Navigation – Plan du site

Le contrôle des ressources de l’État, un enjeu des conflits en Centrafrique

Control over State resources, a political issue in conflicts in Central African Republic
Gervais Ngovon
p. 501-533

Résumés

Des dissensions intestines déchirent la République centrafricaine depuis vingt ans. Sans en nier les implications extérieures, cet article souligne les facteurs qui, propres au caractère néo-patrimonial de cet État, sont porteurs d’exclusion et de violences. La confusion entre l’exercice du pouvoir et des considérations économiques personnelles a fait du contrôle des ressources de l’État, chez nombre d’acteurs nationaux en effet, l’un des principaux enjeux de l’engagement politique. Ce néo-patrimonialisme, auquel se rattachent l’instrumentalisation de l’ethnicité mais aussi l’utilisation du népotisme et du clientélisme comme critères de distribution des ressources convoitées, concourt ainsi à éclairer les violences en Centrafrique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Une gestion néo-patrimoniale, prémisse d’exclusion et de conflits
Népotisme et ethnicité comme circuits d’une distribution problématique des ressources nationales
Infidélité et trahisons au cœur des réseaux clientélistes
Fragilité institutionnelle et recours à la violence
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

De nombreux travaux s’emploient depuis la fin des années 1970 à décrire l’influence que les ressources naturelles, les inégalités, la diversité ethnique et culturelle ainsi que le passé colonial exercent sur les États en Afrique et sur les guerres qui les déchirent. Peu nombreux à se consacrer à la République centrafricaine, ces travaux toutefois n’évoquent qu’insuffisamment les facteurs qui, propres au caractère néo-patrimonial des États africains, contiennent en eux-mêmes des germes d’exclusion et d’affrontements meurtriers.

Quand la théorie du complot international ne prend pas le dessus pour expliquer les guerres intestines sur le continent, ce sont des médias qui, peu regardants sur les responsabilités des acteurs internes, développent abondamment l’idée de déstabilisations par procuration, supposées exclusivement commanditées par des entreprises minières ou pétrolières, tandis que des chercheurs bien intentionnés pointent du doigt, pour les uns, le passé colonial qu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gervais Ngovon, « Le contrôle des ressources de l’État, un enjeu des conflits en Centrafrique », Les Cahiers d’Outre-Mer, 272 | 2015, 501-533.

Référence électronique

Gervais Ngovon, « Le contrôle des ressources de l’État, un enjeu des conflits en Centrafrique », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 272 | Octobre-Décembre 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://com.revues.org/7634 ; DOI : 10.4000/com.7634

Haut de page

Auteur

Gervais Ngovon

Gervais Ngovon, doctorant, Centre d’études et de recherches de science administrative (CERSA), Université Paris 2 Panthéon-Assas.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org