Navigation – Plan du site
Dossier

Quand la modernité altère l’identité

Les Chagga face à la nouvelle gestion de l’eau sur le Kilimandjaro, Tanzanie
Léa Sébastien
p. 81-114

Résumés

Notre objectif est ici d’étudier l’évolution d’une identité territoriale au prisme de bouleversements environnementaux et institutionnels liés à la ressource en eau. Le mont Kilimandjaro et ses habitants, les Chagga, sont marqués par deux enjeux majeurs la concernant : la baisse de sa disponibilité et la nouvelle politique de l’eau amenant modernisation, marchandisation, privatisation et centralisation de la ressource. La notion d’identité territoriale est appréhendée en tant que système socio-patrimonial, empreint de rapports sociaux (relations entre acteurs) et patrimoniaux (relations aux objets naturels et culturels). Le modèle de l’Acteur en 4 Dimensions offre un support méthodologique permettant de décortiquer un territoire en système socio-patrimonial à partir d’entretiens semi-directifs et de différencier les identités individuelles et collectives, sociales et spatiales. Nous testons l’hypothèse selon laquelle un objet territorial comme l’eau peut être porteur de relations sociales comme de liens affectifs au territoire, et que nier ces attachements peut modifier l’identité territoriale. Au niveau social, nous mettons en exergue une opposition fondamentale entre tradition (portée par les enracinés, représentée par les canaux d’irrigation) et modernité (portée par les détachés, représentée par « l’eau moderne »). Au niveau patrimonial, l’eau engendre des attachements porteurs de savoirs, pratiques et représentations spécifiques, niés par les nouveaux gestionnaires des ressources naturelles. Ce qui faisait la spécificité culturelle des lieux (la gestion villageoise des canaux) n’est plus et un nouveau rapport à l’eau s’installe sur le Kilimandjaro perturbant grandement l’identité territoriale chagga.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Cadre théorique
L’identité territoriale comme système socio-spatial
L’eau comme élément social et spatial
Approche méthodologique
Présentation du modèle
Présentation du terrain d’étude
Présentation des acteurs
Contexte de l’étude
Ce qui fait l’identité chagga sur le Kilimandjaro
Leur jardin (shamba)
Leur canal (mifongo)
Politique de l’eau sur le Kilimandjaro
Résultats
Ce que nous disent les empreintes territoriales de l’A4D
L’eau et les identités individuelles chagga
L’eau et l’identité collective du territoire
Le paradoxe de l’« eau moderne » en territoire chagga
Discussion
Rapport social : l’eau révèle les conflits entre tradition et modernité
Rapport patrimonial : l’eau génère des attachements
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Le Kilimandjaro est à 5 895 m la plus grande montagne isolée du monde et le plus haut sommet d’Afrique, situé en Tanzanie. Ce pilier est-africain est présenté comme un étalon écologique, puisque les écosystèmes de l’Équateur à l’Arctique s’y succèdent verticalement. Le Kilimandjaro est la zone première de captage des eaux de Tanzanie ; il alimente le bassin de Pangani, un des plus grands bassins du pays qui charrie l’eau du Kilimandjaro vers l’océan Indien. Tout le nord de la Tanzanie dépend directement de l’eau de la montagne pour l’eau de boisson, l’eau domestique, les activités agricoles et la production d’énergie (UNEP, 2004). Or, on constate une diminution généralisée de la ressource en eau sur les pentes de la montagne, avec une baisse drastique du débit de la rivière Pangani depuis 40 ans et la ville de Moshi, pourtant au piémont, est parfois en état de stress hydrique (Mbonile, 2005).

On en sait peu sur l’évolution des ressources naturelles, l’occupation du sol, o...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léa Sébastien, « Quand la modernité altère l’identité », Les Cahiers d’Outre-Mer, 273 | 2016, 81-114.

Référence électronique

Léa Sébastien, « Quand la modernité altère l’identité », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 273 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://com.revues.org/7705 ; DOI : 10.4000/com.7705

Haut de page

Auteur

Léa Sébastien

Université Toulouse Jean Jaurès, Centre CNRS GEODE, Maison de la recherche, 5 av. Antonio Machado, 31058 Toulouse Cedex 9, lea.sebastien@univ-tlse2.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org