Navigation – Plan du site

Frontières des hommes, frontières des plantes cultivées : introduction générale

Main introduction: Human frontiers, domesticated species frontiers in Lake Tchad Basin
Christine Raimond, Thierry Robert et Éric Garine
p. 3-12

Résumés

La répartition spatiale des plantes cultivées répond à des facteurs multiples qui différent selon qu’on considère les niveaux de la combinaison des espèces, du cortège variétal ou de la structuration génétique. Les espèces domestiquées sont tout à la fois des objets biologiques façonnés par les contraintes de l’environnement ; elles sont aussi l’objet de nombreuses manipulations humaines qui influencent leur évolution. Les semences peuvent être sélectionnées au champ ou dans les greniers par les paysans qui les cultivent, échangées dans le cadre de réseaux non monétaires et chargées de valeur culturelle, mais elles sont aussi, et depuis longtemps sans doute, transférées de manière marchande dans le cadre de systèmes commerciaux à longue distance. Elles sont enfin transformées et transférées dans le cadre de programmes internationaux d’amélioration et de développement ou de programmes de diffusion mis en place par des compagnies multinationales. Tous ces phénomènes ont, à des degrés divers, une influence sur la biologie autant que sur les dynamiques sociales et spatiales qui affectent la répartition des plantes cultivées et des ressources génétiques. L’étude de cette dynamique doit à l’évidence être conduite de façon multi-scalaire et en croisant les approches de différentes disciplines de l’ethnologie, de la génétique… et de la géographie.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Une présentation classique de la répartition des plantes cultivées à l’échelle mondiale est souvent proposée à partir de l’identification de la culture dominante des grandes civilisations agraires. Pour la période allant de l’Antiquité jusqu’au XVIIIe siècle, les « civilisations du riz » en Asie ont été définies en opposition aux « civilisations du blé » en Europe et au Moyen-Orient ou aux « civilisations du maïs » en Amérique (Braudel, 1979). Cette classification des sociétés agraires porte sur les plantes phares et se base sur une analyse des modes de production d’inspiration marxiste qui induit parfois une vision « adaptationniste ». Toutefois,

les grandes civilisations asiatiques ne sont pas nées par le riz (Gourou, 1984)

et bien d’autres peuples cultivent des rizières dans des contextes climatiques et culturels très différents. Une lecture de la diversité cultivée au travers de l’identification des grandes civilisations agraires se révèle encore efficace pour identifier les large...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Raimond, Thierry Robert et Éric Garine, « Frontières des hommes, frontières des plantes cultivées : introduction générale », Les Cahiers d’Outre-Mer, 265 | 2014, 3-12.

Référence électronique

Christine Raimond, Thierry Robert et Éric Garine, « Frontières des hommes, frontières des plantes cultivées : introduction générale », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 265 | Janvier-Mars 2014, mis en ligne le 29 novembre 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://com.revues.org/7031

Haut de page

Auteurs

Christine Raimond

Chargée de recherche CNRS, UMR 8586 Prodig, 2 rue Valette, 75005 Paris ; mél : christine.raimond@cnrs.fr

Articles du même auteur

Thierry Robert

Université Pierre et Marie Curie et Université Paris-sud, UMR 8079 ; mél : thierry.robert@u-psud.fr

Articles du même auteur

Éric Garine

Maître de Conférences, Département d’Anthropologie, Université de Paris Ouest, 200, av de la République, 92000, Nanterre ; mél : eric.garine@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org