énigmatiques (p. 90), que posent certains phénomènes. Parmi les nombreuses pages particulièrement stimulantes, on peut noter celles qui traitent des mobilités, de la dispersion, de la méfiance et de la jalousie (« La jalousie et l’aménagement de l’espace », p. 168). Signalons aussi le rôle essentiel des cérémonies de partage de viande et l’impact de la difficulté croissante de la chasse à l’éléphant ; on retient également « la correspondance entre la cosmologie chrétienne et baka comme cause du regroupement », qui fait que « l’appel des missionnaires aurait retenti comme dans les temps mythiques » (p. 222), l’évocation de la relation à l’environnement qui est en même temps une relation aux esprits, etc.

5Il est impossible d’évoquer toute la richesse de ce livre, qui réfléchit finalement à la place actuelle et future de la société baka dans un monde contemporain où l’environnement subit de profonds bouleversements. Il met en garde contre les politiques de développement reposant sur une méconnaissance ou une non prise en compte des dynamiques sociales. L’auteur fournit une série de cartes originales, qui auraient gagné à être plus lisibles et à être recensées dans une table. Elles portent, par exemple, sur la dispersion des Baka en forêt, sur les superficies qu’ils cultivent près de la route ou sur la structure des villages. Des données précises sur les liens entre Baka et Nzimo, relatifs en particulier au système de production agricole, aux flux et aux mobilités, esquissent, d’une façon très fine une passionnante géographie de cette région périphérique du Cameroun méridional. Bref il s’agit bien, dans un format très maniable, et dans un langage accessible, d’un ouvrage de « référence non seulement pour les milieux académiques mais aussi pour les non-spécialistes, gestionnaires ou décideurs » (quatrième de couverture).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bart, « Leclerc Christian, 2012 - L’adoption de l’agriculture chez les Pygmées baka du Cameroun, Dynamique sociale et continuité structurale », Les Cahiers d’Outre-Mer, 262 | 2013, 279-280.

Référence électronique

François Bart, « Leclerc Christian, 2012 - L’adoption de l’agriculture chez les Pygmées baka du Cameroun, Dynamique sociale et continuité structurale », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 262 | Avril-Juin 2013, mis en ligne le 14 février 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://com.revues.org/6884

Haut de page

Auteur

François Bart

Professeur émérite, Laboratoire « Les Afriques dans le Monde (LAM) »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org