Navigation – Plan du site

En attendant la Révolution Verte : Science de l’État et dépossession au Vidarbha (II)

Until the Green Revolution: State science and dispossession in Vidarbha (I)
Joël Cabalion
p. 349-372

Résumés

Depuis l’Indépendance en 1947, 20 millions d’hectares de terres agricoles ont été transférés à des projets industriels, gagnés par l’expansion urbaine ou ennoyés sous les eaux de milliers de grands barrages, conduisant au déplacement forcé de plus de 60 millions de personnes. Or le « développement par la dépossession » continue d’être privilégié par l’État indien, lors même que ses coûts sociaux génèrent un embarras de plus en plus manifeste et une résistance accrue à travers le pays. Ces « projets de développement » se caractérisent par trois phases encadrées successivement par des politiques publiques sur la dépossession, l’indemnisation et la réinstallation. À la lumière du cas d’un grand barrage au Vidarbha, région de l’Inde centrale promise à une Révolution verte depuis plus de trois décennies, cet article revient sur les logiques et les savoirs qui président à l’action publique du déplacement.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La dépossession dans tous ses états
Déplacement, réinstallation, réhabilitation. Les effets politiques d’une confusion sémantique
Théorie et écueils du principe de compensation
Les méthodologies de la dépossession

Aperçu du début du texte

« एक ना धड, भाराभार चिंध्या »
Touche à tout, bon à rien

D’après Sudipta Kaviraj, les difficultés auxquelles l’Inde fait face aujourd’hui, de manière comparable à de nombreux autres pays dits émergents, sont liées au fait qu’elle opère sa grande transformation capitaliste en même temps qu’elle tente de répondre aux pressions démocratiques d’une société politique très avancée (Kaviraj dans Frankel et al., 2000, p. 89-119). Alors qu’en Europe occidentale les processus d’expansion industrielle s’étaient pour ainsi dire stabilisés avant de connaître la pression des luttes démocratiques, l’Inde se situe dans une structure de compromis contradictoire : le « développement par la dépossession » y est perçu comme nécessaire mais génère désormais un profond embarras et se voit opposé de manière grandissante à travers le pays. L’Inde connaît un ensemble de lieux qui sonnent comme autant de graves entorses à son esprit démocratique et libéral. Singur, Nandigram, Kalinga Nagar, Kashipur, Jagatsingh...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joël Cabalion, « En attendant la Révolution Verte : Science de l’État et dépossession au Vidarbha (II) », Les Cahiers d’Outre-Mer, 268 | 2014, 349-372.

Référence électronique

Joël Cabalion, « En attendant la Révolution Verte : Science de l’État et dépossession au Vidarbha (II) », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 268 | Octobre-Décembre, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://com.revues.org/7265 ; DOI : 10.4000/com.7265

Haut de page

Auteur

Joël Cabalion

Docteur en sociologie, CEIAS, A53, 18 quai Jean-Baptiste Clément, 94140 Alfortville ; mél : joel.cabalion@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org