Navigation – Plan du site

Exode rural, urbanisation et sécurité privée à Niamey

Rural exodus, urbanization and private security in Niamey
Hamadou Issaka
p. 225-242

Résumés

La migration vers les grandes villes constitue un refuge pour la plupart des jeunes ruraux qui, pour s’émanciper ou pour subvenir à leurs besoins quittent leurs terroirs après les travaux des champs pour venir passer les trois quarts de l’année en ville. Niamey accueille ainsi une forte population migrante parfois en transit vers le Maghreb. Ceux qui y restent sont parfois désenchantés et désemparés car la ville n’est plus cet eldorado où chacun trouve son compte. Ces exclus, usent de tous les stratagèmes pour survivre allant parfois jusqu’à constituer des gangs spécialisés. L’objectif de cette étude est de montrer l’impact des migrations mal canalisées sur la sécurité de la population. Une enquête a été menée auprès des ménages, de l’administration et des structures organisées afin de comprendre le phénomène et les stratégies développées par les uns et les autres. Il ressort des investigations menées en mai 2015 que l’État a failli dans sa mission régalienne d’assurer la sécurité des personnes et de leurs biens. Face à cette situation, les personnes physiques et morales se sont adaptées en développant le système de sécurité privée communautaire ou individuelle. Le développement des agences privées de sécurité, loin d’être une panacée, a permis avec quelques succès indéniables de la police nationale, de contenir le phénomène dans une proportion moindre par rapport à certaines capitales. Cependant, l’inquiétude persiste car les criminels ont démontré qu’ils savent s’adapter aux situations et la paupérisation croissante de la jeunesse désœuvrée constitue un danger pour les prochaines années.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Exode rural et insécurité à Niamey
La migration vers Niamey : de l’incitation à la répulsion
Insécurité et croissance mal maîtrisée à Niamey
La création des sociétés privées de sécurité : panacée contre l’insécurité ou remède contre la pauvreté de certains ?
La sécurité privée : un secteur nouveau dans un environnement favorable
La fonction de vigile à Niamey, un métier à risque pour un salaire de misère
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Au Sahel où l’agriculture occupe la majorité de la population, les jeunes migrent souvent vers les villes pour y passer la saison sèche, saison « morte » qui dure entre huit et neuf mois de septembre à juin en moyenne. Généralement, les capitales accueillent les plus grands contingents du fait qu’elles abritent l’essentiel de l’administration et détiennent l’essentiel du pouvoir économique. Niamey offre un bel exemple de ce mouvement saisonnier de jeunes et moins jeunes qui quittent leurs terroirs pour venir chercher un emploi temporaire en attendant la saison des travaux champêtres. La migration est parfois amplifiée lors des années de sécheresse qui, de plus en plus récurrentes, modifient substantiellement la physionomie de la ville. Certains auteurs ont même évoqué une « migration de la pauvreté » (Alpha Gado, 1998) à cause de l’installation au centre et à la périphérie de la ville d’une population démunie à la recherche de la pitance quotidienne. Si certains, parmi l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hamadou Issaka, « Exode rural, urbanisation et sécurité privée à Niamey », Les Cahiers d’Outre-Mer, 270 | 2015, 225-242.

Référence électronique

Hamadou Issaka, « Exode rural, urbanisation et sécurité privée à Niamey », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 270 | Avril-Juin 2015, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://com.revues.org/7451 ; DOI : 10.4000/com.7451

Haut de page

Auteur

Hamadou Issaka

Chercheur à l’Institut de recherches en sciences humaines (IRSH), Université Abdou Moumouni de Niamey, BP : 318 Niamey-Niger, mél : hamadouissaka@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org