Navigation – Plan du site
Dossier

Coexistences rurales et mobilités spatiales en Bolivie

De la multilocalisation familiale aux territoires multisitués
Rural coexistences and spatial mobilities in Bolivia. From family multilocalization to multisited territories
Geneviève Cortes et Anaïs Vassas Toral
p. 43-79

Résumés

Cet article propose de montrer comment la mobilité en milieu rural – aux échelles internes ou internationales – brouille les cadres d’interprétation classiques des modes d’existence des familles rurales et crée des formes d’articulation complexes entre villes et campagnes, entre local et global, entre l’ici et l’ailleurs. Dans certains contextes ruraux anciennement marqués par les processus migratoires, l’analyse de trajectoires de circulation, de multilocalisation et de dispersion familiale éclaire la coexistence de systèmes pluriels d’activité et de résidence. Ces logiques interrogent les ancrages et les territorialités des individus et des groupes, et plus largement la manière dont on pense la notion de territoires ruraux multisitués au regard notamment des dynamiques agricoles dans leurs liens aux processus de globalisation. Cette perspective d’analyse est développée à partir de la recomposition des espaces ruraux et de l’agriculture familiale de l’Altiplano Sud bolivien liée à l’essor de la production du quinoa d’exportation qui se greffe à des pratiques anciennes et renouvelées de mobilités.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Le dépassement des mythes autour de la ruralité et de la migration
Du mythe de la sédentarité et de l’exclusivité de l’agricole aux « nouvelles ruralités »
Vers une approche des mobilités centrées sur l’acteur-migrant et les logiques familiales
Les logiques de multilocalisation familiale liées aux mobilités rurales : défis théoriques et méthodologiques
Articuler trois approches autour de la résidence, de l’activité et de la circulation
Saisir la dynamique de la multilocalisation familiale : une méthodologie fondée sur l’analyse des trajectoires
La multilocalisation familiale dans le contexte de l’essor du quinoa d’exportation en Bolivie
Des agricultures traditionnelles engagées dans le marché mondial
Mobilités et quinoa : des réalités indissociables et enchevêtrées
De la multilocalisation aux territoires multisitués
Faire système, faire ressource, faire territoire ?
Les territoires multisitués des paysans andins entre mondialisation et urbanisation
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

L’émigration rurale au Sud est une vieille question ; de fait, son ampleur et son rôle sont depuis longtemps au cœur des travaux en sciences sociales. Cependant, migrations internes et internationales ont souvent été analysées de façon dissociée, d’une part, et décalée dans le temps, d’autre part. À partir des années 1970, les migrations internes ont donné lieu à nombre de travaux, dans les champs de la géographie, de la démographie ou encore de l’économie et de la sociologie-anthropologie rurale, souvent analysées dans leurs liens avec les processus de transition démographique, d’industrialisation, de « modernisation » des campagnes et d’urbanisation. L’accent est porté sur les processus d’exode rural vers les centres urbains associés à la crise des sociétés rurales traditionnelles, notamment en Afrique (Gastellu et Marchal, 1997). L’étude des migrations économiques internationales, quant à elle, s’est surtout développée à partir des années 1980 au sein des espaces rura...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Cortes et Anaïs Vassas Toral, « Coexistences rurales et mobilités spatiales en Bolivie », Les Cahiers d’Outre-Mer, 273 | 2016, 43-79.

Référence électronique

Geneviève Cortes et Anaïs Vassas Toral, « Coexistences rurales et mobilités spatiales en Bolivie », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 273 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://com.revues.org/7696 ; DOI : 10.4000/com.7696

Haut de page

Auteurs

Geneviève Cortes

Professeure de Géographie, Université Paul Valéry, UMR ART-Dev, Montpellier, genevieve.cortes@univ-montp3.fr.

Anaïs Vassas Toral

Docteure en Géographie, Université Paul Valéry, UMR ART-Dev, Montpellier, anaisvassas@yahoo.fr. Cette contribution mobilise certains résultats du programme Equeco 2006-2009 (ANR-06-PADD-11) coordonné par Thierry Winkel (IRD) – que nous remercions ici pour la relecture attentive de cet article – et financé par l’Agence nationale de la recherche. Dans le cadre de ce programme, Anaïs Vassas Toral a réalisé sa thèse de doctorat en Bolivie avec un financement de l’ANR d’une durée de 36 mois.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org