Navigation – Plan du site

Impossible développement agricole en République centrafricaine ?

An impossible agricultural development in Central African Republic ?
Marc Dufumier et Benoît Lallau
p. 535-555

Résumés

L’abandon, déjà ancien, de l’agriculture a contribué à l’émergence des crises politico-militaires récentes en République centrafricaine. Un retour à la paix ne pourra donc pas être durable sans une action volontariste et prolongée en faveur du développement agricole, et notamment sans la recherche d’une meilleure articulation entre agriculture et élevage. Telle est la thèse défendue par les auteurs de l’article, qui envisagent ensuite quelques-unes les modalités que pourrait prendre cet appui à l’agriculture. Ils détaillent les actions possibles, à court, moyen et long termes, et insistent sur les exigences du développement agricole, pour les bailleurs comme pour les acteurs de l’appui.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le poids de l’histoire
Le legs colonial : regroupement des agriculteurs et extraversion
L’arrivée de pasteurs nomades et semi-nomades
L’agriculture abandonnée à elle-même
Le cas emblématique du coton
La marginalisation des ruraux
L’agriculture entraînée dans la spirale des conflits
Les horizons du développement agricole
Les objectifs de la reconstruction agricole
À court terme : augmenter les disponibilités alimentaires
À moyen terme : susciter l’interaction agriculture-élevage
À long terme : Quelle place pour les cultures de rentes ?
Les exigences du développement agricole
Sortir de l’assistanat
Sécuriser les exploitations et les filières
L’impératif allongement des horizons
Conclusion

Aperçu du début du texte

Voici déjà cinquante ans, après s’être rendu en RCA sur l’invitation du Président de l’époque, David Dacko, René Dumont écrivait un rapport de 85 pages au titre avisé, Le difficile développement agricole de la République centrafricaine (Dumont, 1966). Le constat était amer : bien que disposant de « potentialités remarquables », l’agriculture centrafricaine se trouvait dans une situation « loin d’être satisfaisante » et celle-ci risquait de « s’aggraver très rapidement » si des « mesures de redressement énergique [n’étaient] pas prises à bref délai ». L’auteur de L’Afrique noire est mal partie (Dumont, 1962) dénonçait tout particulièrement l’accroissement des importations alimentaires, l’accentuation des carences nutritionnelles, le mépris pour le travail de la terre et pour les paysans, la concurrence de l’exploitation du diamant, le sous-équipement de la paysannerie, un élevage pastoral trop dissocié de l’agriculture, une trop faible diffusion de la culture attelée, etc. L’agronome...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Dufumier et Benoît Lallau, « Impossible développement agricole en République centrafricaine ? », Les Cahiers d’Outre-Mer, 272 | 2015, 535-555.

Référence électronique

Marc Dufumier et Benoît Lallau, « Impossible développement agricole en République centrafricaine ? », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 272 | Octobre-Décembre 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://com.revues.org/7647 ; DOI : 10.4000/com.7647

Haut de page

Auteurs

Marc Dufumier

Professeur émérite, AgroParisTech, Université de Saclay, marc.dufumier@agroparistech.fr

Benoît Lallau

Économiste, CLERSE, Université de Lille et LERSA, Université de Bangui, benoit.lallau@univ-lille1.fr et http://resiliences.univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org