Navigation – Plan du site
Dossier

Les paysanneries des Suds face à une modernisation polymorphe

Perspectives récentes en Asie du Sud-Est
Jean-Philippe Peemans
p. 171-194

Résumés

La présente contribution présente deux thèmes de réflexion critique articulés autour d’une même question : quel avenir pour le monde paysan dans les Suds dans la recomposition toujours plus accélérée des rapports entre espaces ruraux et espaces urbains ? Un  premier thème concerne la place que la paysannerie et les Espaces ruraux et urbains ont reçu dans les différentes variantes du paradigme de la modernisation. Un deuxième thème est qu'à côté du paradigme de la modernisation,  on a de nouvelles pistes de réflexion qui renouvellent complètement le regard sur la paysannerie et sur les territoires ruraux et urbains au Sud, notamment en mettant en avant le rôle historique et actuel des acteurs populaires dans la production de ces territoires. On se référera surtout à l’expérience récente de l’Asie du Sud-Est. On essaie dans les remarques finales de situer quelques implications des réflexions proposées pour la recherche d’un développement rural et urbain un peu moins non durable que les tendances dominantes actuelles.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La modernisation nationale, la néo-modernisation globale et la place de l’agriculture, des paysanneries dans la construction territoriale
Face aux apories de la modernisation : les multiples voies d’une redécouverte de la paysannerie comme acteur du développement rural
La question du rapport entre la paysannerie et le rural comme territoire : le cas de l’Asie du Sud-Est
L’émergence d’une nouvelle paysannerie intégrée aux réseaux de l’économie populaire entre le rural et l’urbain
La place d’une « économie politique » et d’une « socio-morphologie » du développement dans la recomposition des rapports ville-campagne dans les Suds
Conclusion

Aperçu du début du texte

Pour répondre aux défis de la croissance démographique, de l’urbanisation et du développement, les agricultures, les paysanneries et les campagnes du Sud ont été sommées de « se moderniser ». Quel sens attribuer à cette injonction ? Quelles places cette modernisation développementaliste a-t-elle accordées à l’agriculture, aux paysanneries et aux espaces ruraux mais aussi urbains ? Malgré la violence de la modernisation par le haut et à cause de ses apories, ces paysanneries ont déployé de multiples stratégies pour rester les acteurs du développement local. Quelles sont-elles ? Quels sont les rôles des acteurs populaires dans la production de ces territoires ? On essaiera finalement de situer quelques implications des réflexions proposées pour la recherche d’un développement un peu moins insoutenable que les tendances dominantes actuelles.

La modernisation nationale, la néo-modernisation globale et la place de l’agriculture, des paysanneries dans la construction territoriale

Entre 1945...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philippe Peemans, « Les paysanneries des Suds face à une modernisation polymorphe », Les Cahiers d’Outre-Mer, 273 | 2016, 171-194.

Référence électronique

Jean-Philippe Peemans, « Les paysanneries des Suds face à une modernisation polymorphe », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 273 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://com.revues.org/7733 ; DOI : 10.4000/com.7733

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Peemans

Centre d’études du développement, DVLP-IACCHOS-UCL, Université catholique de Louvain, Place Montesquieu 1, L2.08.03, B-1348 Louvain-la-Neuve, Belgique, jean-philippe.peemans@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org