Skip to navigation – Site map

Pour une poignée de ressources. Violences armées et pénurie des rentes en Centrafrique

For a handful of resources. Armed violence and shortage
Emmanuel Chauvin
p. 481-500

Abstracts

This article analyzes the shortage of State rents as a cause and a consequence of armed conflicts, in the case of the Central African Republic and in a perspective of political geography. In this country with limited resources, the increasing scarcity and unequal redistribution of State rents favour the use of violence as a mode of government and a mode of extortion of resources. Armed conflicts force the State into bankruptcy because State resources are plundered by armed groups. International aid (humanitarian, development and disarmament) replaces the State in the provinces and maintains its presence in the capital. International aid does not change the chronic shortage of state rents aggravated by conflict.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2019.
Read it

Outline

Introduction
Le manque de ressources d’État : terreau des violences ?
La violence en Centrafrique : la malédiction d’un État sans ressources ?
Le déclin de l’État et le déclenchement de la spirale de violences (1975-1996)
L’inégale redistribution des ressources d’État et les conflits
La pénurie des ressources d’État comme conséquence des violences
Les razzias sur les structures d’encadrement
Les ressources « rebellisées »
La baisse des rentes d’État
L’aide internationale : des ressources dans l’impasse ?
Le boom humanitaire en province
L’impossible redéploiement de l’État par l’aide au développement ?
Les programmes de désarmement : des ressources pour la paix ou pour la guerre ?
Conclusion

Text / first lines

Introduction

Deux ans et demi après le début de Sangaris (opération militaire française), la Centrafrique a un nouveau président, Faustin-Archange Touadéra, élu à la tête d’un État sans ressources et dans lequel des violences armées perdurent.

Au 187e rang sur 188 du classement mondial de l’Indice de développement humain du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), la Centrafrique connaît une pénurie chronique de ressources. Les matières naturelles sont sous-explorées et sous-exploitées. L’industrie minière est inexistante : le diamant et l’or sont extraits de matière artisanale, alors que l’exploitation de l’uranium et du pétrole est au stade de la prospection. La Centrafrique est un nain agricole, tant pour le vivrier que pour l’exportation (coton, café principalement). La coupe industrielle de bois est limitée par la petitesse du bassin sylvicole, frange de la grande forêt congolaise. Les secteurs d’activité les plus dynamiques, diamant, vivrier marchand, élevage, o...

Top of page

References

Bibliographical reference

Emmanuel Chauvin, « Pour une poignée de ressources. Violences armées et pénurie des rentes en Centrafrique », Les Cahiers d’Outre-Mer, 272 | 2015, 481-500.

Electronic reference

Emmanuel Chauvin, « Pour une poignée de ressources. Violences armées et pénurie des rentes en Centrafrique », Les Cahiers d’Outre-Mer [Online], 272 | Octobre-Décembre 2015, Online since 01 October 2018, connection on 23 September 2017. URL : http://com.revues.org/7621 ; DOI : 10.4000/com.7621

Top of page

About the author

Emmanuel Chauvin

Emmanuel Chauvin, chercheur associé, Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique (PRODIG), chauvinemmanuel@yahoo.fr

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org