Navigation – Plan du site

Élevage bovin et conflits en Centrafrique

Cattle farming and conflicts in Central African Republic
Julie Roselyne Betabelet, Alexis Maïna Ababa et Ibrahim Tidjani
p. 557-575

Résumés

La Centrafrique connaît depuis 2013 un conflit armé inscrit dans le temps long qui affecte le secteur de l’élevage. Dans les violences, les éleveurs sont à la fois acteurs et victimes. Le bétail constitue un enjeu majeur de ce conflit comme source d’enrichissement des groupes armés, alimentant les antagonismes entre la rébellion Séléka et la milice anti-balaka. Le conflit impose une réorganisation des espaces pastoraux, qui se répartissent désormais selon les aires d’influence des groupes armés. Le conflit remet en cause l’ensemble du système pastoral, depuis les techniques de production jusqu’à la filière de commercialisation du bétail.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Les éleveurs au prisme de la violence : acteurs et victimes
Les éleveurs et les coupeurs de routes
Les éleveurs dans les rébellions
Les éleveurs et les anti-balaka
Des aires pastorales en évolution
Les aires pastorales avant 2003
Les aires pastorales entre 2003 et 2013
Les positionnements actuels depuis 2013
Impacts de la violence sur l’évolution des techniquesde production et de commercialisation
Une recomposition des pratiques pastorales liées à l’insécurité
Une dimension sanitaire de protection du bétail hypothéquée
Remodelage du circuit de commercialisation du bétail
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

« Le 21 novembre 2016 aux environs de Bria, des affrontements opposent deux factions rivales de la Séléka : l’UPC d’Ali Darras à dominance peule et le FPRC, issu d’une alliance entre les Goula, les Rounga et les Arabes. La cause de ce conflit est liée à des querelles pour le contrôle des territoires et des ressources dont le bétail ». Depuis 2013, la Centrafrique vit au rythme de ce type de violences, qui inclut souvent des éleveurs armés. Ces violences s’inscrivent dans un temps long. Dès 1996, des mutineries éclatent à Bangui. À partir de 2003, une multitude de mouvements rebelles naissent et opèrent dans les régions rurales, suite au coup d’État de François Bozizé. En 2013, la Centrafrique plonge dans un embrasement général autour des affrontements entre la Séléka et les milices anti-balaka. Fortement médiatisé, le conflit de 2013 est marqué par l’ampleur de la violence. Début décembre 2013, le conflit provoque environ 1 000 morts à Bangui en l’espace de quatre jours ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Roselyne Betabelet, Alexis Maïna Ababa et Ibrahim Tidjani, « Élevage bovin et conflits en Centrafrique », Les Cahiers d’Outre-Mer, 272 | 2015, 557-575.

Référence électronique

Julie Roselyne Betabelet, Alexis Maïna Ababa et Ibrahim Tidjani, « Élevage bovin et conflits en Centrafrique », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 272 | Octobre-Décembre 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://com.revues.org/7655 ; DOI : 10.4000/com.7655

Haut de page

Auteurs

Julie Roselyne Betabelet

Doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8586-Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique (PRODIG), betabelet@yahoo.fr

Alexis Maïna Ababa

Doctorant, Université Gaston Berger, Saint-Louis du Sénégal, ababba@yahoo.fr

Ibrahim Tidjani

Doctorant, Université de Lille, UMR 8019-Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSÉ), ibratid@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org