Navigation – Plan du site

Pour une poignée de ressources. Violences armées et pénurie des rentes en Centrafrique

For a handful of resources. Armed violence and shortage
Emmanuel Chauvin
p. 481-500

Résumés

Cet article discute de la pénurie des rentes d’État comme cause et conséquence des conflits armés, dans le cas de la Centrafrique et dans une perspective de géographie politique. Dans ce pays aux ressources limitées, la maigreur, la raréfaction et l’inégale redistribution des rentes d’État favorisent le recours à la violence comme mode de gouvernement et d’extorsion des ressources. Les conflits ont rendu l’État exsangue, ses ressources étant razziées ou « informalisées » par les groupes armés. L’aide internationale multiforme (humanitaire, au développement, au désarmement) se substitue à l’État en province, le maintien à flot dans la capitale, tout en étant en partie détournée, ne permettant pas de changer en profondeur la pénurie chronique des rentes d’État aggravée par les conflits.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Le manque de ressources d’État : terreau des violences ?
La violence en Centrafrique : la malédiction d’un État sans ressources ?
Le déclin de l’État et le déclenchement de la spirale de violences (1975-1996)
L’inégale redistribution des ressources d’État et les conflits
La pénurie des ressources d’État comme conséquence des violences
Les razzias sur les structures d’encadrement
Les ressources « rebellisées »
La baisse des rentes d’État
L’aide internationale : des ressources dans l’impasse ?
Le boom humanitaire en province
L’impossible redéploiement de l’État par l’aide au développement ?
Les programmes de désarmement : des ressources pour la paix ou pour la guerre ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Deux ans et demi après le début de Sangaris (opération militaire française), la Centrafrique a un nouveau président, Faustin-Archange Touadéra, élu à la tête d’un État sans ressources et dans lequel des violences armées perdurent.

Au 187e rang sur 188 du classement mondial de l’Indice de développement humain du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), la Centrafrique connaît une pénurie chronique de ressources. Les matières naturelles sont sous-explorées et sous-exploitées. L’industrie minière est inexistante : le diamant et l’or sont extraits de matière artisanale, alors que l’exploitation de l’uranium et du pétrole est au stade de la prospection. La Centrafrique est un nain agricole, tant pour le vivrier que pour l’exportation (coton, café principalement). La coupe industrielle de bois est limitée par la petitesse du bassin sylvicole, frange de la grande forêt congolaise. Les secteurs d’activité les plus dynamiques, diamant, vivrier marchand, élevage, o...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Chauvin, « Pour une poignée de ressources. Violences armées et pénurie des rentes en Centrafrique », Les Cahiers d’Outre-Mer, 272 | 2015, 481-500.

Référence électronique

Emmanuel Chauvin, « Pour une poignée de ressources. Violences armées et pénurie des rentes en Centrafrique », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 272 | Octobre-Décembre 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://com.revues.org/7621 ; DOI : 10.4000/com.7621

Haut de page

Auteur

Emmanuel Chauvin

Emmanuel Chauvin, chercheur associé, Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique (PRODIG), chauvinemmanuel@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Revues.org