Navigation – Plan du site

Agadez, un nœud de la migration internationale au Niger

Agadez, a hub for international migration in Niger
Abdoussalami Hamani et Abdou Bontianti
p. 189-206

Résumés

La ville d’Agadez est devenue depuis les années 1990 un carrefour migratoire pour les Subsahariens en partance vers le Maghreb et/ou l’Europe. Située dans le septentrion nigérien, Agadez est une zone de contact entre le Niger et l’Algérie d’une part et entre le Niger et la Libye d’autre part. Cette position géographique favorise le passage de milliers de candidats à la migration. Ce passage a eu pour conséquences, outre la création et la consolidation de réseaux et filières migratoires, une contribution à la croissance démographique et économique de la ville d’Agadez au cours des années 1990 et 2000. Le séjour, le contrôle et l’exploitation des migrants entraînent l’implantation de nombreuses activités. Elles procurent des revenus substantiels aux acteurs qui logent les migrants et s’occupent de l’organisation de leur départ et de leur transport.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Agadez : un carrefour migratoire revivifié
Des lignes officielles de transport à destination du Maghreb
Les voies migratoires à partir d’Agadez
Agadez au cœur du jeu des acteurs de la migration internationale
Les acteurs du système migratoire territorialisé
Fonctionnement et dynamique des réseaux
L’accueil et l’hébergement des migrants à Agadez
De la solidarité à la stratégie des acteurs : entre convergences et conflits d’intérêts
De l’isolement à l’encadrement des migrants
Les filières de la migration à Agadez

Aperçu du début du texte

Dans le contexte des migrations transsahariennes, la migration « par étapes » ou migration de transit a favorisé l’émergence d’établissements humains sur les grands axes empruntés par les migrants pour atteindre les « forteresses » du Nord du Sahara. Si parmi ces établissements humains, on peut encore nier le statut de ville à certains, beaucoup ont connu un grand essor et ont formé des « kystes » urbains (Adamou, 1979) en bordure ou même en plein désert du Sahara.

Ces villes qu’on peut désormais appeler « nœuds de migration internationale » confirment leurs rôles en favorisant la naissance des réseaux migratoires, véritables supports de la migration transsaharienne. Nouadhibou en Mauritanie, Agadez au Niger ou encore Dongola au Soudan offrent l’exemple des villes où sont « secrétés » des lieux et infrastructures dévolus au transit migratoire.

Si ces villes ont toutes un rôle à jouer dans le fonctionnement du système migratoire transsaharien, elles n’ont pas toutes la même importance ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdoussalami Hamani et Abdou Bontianti, « Agadez, un nœud de la migration internationale au Niger », Les Cahiers d’Outre-Mer, 270 | 2015, 189-206.

Référence électronique

Abdoussalami Hamani et Abdou Bontianti, « Agadez, un nœud de la migration internationale au Niger », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 270 | Avril-Juin 2015, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 27 juin 2017. URL : http://com.revues.org/7427 ; DOI : 10.4000/com.7427

Haut de page

Auteurs

Abdoussalami Hamani

Sociologue, Institut de recherches en sciences humaines (IRSH), Université Abdou Moumouni de Niamey, a1314moi@yahoo.fr

Abdou Bontianti

Maître de recherches, département de Géographie et Aménagement de l’espace, Institut de recherches en sciences humaines, Université Abdou Moumouni de Niamey. Mèl : bontiantiabdou@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org