Navigation – Plan du site

Le végétal dans le système agraire de Barani (Burkina Faso)

Relationship between the inhabitants of Barani’s village (Burkina Faso) with vegetation in the agrarian system
Jean Louis Yengué et Maude Cochonneau
p. 423-436

Résumés

Cette contribution souhaite décrypter le système agraire de Barani, un village enclavé du Burkina Faso à la frontière malienne. Une série d’entretiens avec le groupement d’agriculteurs et plusieurs relevés font ressortir une complexité dans le rapport au végétal, loin d’une approche binaire, bon/mauvais, utile/inutile. Ici, l’agriculture est fondée sur quelques cultures dont la plus importante est celle du mil. Le choix de ces cultures et leur répartition sont faits avec une extrême minutie. Elles sont tributaires de la végétation spontanée, aussi bien celle des champs qui bénéficie du soin apporté aux cultures, que celle des délaissées à la dynamique plus sauvage. Cette végétation, au cœur du système agraire, est le fruit d’un subtil équilibre entre les contraintes environnementales qui impriment la trame de fond du capital végétal, les besoins et les moyens des populations, le tout guidé par les habitudes culturelles.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Matériel et méthodes
Résultats et discussion
Les cultures ou « miroirs » de la société
La jachère aux formes multiples
Les plantes spontanées, paradoxe entre rejet et usage

Aperçu du début du texte

Depuis plus d’un demi-siècle et encore plus aujourd’hui, quand on parle d’agriculture, on pense, entre autres, à la crise alimentaire. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 925 millions de personnes souffraient de la faim en 2010 dont plus de 25 % en Afrique subsaharienne. L’International Food Policy Research Institute (IFPRI, 2012) constate que sur 122 pays en développement étudiés, 50 atteignent un niveau grave sur « l’échelle de la faim », dont le Burkina Faso. L’Institut national d’études démographiques (INED), prévoit que nous serons en 2050 près dix milliards d’individus qu’il faudra nourrir. Cette demande croissante en aliments, accompagnée d’une raréfaction des ressources naturelles, commande de produire plus et durablement. Les avis sont partagés sur les moyens de faire face aux triples défis de la croissance de la production, de la conservation de la biodiversité et de la lutte contre le réchauffement climatique. Certains estime...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Louis Yengué et Maude Cochonneau, « Le végétal dans le système agraire de Barani (Burkina Faso) », Les Cahiers d’Outre-Mer, 271 | 2015, 423-436.

Référence électronique

Jean Louis Yengué et Maude Cochonneau, « Le végétal dans le système agraire de Barani (Burkina Faso) », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 271 | Juillet-Septembre 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://com.revues.org/7572 ; DOI : 10.4000/com.7572

Haut de page

Auteurs

Jean Louis Yengué

Maître de conférences HDR, UMR CITERES 7324, 33 allée Ferdinand de Lesseps, BP 60449, 37204 Tours Cedex 3 ; Université de Tours, UFR Droit, Sciences économiques et sociales, Département de Géographie, BP 0607, 37206 Tours Cedex 3 ; mél : yengue@univ-tours.fr

Maude Cochonneau

Master II Environnement, Territoire, Paysage, Université de Tours, UFR Droit, Sciences économiques et sociales, BP 0607, 37206 Tours Cedex 3, mél : maude.cochonneau@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org