Skip to navigation – Site map

Impossible développement agricole en République centrafricaine ?

An impossible agricultural development in Central African Republic ?
Marc Dufumier and Benoît Lallau
p. 535-555

Abstracts

The long-standing abandonment of agriculture has contributed to the emergence of recent political-military crises in the Central African Republic. Any peace building will therefore not be sustainable without pro-active and prolonged action in favor of agricultural development, and particularly without a search for a better articulation between agriculture and pastoralism. This is the thesis defended by the authors, who then consider some modalities that this support for agriculture could take. They detail possible actions, in the short, medium and long term, and stress the requirements of agricultural development, both for donors and for actors.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2019.
Read it

Outline

Le poids de l’histoire
Le legs colonial : regroupement des agriculteurs et extraversion
L’arrivée de pasteurs nomades et semi-nomades
L’agriculture abandonnée à elle-même
Le cas emblématique du coton
La marginalisation des ruraux
L’agriculture entraînée dans la spirale des conflits
Les horizons du développement agricole
Les objectifs de la reconstruction agricole
À court terme : augmenter les disponibilités alimentaires
À moyen terme : susciter l’interaction agriculture-élevage
À long terme : Quelle place pour les cultures de rentes ?
Les exigences du développement agricole
Sortir de l’assistanat
Sécuriser les exploitations et les filières
L’impératif allongement des horizons
Conclusion

Text / first lines

Voici déjà cinquante ans, après s’être rendu en RCA sur l’invitation du Président de l’époque, David Dacko, René Dumont écrivait un rapport de 85 pages au titre avisé, Le difficile développement agricole de la République centrafricaine (Dumont, 1966). Le constat était amer : bien que disposant de « potentialités remarquables », l’agriculture centrafricaine se trouvait dans une situation « loin d’être satisfaisante » et celle-ci risquait de « s’aggraver très rapidement » si des « mesures de redressement énergique [n’étaient] pas prises à bref délai ». L’auteur de L’Afrique noire est mal partie (Dumont, 1962) dénonçait tout particulièrement l’accroissement des importations alimentaires, l’accentuation des carences nutritionnelles, le mépris pour le travail de la terre et pour les paysans, la concurrence de l’exploitation du diamant, le sous-équipement de la paysannerie, un élevage pastoral trop dissocié de l’agriculture, une trop faible diffusion de la culture attelée, etc. L’agronome...

Top of page

References

Bibliographical reference

Marc Dufumier and Benoît Lallau, « Impossible développement agricole en République centrafricaine ? », Les Cahiers d’Outre-Mer, 272 | 2015, 535-555.

Electronic reference

Marc Dufumier and Benoît Lallau, « Impossible développement agricole en République centrafricaine ? », Les Cahiers d’Outre-Mer [Online], 272 | Octobre-Décembre 2015, Online since 01 October 2018, connection on 25 September 2017. URL : http://com.revues.org/7647 ; DOI : 10.4000/com.7647

Top of page

About the authors

Marc Dufumier

Professeur émérite, AgroParisTech, Université de Saclay, marc.dufumier@agroparistech.fr

Benoît Lallau

Économiste, CLERSE, Université de Lille et LERSA, Université de Bangui, benoit.lallau@univ-lille1.fr et http://resiliences.univ-lille1.fr

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org