Navigation – Plan du site

La téléphonie mobile à Niamey : empreintes territoriales et régulation économique et sociale

Mobile phone in Niger : territorial footprints and economic and social regulation
Abdou Bontianti
p. 207-224

Résumés

Depuis la fin des années 1990, les Nigériens de toutes les catégories socioprofessionnelles se sont approprié la téléphonie mobile. Plusieurs enquêtes réalisées auprès des opérateurs de la téléphonie mobile, des couches socioprofessionnelles (clientèle) et de l’Agence de régulation multisectorielle (ARM) devenue aujourd’hui Agence de régulation des télécommunications et de la poste (ARTP), ont permis de montrer que le réseau cellulaire a réussi à intégrer différentes échelles territoriales au Niger. À l’échelle de la ville, les quartiers périphériques longtemps marginalisés par les politiques publiques, ont été intégrés au centre-ville. Partout, les points de vente et les antennes ont marqué le paysage urbain. Au-delà du local, le modèle économique néolibéral importé de l’Occident s’est bien adapté aux réalités d’une économie régionale dominée par l’informel mais plus ou moins contrôlée et régulée par les innovations technologiques sans cesse renouvelées dans le domaine de la téléphonie mobile.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
La constitution d’une base de données sur l’adoption de la téléphonie mobile
Téléphonie mobile et amélioration des conditions techniques de recherche
La téléphonie mobile : un indicateur de richesse
La téléphonie mobile : instrument de régulation économique et sociale
Téléphonie mobile et régulation de l’activité économique
Téléphonie et régulation des relations sociales
La téléphonie mobile comme régulateur des rapports fonciers urbains
Espaces marqués et territoires intégrés grâce à la téléphonie mobile
Les empreintes territoriales de la téléphonie mobile
La téléphonie mobile : de l’intégration des territoires à la réduction des inégalités spatiales
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

En Afrique, que ce soit en ville ou à la campagne, le téléphone fait désormais partie des commodités de la vie des habitants. Rarement une innovation a créé un pareil engouement, toutes catégories sociales ou groupes d’âges confondus. Chacun, jeunes et vieux, hommes et femmes, petits ou grands opérateurs économiques, chômeurs ou fonctionnaires, a son téléphone. L’intérêt et l’utilité du téléphone se remarquent dans les activités quotidiennes de tous les usagers, quel que soit le niveau social ou géographique où ils se situent. Pourtant, au milieu des années 1990, le pari n’était pas gagné pour les opérateurs de téléphonie mobile, eux-mêmes surpris devant le succès de leurs produits en Afrique. Certains auteurs parlent même de « miracle » pour qualifier la manière dont la téléphonie mobile a pénétré les territoires, dépassant les prévisions les plus optimistes des opérateurs.

Le concept de « révolution urbaine » emprunté à Roland Pourtier pour qualifier l’ampleur de l’urba...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdou Bontianti, « La téléphonie mobile à Niamey : empreintes territoriales et régulation économique et sociale », Les Cahiers d’Outre-Mer, 270 | 2015, 207-224.

Référence électronique

Abdou Bontianti, « La téléphonie mobile à Niamey : empreintes territoriales et régulation économique et sociale », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 270 | Avril-Juin 2015, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 25 mai 2017. URL : http://com.revues.org/7440 ; DOI : 10.4000/com.7440

Haut de page

Auteur

Abdou Bontianti

Université Abdou Moumouni de Niamey, Institut de recherches en sciences humaines (IRSH), BP 318, Niamey, Niger, mél : bontiantiabdou@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org