Navigation – Plan du site
Comptes rendus d’ouvrages

Barbe Dominique, Meltz Renaud et Dayez-Burgeon Pascal, (dir.), Tellier Domitille, collab., 2013 - Le monde Pacifique dans la mondialisation

HERMES, la revue, Paris, n° 65, 264 p.
J.-P. Doumenge
p. 374-376
Référence(s) :

Barbe Dominique, Meltz Renaud et Dayez-Burgeon Pascal, (dir.), Tellier Domitille, collab., 2013 - Le monde Pacifique dans la mondialisation. HERMES, la revue, Paris, n° 65, 264 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est centré sur le devenir des sociétés insulaires, leurs systèmes de communication et leurs productions culturelles. Il se présente sous la forme d’un volume fort de 264 pages s’articulant en trois grandes parties : la première est un rappel des conditions d’intégration du Pacifique insulaire dans le processus contemporain d’échanges mondialisés d’hommes, de biens, de capitaux et d’idées, nommée communément mondialisation ; la deuxième partie fait référence aux systèmes de communication entre individus et groupes, donc aux jeux complexes mettant aux prises une multitude de langues vernaculaires identitaires et quelques langues véhiculaires (principalement l’anglais, accessoirement le français, enfin divers pidjins) ; enfin, la troisième partie débat de l’évolution des patrimoines culturels (matériels et immatériels) des Océaniens au contact des gens du « monde extérieur » implantés, parfois depuis plus d’un siècle, dans les archipels du Pacifique.

2L’irruption des insulaires du Pacifique dans la mondialisation s’est réalisée à travers une entreprise de colonisation de grande ampleur déterminée par plusieurs puissances européennes, les États-Unis d’Amérique et le Japon. C’est un phénomène qui a duré un siècle et demi environ. Le prosélytisme religieux, le capitalisme marchand et le nomenclaturisme administratif induits par les entreprises coloniales ont eu des effets corrosifs sur les sociétés océaniennes, comme ailleurs dans le monde, mais la force de résistance de ces sociétés a permis pour l’essentiel le maintien, dans la longue durée, de leurs productions culturelles.

3De par l’importance de l’affrontement des combats ayant mis aux prises les troupes alliées et l’armée japonaise au cours de la Seconde Guerre mondiale, le monde insulaire océanien s’est trouvé profondément bouleversé, entraînant une complète remise en cause de la donne coloniale entre 1960 et 1990 : l’avènement à la souveraineté internationale des territoires anglophones et la promotion de gouvernements autonomes dans les territoires francophones ont permis aux cultures multiséculaires océaniennes de bénéficier d’une reconnaissance internationale. Leur inscription au « patrimoine mondial » (sous l’égide de l’UNESCO) facilite grandement la protection et la valorisation de multiples lieux aménagés par des groupes insulaires de vieil enracinement.

4De par la grande diversité de ses expressions culturelles à portée civilisationnelle (formes d’organisation sociétale, productions linguistiques et artistiques, technologies agraires ou maritimes), le Pacifique insulaire apparaît à présent comme une aire d’une très grande richesse, même si leurs ressortissants intègrent à présent dans leur projet de vie la possibilité d’une expatriation de longue durée vers les agglomérations anglophones, millionnaires ou pluri-millionnaires, situées en bordure du « Grand Océan » et l’acceptation de formes allochtones d’organisation de leurs activités, de leurs rapports sociaux et de leur cadre de vie au détriment des canons coutumiers de la tradition multiséculaire. Au total, les diverses contributions de cet ouvrage mettent en évidence tout à la fois la force des cultures océaniennes et le pouvoir d’adaptation et de renouvellement de leurs mandataires contemporains.

5À la lecture de cet ouvrage, on se rend compte des différentes réponses données par les pouvoirs publics à l’usage des langues identitaires et véhiculaires dans les cursus éducatifs. Au Vanuatu, anglais et français sont langues d’éducation alors que, hors des écoles, c’est le bislama qui prime. En Nouvelle-Calédonie, la revendication kanak des années 1980 a abouti à l’insertion des langues austronésiennes dans le système éducatif mais seulement comme langues de culture, pas de communication. À Tahiti, le maohi étant plus utilisé dans la vie courante que le français, certains de ses adeptes voudraient en faire une langue officielle dans les débats publics et l’écriture des Lois de pays.

6Au total, la promotion d’identités nationales à l’échelle des archipels du Pacifique et la résistance des populations locales à la mondialisation favorisent l’émergence de solidarités politiques entre Océaniens, voire celle d’une « conscience régionale ». Toujours est-il que le Pacifique insulaire tire sa personnalité du regard des Occidentaux. Jugés « au bout du monde » durant la période coloniale, les archipels du Pacifique se retrouvent maintenant partie prenante dans les échanges mondialisés grâce à l’accélération des moyens de transport et de communication et à la valorisation touristique de certains de ses paysages emblématiques et de ses cultures immémoriales. La montée en puissance des pays australasiens (Australie et Nouvelle-Zélande) et des « Dragons » asiatiques, la respectabilité croissante du Japon et de la Chine, expliquent aussi le regain d’intérêt pour les archipels océaniens. Les jeux d’influence des Asiatiques contrebalancent de plus en plus ceux des Anglo-saxons du pourtour du Pacifique ou ceux de la lointaine Union européenne ; certains insulaires du Pacifique savent tirer parti de cette rivalité croissante.

7Quand bien même les insulaires océaniens mettent toujours en avant leurs « spécificités coutumières » pour être pris en considération de manière respectable au plan international, divers auteurs montrent aussi qu’ils participent activement aux débats du monde contemporain. De par l’importance de leurs diasporas, ils sont toujours au fait des évolutions comportementales affectant les populations inscrites dans la mondialisation, aux premiers rangs desquels se trouvent les ressortissants des grandes aires métropolitaines. Mais, du fait de leur faible taille démographique, ces pays insulaires océaniens ont du mal à s’imposer sur la scène internationale, d’où la tendance au repliement des milieux autochtonistes émanant des peuples premiers.

8Puisque la gestion de la diversité culturelle, aux échelles nationale et internationale, est devenue essentielle au bon équilibre des sociétés contemporaines, les expériences tirées des pays insulaires du Pacifique (retracées dans cet ouvrage) s’avèrent être d’un grand intérêt méthodologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J.-P. Doumenge, « Barbe Dominique, Meltz Renaud et Dayez-Burgeon Pascal, (dir.), Tellier Domitille, collab., 2013 - Le monde Pacifique dans la mondialisation », Les Cahiers d’Outre-Mer, 263 | 2013, 374-376.

Référence électronique

J.-P. Doumenge, « Barbe Dominique, Meltz Renaud et Dayez-Burgeon Pascal, (dir.), Tellier Domitille, collab., 2013 - Le monde Pacifique dans la mondialisation », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 263 | Juillet-Septembre 2013, mis en ligne le 20 mai 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://com.revues.org/6940

Haut de page

Auteur

J.-P. Doumenge

Professeur, Université Paul Valéry, Montpellier ; mél : doumenge.jp@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org